The Killmasters, la BD qui vous plonge dans l’horreur !

Bonjour à tous et à toutes, 

Je vous écris aujourd’hui pour vous parler d’une lecture récente. J’apprécie grandement la musique rock. Alors, je me suis demandée : « Pourquoi ne pas chercher d’autres supports qui m’informent ou me plongent dans cette ambiance électrisante que j’aime tant ? » Voilà comment j’ai terminé avec The Killmasters entre les mains. 

© VAN INGELGEM

C’est une BD fantastique parue le 14 juin 2019 au prix de 14,90 €. Il s’agit d’un one-shot. Nous avons Damián au scénario et Javier au dessin. Et quel duo du tonnerre ! Ils nous tiennent en haleine durant les 70 pages de l’ouvrage. 

Je vous mets le résumé : 

« Norvège, 1995. The Killmasters rentrent d’un concert. Une traînée de sang qui s’écoule d’un camion attire leur attention. Ils se lancent à sa poursuite. Une décision qu’ils vont vite regretter… »

Dès les premières planches, on sent qu’un événement atroce et horrible va se dérouler. Durant tout le récit, le duo d’artistes arrive à nous faire ressentir l’angoisse et la peur des personnages par l’agressivité et le férocité du texte, le dessin sombre et les traits épais, bruts de Javier

© VAN INGELGEM

L’apparition d’une créature démoniaque fait basculer le récit dans un véritable bain de sang et menace de nombreuses vies. 

Ce que j’ai beaucoup aimé également dans cette lecture, ce sont les petits rappels constants à la musique. Des détails qui nous rappellent qu’on suit l’aventure d’un groupe de metal. 

Lorsqu’on referme la BD, on se pose encore de nombreuses questions. Certains seront frustrés ou penseront que le scénario n’est pas abouti, mais je pense qu’il s’agit plus de laisser libre cours à l’imagination de chacun et chacune.

Je vous conseille vivement de plonger dans cette histoire sanglante ! Vous allez dévorer The Killmasters d’un seul coup ! 

Bonne lecture et à très bientôt, 

Amélie (12)

Étudiante en deuxième année de communication au sein de l'ISFSC.
Fan de Rock 'n' roll depuis le plus jeune âge.
Guitariste à ses heures perdues.

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire