Hommage à Annie Cordy

Hommage à Annie Cordy

Confestmag ne pouvait pas passer à côté d’ un hommage à une dame,

Non Madame la Baronne, Léonie Cooreman connue sur scène sous le nom d’ Annie Cordy.

Saviez-vous que son blason qu’elle a créée comportait deux masques un qui rit et un qui pleure, en souvenir d’une comedia dell’arte, un épi de blé en souvenir de son nom et de son père et de la traduction française  de Cooreman et de deux lions qui rappelle celui de sa mère De Leeuw. 

Sa devise « La Passion Fait La Force » rappelle celle de la Belgique et de sa force de caractère qu’elle consacrera toute sa vie durant au travail.

Elle disait lors d’une interview qu’elle avait des points communs avec Claude François, … un sale caractère pendant les créations, sans cesse recommencer, ressasser les choses jusqu’à la perfection.

Les différentes générations ont connus Annie à des moments clés de sa vie, les plus anciens se souviendront d’elle comme meneuse de revue à Paris au Lido puis qu’elle accompagnait la caravane du tour de France.  Puis dans des opérettes avec Georges Guetary et Bourvil.  Le cinéma lui fait aussi les yeux doux qui se souvient d’elle dans  « Poisson d’Avril » avec Bourvil et Louis de Funès, et « le Chanteur de Mexico » avec Luis Mariano et Bourvil.

La suite logique aurait été les Etats Unis d’Amérique, mais c’est son mari Bruno qui n’aimait pas les USA, qui lui fit abandonner une carrière pourtant étoilée…

Annie véritable showgirl, va sillonner les salles de spectacles, des mises en scène fabuleuses via des tournées internationales… et une consécration avec la version française de Hello Dolly de Luis Armstrong.

Entre les spectacles, galas on en comptabilise en milliers et les studios d’enregistrements  pour quelques 700 chansons et bien sur les télévisions qui ne se souvient pas des duos avec d innombrables chanteurs chez Maritie et Gilbert Carpentier… et même une bonne du curé avec

Elle trouvera le temps de tourner des films qui dévoilent une autre facette de l’amuseuse publique , avec des rôles plus dramatiques avec un souvenir belge dans « Rue Haute » accompagné de Mort Shuman. 

Elle fera aussi un doublage de voix dans des dessins animés et apparait dans la BD Astérix sous le nom de Nicotineke.

La suite de sa carrière sera surtout télévisuelle, des téléfilms,  des séries et même des jeux télévisés et des apparitions sur des plateaux télés.

Dans toute sa carrière Annie était devenue française car c’était le pays d’adoption grâce à son métier et son mari,  mais gardait une attache à son pays de naissance elle était fière d’être belge et le criait a qui voulait le savoir.

Cette femme semblait éternelle, elle a comme Johnny traversé des générations, ses chansons resteront , il suffit d’assister à des fancy fairs pour se rendre compte que les tout petits fredonnent les succès d’ Annie.

On ne se posera plus la question de savoir qu’elle âge elle a maintenant ?  Elle est devenue éternelle et met déjà l’ambiance là-haut avec Serge, Johnny,  Claude , Charles, Mort, …et les autres sans oublier son amour unique Bruno.

Merci Ninie la Chance

Pour ceux qui ne connaisse pas ou ceux qui voudrai ce rafraîchir la mémoire, voici Annie Cordy qui interprète un medley des ses plus grands titres en live dans les années bonheur.

ConFestMag (69)

ConFestMag.be

Share

One thought on “Hommage à Annie Cordy

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :