Dub Fx franchit toutes les frontières, géographiques et musicales.

0

En 2006, Benjamin Stanford, alias Dub Fx rejoint l’Europe avec un plan simple, vivre dans une camionnette, parcourir le monde et se produire dans la rue.

Trois sur scène, c’est le maximum. Dub Fx, son plus fidèle ami et Mr Woodnote, au saxo et clavier.

Désormais, avec plus de cent cinquante mille albums vendus, 200 millions de vues sur Youtube, une fanbase de minimum 600 000 personnes, on peut dire que l’artiste a réussi son entrée dans le monde de la musique, au point d’être aussi devenu une figure marquante des festivals du monde entier. «J’aime mélanger tous les genres, jazz, reggae, hip-hop, samba, drum’n bass, dubstep. Peu importe ce que je ressens en ce moment, c’est la beauté de ma configuration » confiait-il voici quelques années.

Et si la notoriété lui colle désormais à la peau, l’homme lui, n’a pas vraiment changé. Je parle évidemment du tempérament, de sa conception de la musique et du monde car physiquement, les muscles sont passés au calibre adulte, sa peau s’est parée de tatouages et sa barbe est bien marquée. Mais que ce soit sur la scène principale d’un méga événement, dans une petite salle de banlieue ou même en rue, Benjamin se donne toujours à 110 %.

Une prestation toujours très aboutie.

A 40 ans, Dub FX, ce musicien australien originaire de St Kilda (Melbourne), reste effectivement avant tout un artiste de rue, militant social, qui utilise les sons et les textes qui y sont liés pour véhiculer ses messages. Mais ne vous fiez pas à cette simple phrase pour le cataloguer comme une étoile filante du paysage musical mondial.

L’homme arpente en effet le bitume pour sa … 15ème tournée européenne. Un road/scène trip destiné à soutenir son album très attendu « Infinite Reflection ». La tournée a débuté le 21 septembre 2023 et ne pouvait évidemment pas exclure la Belgique, où il a notamment déjà été invité à deux reprises à Dour (2013 et 2015).

« Les festivals sont géniaux mais courts… dans les clubs, je peux étirer la liste de morceaux et vraiment emmener les gens dans un voyage ! J’ai hâte ».

Avec son mélange unique de bouclages en direct, de beatboxing et de production de classe mondiale, Dub FX a acquis une reconnaissance mondiale pour promouvoir la positivité, l’unité et la sensibilisation sociale grâce à ses paroles puissantes portées par un flow envoutant. Son dernier album, « Infinite Reflection » le 11e « studio » (tous parus chez Convoy excepté deux, en auto-production), célèbre les sons soulful, ces beats de tête qui font hocher mécaniquement la caboche, et la messagerie consciente positive.

Jamais très loin de ses « machines » à loop.

« Infinite Reflection », ce sont 9 morceaux dont 1 éponyme, mais aussi une tournée européenne de 36 dates entre le 21 septembre et le 25 novembre, passant par la Slovénie, Croatie, Serbie, Bulgarie, Hongrie, Slovaquie, Pologne, Allemagne, République Tchèque, Autriche, Italie, France, Pays-Bas, Suisse et … la Belgique où ce marathonien de la scène s’est produit à deux endroits à savoir en Flandres, à Sint-Niklaas le 11 novembre, et en Wallonie, au Reflektor (Liège) le lendemain.

Chemise zébrée, bras et cou tatoués, lunettes de soleil…

Artiste de musique assez hétéroclite, Dub Fx mélange beat box/Dub/Psychédélique et Trip hop australien. Il s’est fait connaître en se produisant seul dans les rues des grandes villes, principalement en Europe, enregistrant tour à tour une multitude de sons différents, avec sa voix puis les agençant et les modifiant à l’aide d’une pédale d’effets (loop station), mais lorsqu’il est accompagné de son fidèle acolyte (ils se produisaient déjà ensemble voici 14 ans), Mr Woodnote, un saxophoniste exceptionnel, le show prend encore plus d’ampleur. On vous renverra vers une célèbre plateforme pour voir notamment deux vidéos de ce duo prises à 14 ans d’écart (Flow et Falling).

Mais revenons à ce 12 novembre 2023, au cœur de la cité ardente, dans cette belle petite salle du Reflektor. Quelle soirée ! Entre reggae, ska, hip-hop et rap, le tout saupoudré d’un trait de saxophone à peine marqué, Dub Fx et ses compères (car un autre de ses plus anciens amis est venu rapper en featuring) nous ont fait voyager entre leurs terres aborigènes natales (chères à AC/DC, INXS, Midnight Oil et autre Wolfmother tout de même…), les cités ouvrières de Manchester, le centre de Camden Town et les plages de Jamaïque. Sans copier ni « singer » les artistes originaux, on retrouve un peu de Madness, de UB40 et même d’Eminem dans ce set planant.

Et pour ceux qui auraient l’eau à la bouche, c’est à La Laiterie de Strasbourg, qu’est actuellement annoncé le seul concert français de 2024 de Dub FX. Ce sera le 04 avril. Mais gageons que d’autres lieux et jours vont venir rapidement se joindre à celui-ci.

Retrouvez les clichés du concert sur la page Facebook – ReMarck Photos.

ReMarck (88)

Laisser un commentaire