HERVE, déchaîné et adoré au Nuits Botanique 2020…

HERVE, déchaîné et adoré au Nuits Botanique 2020…

Le chanteur Hervé vient de publier « Hyper », un premier album à l’âge de 28 ans, lui qui s’est lancé dans la musique, 10 ans plus tôt. Il a l’habitude de tout manager seul de l’élaboration des chansons aux clips, en passant par les pochettes. Après cette phase solitaire, il prend son van et accompagné de ses musiciens, il se rend sur scène afin d’aller y chercher une forme de performance physique. Sa musique, on peut la décrire comme électronique, avec la présence de basses et de batterie qu’il affectionne. Il parle à travers ses textes de tous les sujets, mais n’a pas forcément envie que le public les comprenne, mais qu’ils en fassent leur propre interprétation. Même s’il a grandi et vit à Paris, il est de sang breton et c’est là-bas qu’il élabore ses disques, et l’ensemble de ses projets. Il y a même passé le confinement alors qu’en principe pour écrire il a besoin de partir car il écrit mieux sur son temps quand il prend ses distances avec lui.

Quand il vient dans la région, il lui arrive de louer une maison car composer avec des machines, engendre le bruit. Il avoue vivre au jour le jour surtout depuis la pandémie et ses concerts affichent complet, mais peu lui importe de toute façon le nombre de public, le principal pour lui c’est le sentiment de résistance qu’il ressent et surtout que les gens viennent même avec des masques de circonstance, même assis car lui et son public ne lâchent rien. Clara Luciani et Eddy de Pretto, deux étoiles montantes de la chanson francophone lui ont même donné leur faveur , très probablement parce-qu’ils sentent ses chansons, et qu’à leur image il est un vrai chansonnier avec une posture dite moderne.

Dehors il fait froid, venteux et humide… Alors les équipes du Bota ont d’abord pensé au conforts de ses spectateurs. Le Covid laissant déjà assez de malades sur Bruxelles, ça suffit ! Fallait pas que les amateurs d’ Hervé et de Charles se retrouvent en congé forcé.

Les consignes usuelles de préventions, les musicos en place et « c’est parti pour le show …. ». Hervé sautillant prend place derrière le clavier, sautant bougeant dans tout les sens, dansant, grimaçant… La tornade était en fait à l’intérieur ! Comme si , il a garder en lui toute l’énergie pour se déchaîner pour ses 2 concerts successifs de même acabit. Véritable boule de nerfs, toujours en mouvement derrière son clavier, communicatif pour ce public tout dévoué même assis et claquant des pieds à faire trembler le théâtre.

Tout cela dans les normes et aucun débordement faut le signaler… Voix atypique , à la limite du chuchotement, musiques électronique super entrainante, textes quelquefois incompréhensibles, mais très attachant et autant il peu grimacer durant ses morceaux, autant il rigole a chaque moments qu’il s ‘adresse au public. On a même eu droit à un morceau volé à Bashung , « La Peur des Mots », mais qui lui sied à merveille. Le concert malheureusement raccourci fut trop court même pour lui et les remerciements d’ Hervé et ses musiciens en témoignent…

Super concert, un petit coup de coeur pour une nouvelle découverte, Confestmag a adoré.

Biographie COCU Christophe Résumé et Photographie BRAECKMAN Fabian

ConFestMag (68)

ConFestMag.be

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :