Bassiste d’exception, l’ancien chanteur des Charts est devenu, au fil des années de sa carrière solo, une référence dans le paysage musical francophone, et mondial. Il faut avouer qu’à 50 ans (il obtiendra sa bougie supplémentaire ce 30 juillet), l’artiste ne s’essouffle aucunement. Huit albums studios au compteur, plus du double en compositions collectives, et on ne compte même plus ses participations sur les oeuvres chantées par ses paires. Il multiplie les récompenses (victoires de la musique, prix de la Sacem, NRJ music awards…), enchaîne les tubes, mais reste, et c’est ici le plus important, un homme de scène, comme il vient encore de la démontrer ces derniers jours lors de ses passages au Baudet’stival (Bertrix) et aux Francofolies (Spa). Confestmag était évidemment sur place pour vous rapporter quelques clichés de ces prestations.

Il ne lâche que très rarement sa basse, son instrument de prédilection (même s’il en pratique également d’autres).

Des textes avec du sens, généralement liés à un événement marquant ou à son expérience personnelle, une mélodie entraînante, quelques accords accrocheurs … « Calo » connaît la recette et tel un chef-cuistot derrière ses fourneaux, il l’applique à merveille tout au long de ses concerts.

Parolier, musicien, chanteur… un artiste aux multiples facettes.

Calogero a une nouvelle fois réussi à envouter le public, son public désormais car rares sont ceux qui repartent chez eux déçus après avoir assisté à l’une de ses prestations.

Parfois l’air grave, il aborde, il est vrai, des thèmes qui peuvent être lourds.

ReMarck (14)

2 thoughts on “Calogero ne fait pas que de jouer de la musique.

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :