Quand Gauvain sert le W-halll …

Il arrive souvent que les premières parties, de chanteurs qu ‘ on appelle confirmé, sont un peu lassante, barbante en fait on attend « la Star » et on est presse de la voir…Donc en 2019 je me suis rendu à Forest National pour me remplir la tête de Renauditudes… Déjà bien en place dans la fosse et sous les appels du public du Mister du soir, les lumières s éteignent et deux petits guitaristes tout timides apparaissent. 

« Bonjour, je m’ appelle Gauvain Sers et mon pote Martial, je viens de la Creuse … » J’ avais payé ma place, donc proche de se public qui adopta déjà le petit Frenchie fragile comme de la porcelaine (sûrement de Limoges) au béret vissée sur sa caboche, qui chantait ce qu on aime avec des rimes en loches. 

Vous le savez amis lecteurs de Confestmag, je suis photographe et non rédacteur, mais quand j ai des coups de coeurs, j aime les partager et quelques années plus tard, le petit homme au béret a fait du chemin. 

L’ occasion pour Confestmag de se retrouver dans une salle magnifique au Whalll de Woluwe pour un concert sold out.  Ce jeudi 24 mars 2022, ce n ‘est plus avec son seul pote Martial excellent guitariste, mais avec un batteur, un bassiste et un clavieriste tout aussi talentueux et qui nous enchantent durant plus de deux heures.

A ceux qui n’étaient pas là, vous ne connaitrez jamais son amour pour les Suisses, ou son acceptation des chanteurs Belges, de la bière et de nous les Belges.

Public qui reprenait chaque morceaux : Ta place dans ce monde – la France des gens qui passent – Henin Beaumont – les toits de Paris -sentiment étrange – dans mes poches – l’ épaule d’un copain (dédié a son pote Martial l excellent guitariste qui ne peux pas être cédé à un autre chanteur… )

– excuse moi mon amour – comme si c’était hier – le convoyeur -en première ligne – mon fils est parti au djihad – le coup de fil j’y suis pour rien – pourvu- entre république et nation – changement de programme

et comme le public n ‘était pas rassasié, il a fallu un rappel avec : monsieur le Président – elle était là – y a plus de saisons et les oubliés en coeur avec le public et une enfant du haut de la salle qui reprenait le refrain avec Gauvain se baladant dans la salle. 

Des soirées comme on aime qui se termine par une séance de dédicaces et de selfie d’un artiste très attachant et qu’on demande à revoir très vite dans notre petit pays.  

Fabian Braeckman (44)

Auteur & Photographe

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :