De Words Of Goethe en passant par Senso, « Obispo » et 30 ans de Succès…

0

Pascal Obispo, né le 8 janvier 1965 à Bergerac (Dordogne), est un artiste emblématique de la scène musicale française. Dès 1992, il accède à la notoriété avec le titre « Plus que tout au monde ». En plus de sa carrière de chanteur, Obispo se distingue en tant que compositeur, contribuant à des succès pour des artistes renommés tels que Florent Pagny, Johnny Hallyday, Garou, Zazie, Marc Lavoine, Natasha St-Pier, Patricia Kaas, ainsi que la comédie musicale « Les Dix Commandements ». En tant qu’interprète, il a vendu plus de cinq millions d’albums, et en tant que compositeur, il affiche quatorze millions de ventes.

Au-delà de son succès musical, Pascal Obispo se caractérise par son engagement humanitaire, particulièrement envers les Restos du Cœur et la lutte contre le sida. Né de Max Obispo, ancien joueur de football des Girondins de Bordeaux, et de Nicole Guérin, originaire d’Angers, Pascal grandit dans un environnement marqué par la diversité culturelle.

Dans les années 1980, alors que Rennes devient un bastion du rock en France, Obispo s’immerge dans la musique, influencé par des groupes tels que The Cure et le rock rennais de Marquis de Sade. Ses débuts musicaux remontent à la création du groupe Words Of Goethe en 1983, suivi de son rôle de bassiste dans le groupe new wave Evening Legions pendant son service militaire en 1986. En 1988, il rejoint le groupe Senso en tant que chanteur.

Le tournant des années 1990 marque le début d’une carrière solo fructueuse. Son deuxième album, « Plus que tout au monde » (1992), rencontre un vif succès avec les singles éponymes et « Tu vas me manquer ». Les années suivantes voient la sortie d’albums à succès tels que « Un jour comme aujourd’hui » (1994) et « Superflu » (1996), ce dernier atteignant plus d’un million de ventes grâce à des titres populaires comme « Personne » et « Les meilleurs ennemis » en duo avec Zazie.

Pascal Obispo s’illustre également dans la collaboration avec d’autres artistes, contribuant à des projets tels que l’album « Savoir aimer » de Florent Pagny et l’écriture de la chanson « Sa raison d’être » au profit de la lutte contre le sida.

Le parcours d’Obispo se poursuit dans les années 2000 avec des albums tels que « Studio Fan – Live Fan » (2004) et « Les Fleurs du bien » (2006), récompensé par sa première Victoire de la musique. Engagé socialement, il offre des concerts au profit des ostréiculteurs du bassin d’Arcachon et à la reconstruction du massif forestier après la tempête de 2009.

Dans les années 2010, Obispo se distingue par ses projets novateurs, dont la réalisation de la comédie musicale « Adam et Ève : La Seconde Chance » (2010). Son best-of « Millésimes » (2013) célèbre ses vingt ans de carrière. En 2018, il devient coach dans la 7e saison de « The Voice » et joue dans le film « La Ch’tite Famille ».

En 2020, pendant la pandémie de Covid-19, Obispo compose le titre « Pour les gens du secours » au profit des hôpitaux de France. En 2023, il annonce son retour sur les plateformes de streaming avec le titre « J’étais pas fait pour le bonheur » en duo avec Giordana Angi, extrait de son nouvel album « Le Beau qui pleut » prévu pour le 15 septembre. Sa tournée « 30 ans de succès » débutera en octobre avec 12 musiciens sur scène. Pascal Obispo continue d’écrire une page majeure de la musique française, alliant succès commercial et engagement humanitaire.

« L’Expérience Inoubliable de Pascal Obispo à Forest National : Un Concert Enflammé et Mémorable »

Forest National, Bruxelles, Belgique – 11 novembre 2023

Confestmag a eu le privilège d’assister au passage belge de Pascal Obispo à Forest National, offrant à son public une soirée inoubliable mêlant énergie, émotion et performance exceptionnelle. Voici le récit de cette expérience unique.

Le spectacle a débuté par une mise en bouche captivante assurée par Giordana Angi, se tenant seule au centre de la grande scène, accompagnée de son pupitre, clavier et ordinateur. Bien que son rôle fût de chauffer la salle, Angi a su créer une atmosphère envoûtante, anticipant l’explosion d’énergie qui allait suivre.

Après un bref entracte, les lumières se sont éteintes, cédant la place aux jeux de lumières et aux musiciens qui sont apparus un à un, introduits par la voix off de Pascal Obispo. Pas d’écrans, mais une scène grandiose avec 12 musiciens et 3 choristes, prêts à électriser un public belge conquis, dont certains découvraient l’univers musical de l’artiste pour la première fois.

La star de la soirée, Pascal Obispo, est entré dans le dome avec style, vêtu de jeans blancs, lunettes noires, et le logo de la tournée floqué dans le dos de sa veste. Tour à tour devant le micro central, derrière son clavier, au centre de la scène, ou arpentant la scène avec sa basse, il a offert une performance physique et captivante.

Notre travail de photographes s’est malheureusement arrêté après les trois premières chansons ( Jamais – L’Important C’est d’Aimer – Sa Raison d’Être ), mais c’était la règle, car le véritable spectacle a débuté après ce triptyque initial. Des musiciens au sommet de leur art et un Pascal Obispo débordant d’énergie et d’amour pour son public belge ont créé une symbiose inoubliable sur : – Les Meilleurs Ennemis – Tu Trouveras – Zen – A Qui Dire Qu’on Est Seul – Savoir Aimer (petite dédicace à Florent au passage ) – J’Etais Pas Fait – Le Drapeau ( Captain Flowers ) – Le Beau Qui Pleut – Millésime ( avec le public comme choristes ) – ensuite un medley acoustique sur Plus Que Tout – Ou Et Avec Qui Tu M’ Aimes – et pour se souvenir des chansons inclassables mais réalisées quand même : Sous Le Soleil ( oui oui c’est de lui !). On continue la revue des titres, que l’on a tous eu un jour dans la tête et qui restent gravés à jamais (j’ai vu les messieurs accompagnant Madame se trémousser et chanter alors qu’il venaient juste pour faire plaisir et j’ai des témoignages …). Je vous disais plus haut que ce fut un spectacle complet avec une passion partagée pour calmer un peu la tachycardie on retourne au piano pour Et Un Jour, et direct après c’est l’instant basse : Rien Ne Dure – Mourir Demain ( à ce moment-là le public explose ) – Comment S’ Aimer ? ( la question est dans la réponse en ce samedi soir, c’est en regardant Pascal Obispo n’est ce pas Mesdames ?) . 1980 déclenche les folies musiciennes en ajoutant du « The Cure » et autres sons des années Eighties et Le moment pour Sam Stoner le guitariste fou, de pousser la voix. Tomber Pour Elle juste pour voir si le public suit encore, affirmatif les belges ne sont pas fatigués. Et l’inévitable, l’incomparable Lucie pour un retour au piano après tous ces instants de folie. Un petit au revoir et merci aux musiciens et un public qui ne laissera pas Monsieur Obispo .partir aussi vite ! Le sol tremble, le public crie Pascaaaal et sous l’instance de ces enragés quoi d’autre de rappeler que Johnny a foulé la même scène il y a quelques années déjà, qu’ il fallait r’ Allumer Le Feu et terminer ce spectacle avec Fan et l’ Envie D’ Aimer au piano. La comparaison avec le concert précédent de l’autre côté de la frontière souligne la ferveur unique de la soirée bruxelloise.

Une mention spéciale a été faite quant à la possibilité d’une amélioration de la captation du spectacle, initiée à Bordeaux et potentiellement perfectionnée à Bruxelles en janvier, laissant présager un futur enregistrement exceptionnel.

Le public bruxellois, contrairement à celui en France la veille, n’a pas attendu les consignes pour se lever et exprimer son enthousiasme. Les fans déchaînés ont brandi leurs smartphones, capturant les moments magiques et participant activement à l’expérience. La salle elle-même est devenue une partie intégrante du spectacle, ajoutant à la beauté globale de l’événement.

Parmi les moments forts, le retour sur scène de Giordana Angi pour un duo avec Pascal a ajouté une touche spéciale à une soirée déjà exceptionnelle.

Confestmag espère vivement être présent en janvier pour confirmer que le concert de Pascal Obispo à Forest National est l’un des meilleurs spectacles qu’ils ai eu le privilège de voir. Un rendez-vous à ne pas manquer pour tous les amoureux de la musique et les fans de l’artiste.

Fabian Braeckman (250)

Auteur & Photographe

Laisser un commentaire