Ana Tijoux enfin de retour avec « Vida »

0

Figure emblématique du rap latino, la MC activiste franco-chilienne annonce son nouvel album et une date dans son pays de naissance, la France.

Ana Tijoux a décidé de nommer son cinquième album studio « Vida », la vie en espagnol. La rappeuse franco-chilienne explique que l’idée lui est venue d’un ami clown qui s’évertue à faire rire les gens dans les camps de réfugiés « Il a dit que la meilleure vengeance contre la mort est la vie elle-même.« 

Or, au moment de commencer à travailler sur cet album, la mort était assez présente dans l’esprit de Tijoux « Plusieurs personnes proches de moi étaient décédées et je voulais leur rendre hommage », relate l’artiste. « L’idée était de célébrer leur existence, mais pas de manière superficielle, car il n’y a rien de plus profond que la vie. Je crois qu’après tout, être en vie en vaut la peine – l’existence humaine avec ses inévitables tunnels et contradictions, danses et désaccords. Je pense qu’il est important de ne pas perdre de vue ses émotions – de préserver les sentiments comme l’épine dorsale qui nous permet de traverser la vie avec intégrité ».

Ana Tijoux a pris le temps de peaufiner cet album qu’elle a voulu personnel mais en le dédiant à des proches disparus…

Vida se présente donc comme une collection exubérante de 15 titres parsemée de collaborations avec des invités comme la chanteuse portoricaine iLe, Talib Kweli et Plug 1 (Kelvin Mercer) de De La Soul. De la joie imprudente du morceau d’ouverture plein d’entrain « Millonaria » et du morceau bilingue très coloré hip-hop de « Tú Sae » à l’urgence déformée de « Niñx » et à la sophistication sans effort de « Bailando Sola Aquí » – imprégné de motifs Afrobeats cool – la session trouve la chanteuse revigorée par l’ouverture émotionnelle de son propre processus créatif. « Il y a un enfant intérieur qui vit en chacun de nous », réfléchit-elle lorsqu’on l’interroge sur l’énergie juvénile du disque. « Je pense souvent aux films d’animation de Hayao Miyazaki – la beauté de la contemplation qui est si souvent mise de côté dès que nous devenons des adultes ennuyeux. J’ai peut-être l’air d’un hippie, mais nous devrions faire le contraire et ne jamais perdre de vue les émotions. Nous devrions renouer avec nos liens familiaux, la pleine lune, le temps qui passe. » Et pourtant, la réalisation de Vida comportait son lot de doutes et de complications. Les fans fervents de Tijoux se souviendront que le précédent album de la rappeuse – le primé Vengo – date tout de même de 2014, une autre époque en termes d’évolution de la musique pop.

« La vérité, c’est que j’ai commencé à faire de la musique à 18 ans et je n’ai jamais arrêté », admet-elle. « Après la sortie de Vengo, nous nous sommes lancés dans une longue tournée. J’ai eu le privilège de visiter de nombreux endroits différents et de partager les nouvelles chansons avec les fans. Dans ce métier, tout semble extrêmement important. Chaque opportunité est présentée comme quelque chose à ne pas manquer. Mais j’étais aussi redevenue mère, j’allaitais mon enfant pendant ma tournée et j’ai fini par m’épuiser – à la fois physiquement et émotionnellement – ​​sans même me rendre compte de ce qui se passait « . Ecrire dans un paysage musical qui évolue à un rythme toujours plus rapide est éreintant. « Bien sûr, l’ego et l’ambition font aussi obstacle », sourit-elle. « Vous voulez créer un chef-d’œuvre qui entrera dans l’histoire. Je n’ai pas bien géré le stress. C’était comme une cocotte minute et je pensais que je ne savais plus composer des chansons. » Finalement, le nouvel album a émergé à son propre rythme, naturel. « Je ne veux pas agir comme un jeune de 20 ans,  » reprend-elle. « Je suis contente de mon âge. Mes passions sont désormais très différentes des choses qui m’attiraient en tant que jeune femme. On pourrait dire que je bouge à un BPM différent. Je voulais faire un disque dance friendly, mais sans m’appuyer sur des formules éprouvées ».

Une seule date en France, ce sera le 03 avril à Paris (Café de la danse).

Tracer son propre chemin est une sorte de tradition pour Ana Tijoux. Née à Lille, en France, de parents chiliens qui ont fui la dictature sanglante des années 70, Ana a déménagé au Chili au début des années 90 et est devenue une star sud-américaine avec le groupe pionnier de hip-hop Makiza. Débute ensuite une carrière solo, ancrée sur le magnifique hymne « 1977 » – la chanson titre de son deuxième album désormais classique de 2010 – qui a fait d’elle une rappeuse latina emblématique aux tendances avant-gardistes ayant des compétences lyriques vertigineuses et un flow addictif et texturé. Lorsqu’Alicia Keys s’est produite à la Movistar Arena du Chili l’année dernière, elle a invité Ana sur scène pour une interprétation majestueuse de « 1977 ». 14 ans plus tard, Vida pourrait bien être l’album le plus convaincant et le plus magnifiquement arrangé de sa carrière. « Vida est aussi un appel à chaque créateur. là-bas », dit-elle. « Chanteurs, écrivains, sculpteurs et interprètes, danseurs et peintres – nous tous. Notre force réside dans la cohésion. La seule façon de continuer à avancer, de préserver notre sensibilité et de regarder la peur dans les yeux est de nous appuyer sur notre identité collective ».

Ana, égérie du combat contre la discrimination à l’égard des femmes en Amérique du Sud.

Découverte à l’international en 2009 avec son single, 1977 (19 millions de vues) et plébiscité par Thom York, Ana Tijoux s’est fait la porte-parole, au Chili comme dans toute l’Amérique du Sud, des combats contre la discrimination à l’égard des femmes, le système économique néolibéral et l’autoritarisme sous toutes ses formes.

En 2014, le magazine Rolling Stone l’a élue « meilleure rappeuse de langue espagnole » pour sa « diction précise et son infaillible sens du rythme », elle a été nominée plusieurs fois aux Grammy Awards et remporte un Latin Grammy en 2014. Sa musique résonne dans le jeu vidéo Fifa 11, la série américaine Breaking Bad ou, plus récemment, la série féministe chilienne La Meute.

En 2023, le hip hop a 50 ans, le coup d’État d’Augusto Pinochet qui instaura une dictature militaire au Chili, aussi. C’est dans cette histoire faite d’engagements, de luttes, de joies et d’espérances que s’inscrit, de part et d’autre de l’Atlantique, celle d’Ana Tijoux qui revient cette année, avec un 5e album, Vida, un appel dansant à la résistance.

Pour accompagner la sortie de ce nouvel opus aux croisements du hip hop, du reggaeton et de la pop, Ana Tijoux sera en concert le 3 avril 2024 au Café de la Danse à Paris.

Un événement qu’il ne faudra assurément pas louper pour les amateurs du genre car c’est actuellement la seule date annoncée dans nos contrées.

Vous pouvez d’ores et déjà vous imprégner de l’univers d’Ana Tijoux avec les trois clips déjà extraits du nouvel album, Niñx, Tania et Millonaria.

ReMarck (99)

Laisser un commentaire