Fan de Led Zeppelin ? Vous allez adorer Teen Song !

Teen Song est le premier roman de l’auteure Claudine Desmarteau. 189 pages qui se lisent très rapidement. Le vocabulaire est largement accessible. L’écriture est simple. La publication originale date du 2 septembre 2009. Plus de dix ans que le bouquin est sorti et on le sent dans certains passages mais cela n’en diminue pas le charme. 

© VAN INGELGEM

Un détail m’a perturbé, le livre est étrangement très rigide, je n’arrivais pas à le tenir de manière confortable.

On retrouve Robert Plant, le Golden God avec toute sa bande à travers un morceau de vie d’une adolescente. 

On ne cite jamais le prénom de la jeune fille âgée de 15 ans, on se met encore plus dans sa peau, il s’agit de nous. Notre regard est compatissant, bienveillant envers la demoiselle car nous comprenons. Je pense que si j’avais lu ce livre à seize ans, j’aurais eu une approche différente.

Le roman est brut, assez naturel et sincère. Il n’est pas découpé en chapitres.

Sur la quatrième de couverture : 

« Je peux pas vivre sans musique. Sans musique, je me traîne comme un scooter en manque d’essence. Si on me confisquait mon iPod, je crois que je deviendrais un rottweiler.

Le portrait incisif d’une adolescente insolente et attachante qui raconte ses doutes, ses joies, ses premières expériences et sa passion pour Led Zeppelin, un groupe mythique dont la musique exprime tout ce qu’elle n’arrive pas à dire.

Claudine Desmarteau est devenue une grande dans l’univers de la littérature pour la jeunesse. » Télérama

Ce que j’aime terriblement de Teen song, ce sont les gribouillages dans le carnet de l’héroïne. Elle se griffonne tout en noir, ne sachant pas encore qui elle est. L’adolescence, une période de transition et mutation. Nous sommes tous passés par là.

© VAN INGELGEM

Ce qui est vraiment appréciable aussi, ce sont les paroles des musiques de Led Zep reprises avec les traductions. On retrouve Good Times Bad Times, Whole Lotta Love, Ramble On, Immigrant Song, That’s the Way, Black Dog, Stairway To Heaven, Going to California et Nobody’s Fault but Mine.

© VAN INGELGEM

Teen song est truffé d’informations sur le « Zeppelin de plomb ». J’ai appris pas mal d’anecdotes et de faits sur le groupe durant cette lecture. On parle également d’autres artistes tels que Serge Gainsbourg, Prince et David Bowie.

Voilà un extrait de l’œuvre qui m’a marqué :

« La musique, ça exprime la joie d’être vivant et la douleur d’être vivant. Le désespoir et l’espoir de s’en sortir. Quand j’ai commencé à aimer Led Zep, je ne comprenais rien aux paroles et je ne savais rien de tout ce trip de Jimmy sur Aleister Crowley. Je trouvais juste cette musique plus puissante que tout ce que j’avais écouté. Maintenant je sais que c’est un groupe plutôt mystique. Ça change rien à ce que j’éprouve quand je mets Immigrant Song ou Black Dog à fond. Ça me file une patate d’enfer, ça me donne envie de vivre. Pour moi, c’est tout ce qui compte.

J’ai appris plein de choses intéressantes sur ce groupe que j’adore. Des trucs drôles, tristes, fascinants, inquiétants, pas très reluisants, parfois. Mais ça fait partie de leur histoire. Jimmy et les autres, c’est pas des dieux. Pas des diables non plus. Juste des hommes mortels qui ont tout donné à leur passion. Je me dis que cette passion dans leur musique, c’est une sorte de foi. Et qu’on peut avoir foi en quelque chose qui n’est ni Dieu ni Satan. »

Je trouve juste dommage que l’ouvrage se termine sur un événement bien précis que je ne vais pas communiquer. Pas de spoil !

That’s all, folks !

Amélie (12)

Étudiante en deuxième année de communication au sein de l'ISFSC.
Fan de Rock 'n' roll depuis le plus jeune âge.
Guitariste à ses heures perdues.

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire