Pluie de prestations scéniques remuantes au Cabaret Vert.

0

Si nous nous sommes un peu attardés à vous présenter le site lors de notre précédent article, vu que c’était aussi une découverte pour nous, nous allons revenir aujourd’hui sur un autre aspect un peu plus en détail cette fois, celle des shows proposés par certains invités au Cabaret Vert. Le samedi fut en effet un jour assez marquant car quelques pointures annoncées, telles Cypress Hill, Skip The Use et Dropkick Murphys, ont tenu leur rang, mais d’autres, certes connus des afficionados mais moins du grand public, ont aussi sorti leur épingle du lot par l’univers proposé, et là on pense à Rise of the Northstar ou Sleep Token, l’énergie de leur prestation, celles de Enhancer et des Lambrini Girls étant sans communes limites, ou encore la singularité de leur show, et de ce côté la palme revient à Apashe.

Evidemment, ceci n’est qu’un avis personnel, et non exhaustif car il est, humainement, impossible de pouvoir assister à toutes les performances, plusieurs scènes étant occupées de concert et le don d’ubiquité ne faisant nullement partie de nos attributions. Sans compter que l’on a tous, inexorablement, des affinités plus développées avec l’un ou l’autre style, des attentes précises ou non et des références qui nous rapprochent ou nous écartent de certains artistes.

Nous avons donc effectué certains choix, en essayant toutefois de pouvoir « balayer » large en couvrant le maximum de concerts, et dans des veines musicales assez variées. Cette « course » effrénée entre les scènes nous empêche toutefois souvent de pouvoir nous attarder plus de trois chansons par spectacle. Difficile d’analyser une prestation, ou même de vous proposer un ressenti sur un laps de temps si restreint. Nous reprendrons donc ici une partie des descriptifs officiels proposés sur le site du Festival, ces descriptifs étant dans nos reportages inscrits en italique, entre guillemets.

Lobo El et Cotchei

On débute avec Lobo El et Cotchei  « Ce duo de rappeurs se distingue par son originalité, sa complémentarité et sa faculté à entraîner les foules. Le duo est reconnu à grande échelle dans la discipline de l’impro-rap, depuis que Lobo a remporté en 2019 le titre de champion du monde de la compétition End of The Weak, la seule de rap-impro au monde. Lobo & Cotchei partagent un micro et des valeurs. Malgré leurs années d’expérience et les sollicitations, le binôme tient à son indépendance et à sa singularité : un rap engagé et conscient masqué par une musique entraînante et festive ».

The Drama Kings – « The Drama Kings est un groupe de garage rock psyché avec une touche de fuzz. Ce power trio Parisien/Rémois est composé de Jean-Philippe «Popi» Dahmani au chant/guitare (ex the Leezard one man band), Robin Mognetti à la batterie (Servo Control Tape Transport) et Diego Alorda à la basse (ex Fando, Chili). »

Limsa D’Aulnay  « Originaire d’Aulnay-sous-Bois, Limsa fait ses premiers pas dans le rap à 17 ans en apparaissant notamment sur la compilation Brigade des mineurs du label Karismatik en 2007. Expert freestyler, il est invité par Georgio en 2013, sur le légendaire Grünt #11 aux côtés de Nekfeu, Alpha Wann ou encore Lomepal, il y rencontre alors la 75e Session. En 2020 il lance les deux premiers volets de la série d’EP Logique, marquant un tournant majeur dans son parcours artistique. En 2022, Limsa d’Aulnay a signé son retour tant attendu avec Logique Part 3 et prépare un album commun avec ISHA ». Salim, alias Limsa, tient la scène. On ressent de suite qu’il a « de la bouteille », par contre, quel ne fut pas notre étonnement de voir l’intéressé se présenter sur scène habillé d’une tenue de foot mauve au blason d’un club de la capitale …belge. Et oui, c’est bien avec un ensemble d’Anderlecht que l’artiste s’est produit sur scène.

Wolfmother est un groupe de Hard Rock provenant de l’île qui a vu grandir ACDC, je veux évidemment faire référence à l’Australie. « Musicalement par contre, il faudra plutôt chercher du côté de Black Sabbath, Led Zeppelin, Deep Purple ou The Kinks.

Wolfmother.

L’histoire de Wolfmother débute avec la passion commune de trois amis pour le heavy metal : Chris Ross, Andrew Stockdale et Myles Heskett qui se lancent dans la composition de leurs propres morceaux à grand renfort de basses, de guitare et de clavier et en adaptant différentes influences au heavy metal, leur univers de prédilection. Triple platine en Australie le buzz se créé très vite autour du groupe sur le reste de la planète et récolte de bons échos un peu partout dans la presse ». Bien que n’étant ni un musicien émérite, ni un passionné inconditionnel du hard rock, on peut vous assurer que musicalement, le niveau est très très élevé. On a là des passionnés qui sont des virtuoses avec leurs instruments en mains et ils transmettent leur passion par leurs notes, c’est certain, mais aussi par leur attitude et leur bonne humeur communicative.

So good…

Lambrini Girls : retrouvez notre article ici.

The Inspector Cluzo  « définis comme desRock farmers car ils sont agriculteurs bio depuis 15 ans. Ce duo guitare/batterie de rock-blues s’est formé en 2008 à Mont-de-Marsan par Laurent (Guitares, Chant) et Mathieu (Batterie). Depuis 2008, TIC a fait plus de 1200 dates dans plus de 67 pays, de façon complètement auto-produite visitant des festivals comme le Lollapalooza Chili et Brésil, Oppikopi festival (Afrique du Sud) ou encore le Fujirock (Japon), Pentaport (Corée du sud) mais aussi l’Inde, la Chine, le Pérou ou Madagascar. »

Rise of The Northstar  «Le quintet français de Rise Of The Northstar vient de sortir son nouvel album, Showdown. Toujours dans cette fusion entre Metal moderne, musique urbaine et culture pop japonaise, l’album, qui a été mixé par Johann Meyer (Gojira) et masterisé par Ted Jensen (Sterling Sound Studio), voit le groupe pousser tous les curseurs encore plus loin. Cette nouvelle période est inaugurée par le single One Love, morceau à l’énergie positive dont le message est simple : “gardez la foi et n’abandonnez jamais ce qui vous fait vous sentir vivant. Ne perdez jamais vos fondamentaux.

La culture japonaise est au centre de l’univers du groupe.

Combinaisons noires avec inscriptions japonaises en blanc, masques pour certains (bandeau pour un autre), mais une énergie et un attrait non dissimulé pour la culture Manga communs. C’est percutant. Et mieux vaut ne pas oublier ses bouchons en frontstage, même pour trois morceaux, car les membranes des diffuseurs sont sollicitées.

Rock et Manga.

Jazzy Bazz «Rappeur originaire de Paris 19ème, Jazzy Bazz s’est révélé au début des années 2010 avec le collectif L’Entourage dans lequel on retrouve entre autres Nekfeu, Alpha Wann, Deen Burbigo. Bercé entre Paris et Buenos Aires, initié à la musique dès son plus jeune âge par son père, musicien lui-même, c’est à travers le rap qu’il trouve un moyen d’expression pour sa créativité.

Jazzy Bazz.

Deux premiers albums auto-produit affirment la personnalité d’un artiste privilégiant autant le fond que la forme, qui choisit soigneusement ses thèmes et cisèle chaque rime avec exigence. Après deux années riches en sorties d’EP (« Memento » vol.1, vol.2, vol.3 et « Private Club« ) Jazzy Bazz sort son 3e album MEMORIA le 21 janvier 2022. L’album incluant des collaborations avec Nekfeu, Alpha Wann, Josman, EDGE sera classé numéro 1 dès sa sortie. »

Sleep Token  «Groupe de metal britannique formé en 2016 dont les membres sont masqués, si bien que leur identité est inconnue. Le leader et chanteur du groupe est connu sous le nom de Vessel. La première sortie du groupe est un EP intitulé One, en 2016, suivi par Two en 2017. Le premier album studio du groupe, Sundowning, sort en 2019 sous le label Spinefarm Records. Le second, intitulé This Place Will Become Your Tomb, est publié en 2021. Le webzine Loudwire le classe 12e meilleur album de rock/metal de 2021.

Vessel.

Le 5 et 6 janvier 2023, Sleep Token sort deux singles : Chokehold et The Summoning. Ce dernier atteint la deuxième place du classement Viral 50 Monde de Spotify. Deux autres singles, Granite et Aqua Regia, sont publiés le même mois. Le 15 février, le groupe annonce la sortie prévue le 19 mai 2023 de son troisième album studio, Take Me Back to Eden, et sort un cinquième single, Vore ». Lumières tamisées, artistes masqués et maquillés (torse recouvert d’une peinture noire), ambiance très planante… Avec Sleep Token, on rentre dans un univers parallèle intemporel où les besoins primaires semblent avoir repris le pouvoir. C’est dépaysant, rafraichissant et étonnant.

Dropkick Murphys «Légende du rock’n’roll originaire de Boston, le groupe écrit des chansons destinées à être chantées à tue-tête à la fermeture des pubs ou dans des stades pleins à craquer. Leur discographie comprend quatre albums qui ont consécutivement atteint le top 10 Billboard. En 2020, le groupe a été l’un des premiers à se pencher sur les shows en ligne qui ont réuni plus de 5,9 millions de spectateurs. Le groupe a récemment dévoilé son nouvel album 100% acoustique “This Machine Still Kills Fascists”  qu’il a joué lors de sa tournée américaine, un opus qui apporte un nouveau souffle aux paroles du légendaire Woody Guthrie. Cette année, la St Patrick a eu lieu en août»

Pour notre part, on affinera encore un peu en parlant plutôt de rock celtique irlandais puisque les Dropkick sont les têtes de proue de ce mouvement. Et c’est vrai que l’univers proposé est encore plus proche des soirées endiablées de Dublin que de celles du Boston où vivent les membres du groupe et leurs familles. Le chanteur est une   pile électrique qui saute d’un côté à l’autre de la scène quand il ne vient pas à la rencontre du public. On assistera d’ailleurs à une séquence un peu particulière quand arrivera près des barrières une personne en fauteuil roulant portée à bout de bras par les spectateurs. Alors que le service de sécurité s’apprête à évacuer le héros du moment, tout content d’avoir pu filmer son approche du groupe, le chanteur descend en avant-scène pour venir le saluer en personne. Et bien, il n’a pas perdu sa soirée celui-là.

Enhancer est formé en 1996 par de jeunes des banlieues pavillonnaires de Cergy-Pontoise qui vont se retrouver pour jouer ensemble, non pas sous forme d’un groupe, mais d’un véritable collectif un style de musique mêlant rock, hip-hop et quelques autres variantes, sous l’appellation de Nu métal.

Le public en feu face à Enhancer.

Entre 1996 et 2011, le groupe va glisser progressivement le curseur du mode rock au mode hip-hop, proposant même des featuring à Soprano ou La Fouine. Après 4 albums studio, le groupe se sépare, ne se reformant qu’en 2022 pour un concert unique au Forum de Vauréal… et cette fois au Cabaret Vert. Deux prestations terribles qui ne font qu’attiser encore plus les regrets des amateurs de ce genre de fusion musicale qui ont trouvé là, avec Enhancer, un groupe emblématique qui assure un show dynamique sur scène, mais aussi dans le public puisque certains membres n’hésitent pas à se lancer dans la foule.

Communion avec le public.

Une foule qui va être invitée à prendre place, du moins une partie de celle-ci, sur scène ! Tous ceux qui arrivent portés par les festivaliers peuvent nous rejoindre … Et bien le message a été reçu 5 sur 5 par de nombreux fans qui ont rapidement obligé le groupe a changer son fusil d’épaule, pour d’évidentes raisons de sécurité. Qu’à cela ne tienne, on a vu des quadras en pleine forme, heureux de retrouver les planches, alors qui sait… peut-être que ces deux expériences réussies feront naître le désir de reprendre le chemin des studios ?

Cypress Hill « Il y a trois décennies, B-Real, Sen Dog et DJ Muggs ont mis un « coup de poing » dans la culture populaire et l’ont laissée lapidée, stupéfaite et stupéfiante !  Cypress Hill fait irruption sur la scène en 1991 et c’est avec Black Sunday sorti à l’été 1993, qu’ils vont connaître le succès, remporter trois nominations aux GRAMMY® Awards et devenir triple platine aux États-Unis.

B-Real.

7 albums plus tard, le groupe sort « Back In Black » qui marque un retour aux racines gangsta-rap de Cypress Hill. » Les visages sont un peu flétris, la démarche est moins assurée, mais le style Cypress Hill est toujours bien là, notamment grâce à la voix si singulière de B-Real.

Dinos « Un an et demi après la sortie de son double album platine Stamina, Memento. Dinos revient avec Hiver à Paris, album qu’il tease sur les réseaux sociaux depuis quelques temps. Ce double album est divisé en deux « rives » : Rive Droite et Rive Gauche.

Dinos.

Dans la Rive Droite, on peut entendre et trouver des featuring surprises : Hamza, Ninho, SCH, Laylow, Akhenaton, Lossapardo, Mathilda…Un casting cinq étoiles. Pour cette partie de l’album, Dinos décrit Paris et sa banlieue dans ce qu’elle a de plus tragique: les difficultés d’y vivre, la confiance entre les gens qui se perd, énormément de questions… Dans la rive gauche, on se dirige vers le coté plus lumineux de Paris, son coté plus sophistiqué et raffiné. Dinos définit cet album comme un pont entre les classes sociales, il a souhaité représenter la capitale dans tous ses aspects, les plus prestigieux comme les plus populaires ».

Skip The Use « le fameux groupe de rock lillois effectue son grand retour après 2 ans d’absence avec un nouvel album (le 5e version studio) et une nouvelle tournée « Human Disorder ». L’album, intense, paradoxal, aux émotions qui s’entrechoquent, imprime une traversée des ténèbres pour accéder à la lumière, celle qui fait de nous des Hommes. « Human Disorder » nous montre encore une fois toute l’efficacité et la puissance de Skip the Use, un groupe taillé pour la scène, leur terrain de prédilection. »

Mat Bastard en forme.

On confirme, ce groupe est, à l’instar de Shaka Ponk, une bête de scène qui tel un pokémon ou un Gremlins nourri après minuit (à chacun sa référence) se transforme véritablement au contact du public. Auditivement c’est bon, visuellement, bon aussi, mais mixer les deux ensemble et c’est de la bombe. Et pour l’occasion, Mat Bastard (originaire de Bruxelles mais qui vit la plupart du temps aux States) s’offre un duo avec Anthéa Guiost, la chanteuse du duo A-Vox et accessoirement sa compagne à la vie. Sinon, ça court, jumpe, saute dans tous les sens. Un show complet aux accents résolument rock, mais avec cette petite touche habituelle de pop/rap qui habille généralement les compositions scéniques de ce groupe qui n’est jamais en manque d’énergie.

En duo avec Anthéa.
Une boule d’énergie sur scène.

Apashe est un producteur de musique électro originaire de Bruxelles. « Depuis sa signature chez Kannibalen Records en 2011, il a sorti de nombreux hymnes mettant en valeur sa conception sonore révolutionnaire. Son style hybride peut changer d’apparence comme on le voit à travers des projets comme l’EP Requiem et son album Renaissance qu’il a enregistré avec un orchestre de 69 musiciens.

La techno rencontre le classique…

Apashe se distingue également par ses performances live uniques dans lesquelles il recrée ses morceaux à coup d’éditions inédites, de remix officiels et d’originaux. Avec ses partenariats Netflix, NBA, Apple, HBO, Sony, MTV et la création de bandes originales pour Hollywood, Apashe est l’artiste Kannibalen le plus titré et enregistre plus de 325 millions de streams sur Spotify« .

Retrouvez les photos de ce reportage et du Cabaret Vert sur la page Facebook ReMarck Photos.

ReMarck (88)

Laisser un commentaire