Le Mozaik Festival de L’Os à Moelle s’est déroulé sous le soleil et devant un public enthousiaste. Nous avons assisté le vendredi aux spectacles de Zidani et Peggy Lee Cooper

0

Du 5 au 18 juin L’Os à Moelle à Schaerbeek proposait sont Mozaik Festival premier du nom pour cloturer la saison avec plus de vingt spectacles en intérieur et en extérieur. Au programme des quatres jours, de nombreux artistes comme Sharko, Zidani, Peggy Lee Cooper, Turquoise, Breizh Comedy Tour et bien d’autres.

C’est sous le soleil que nous accueille ce festival bien sympathique vendredi dernier, jour que nous avons choisi pour venir applaudir Zidani et Peggy Lee Cooper.

A l’extérieur, des tables bistrot côtoient des transats alignés devant une petite scène où se succèdent divers artistes moins connus.

Ca et là des stands d’artisans garnissent la cour, et on y trouve également un bar qui propose bières, sodas, cocktails ainsi qu’une gamme de petite restauration dont d’excellents hamburgers.

La présentation des artistes est assurée par le longiligne John-John Mossoux.

Tout est réuni pour faire du Mozaik Festival un lieu artistique agréable, familial et de grande convivialité.

Ce jour là en sous-sol c’est dans la salle habituelle que Zidani ouvre le bal à 19h.

Sandra Zidani, on ne la présente plus, c’est une de nos humoristes les plus talentueuses, à l’humour corrosif, irrésistible et inimitable!

Ce soir elle nous présente son spectacle Mamie Georgette en mode stand up !  Un spectacle dont je vous avais déjà copieusement parlé dans un précédent article à lire ici :https://branchesculture.com/2023/03/11/en-spectacle-au-whalll-avec-son-personnage-de-mamie-georgette-zidani-seduit-ose-tout-et-dit-tout/

Mamie Georgette, « déconfine » déjà depuis un moment. En effet depuis le décès de son mari Marcel (qu’on appelle Léon), qu’elle aimait tant, Georgette vit son veuvage d’une manière bien différente de ce qu’on pourrait imaginer. Elle part en voyage à Pigalle, découvre « le droit » d’avoir une carte bancaire, fait des « strip poker » avec ses copines, mais surtout elle écrit. Oui ! Georgette écrit un livre sur la place de la femme dans la chanson française.

Autant vous dire tout de suite que Zidani fut une fois de plus extraordinaire de drôlerie, et a conquis le public en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire.

Son interaction avec le public est intelligente et désopilante, et c’est un peu aussi sa marque de fabrique. On sait qu’elle n’a pas sa langue dans sa poche et on se régale lorsqu’elle prend à partie un spectateur en retard, ou une spectatrice qui n’a pas éteint son téléphone portable.

Elle invitera aussi deux spectateurs à monter sur scène pour l’aider durant un sketch, dont votre serviteur, ce qui déclencha l’hilarité de mon photographe qui ne s’est pas fait prier pour immortaliser ce moment.

Bref, faut-il encore le répéter, un spectacle de Zidani c’est l’assurance de passer un moment de détente exceptionnel , énormes fous rires garantis.

Le temps de remonter vers la cour extérieure et de se désaltérer au bar en compagnie de quelques têtes connues dont l’incontournable Patrick Chaboud du Magic Land Théâtre venu en visiteur, et il est temps de redescendre dans le cabaret pour le spectacle de Peggy Lee Cooper que j’avais eu l’opportunité d’ interviewer en 2019, interview que vous pouvez lire ici : https://branchesculture.com/2019/01/05/interview-peggy-lee-cooper-rencontre-sans-fards-avec-la-diva-bluesy-a-la-voix-rocailleuse/

Ce soir Peggy Lee Cooper nous présente son spectacle J’ai des lettres (mais j’ai pas de culotte) !

Avec une succession de chansons à texte, souvent grivoises et sans retenue, la diva nous emporte dans un univers où sa voix de camionneur rocailleuse nous chante de petites merveilles, et des raretés un peu sales avec sa finesse légendaire…ou parfois pas.

C’est en trio que Peggy Lee Cooper se produit, accompagnée de Grand Malade aux percussions et au chant, et du claviériste Matthieu Vandenabeele.

Ca nous donne de très beaux moments comme cette reprise du titre Ils en sont tous de Robert Roccaou Comme au théâtre une composition qui figure sur son album It Ain’t Over Till The Fat Lady Sings , ainsi qu’ un superbe final avant rappel avec la magnifique chanson Ces Salauds, dont on se régale du texte à chaque fois. Un grand moment !

D’autres titres apparaissent parfois un peu plus faibles en comparaison avec les chefs-d’oeuvre précités, comme Un Suisse prendra son temps, adaptation en français de An Englishman needs time un des grand succès de Eartha Kitt.

Mais dans l’ensemble Peggy Lee Cooper est épatante et reste fidèle à elle même, sortant parfois des clous pour notre plus grand bonheur mais toujours fidèle à son personnage outrancier et atypique duquel émane sous l’aspect clinquant et extravagant, une jolie dose de tendresse.

Le public ravi lui a fait une belle ovation.

C’est donc avec une impression plus que positive que nous avons quitté le Mozaik Festival 2023.

Bravo à son créateur Samuel Bernard à l’initiative du projet, gageons qu’il fera encore mieux l’année prochaine avec l’édition numéro 2.

C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Jean-Pierre Vanderlinden / Photos Fabian Braeckman

Article partagé en collaboration avec Branchés Culture.com. Retrouvez l’article original via ce lien : https://branchesculture.com/2023/06/20/le-mozaik-festival-de-los-a-moelle-sest-deroule-sous-le-soleil-et-devant-un-public-enthousiaste-nous-avons-assiste-le-vendredi-aux-spectacles-de-zidani-et-peggy-lee-cooper/

Fabian Braeckman (317)

Auteur & Photographe

Laisser un commentaire