Zaho de Sagazan est une jeune artiste française de 22 ans, dont on ne sait pas encore grand-chose hormis trois chansons et un compte Instagram soigneusement géré. Cependant, cela suffit pour prouver qu’elle est un talent à part entière. Repérée très rapidement par des artistes confirmées tels que Rebecca Warrior, Fishbach et Juliette Armanet, elle a fait ses premiers pas sur scène en ouverture de Hervé et Mansfield Tya.

Cette année, Zaho de Sagazan s’est produite à Rock en Seine et aux Trans Musicales, où elle est apparue comme un poisson dans l’eau. Son timbre de voix grave et ses textes poétiquement engagés la rendent facilement identifiable. Sa musique oscille entre balades sombres et mélancoliques et rythmiques héritées de la techno berlinoise et de la french electronica. Elle se situe quelque part entre Pia Colombo et Stromae, entre les murmures et les cris.

La nouvelle sensation de la chanson française promet un concert exceptionnel, qui fera rire, frissonner et danser son public. Avec son style unique et sa présence scénique impressionnante, Zaho de Sagazan est une artiste à suivre de près. Même si elle est encore relativement inconnue, son talent et sa passion pour la musique sont évidents, et nous avons hâte de voir ce que l’avenir lui réserve.

Sous l’oeil et l’ouie du photographe.

À travers l’effervescence qui s’est emparée des dernières semaines, une étoile s’est levée, irradiant de sa présence le monde de la musique. Zaho de Sagazan, une artiste charismatique, a récemment enflammé les scènes du prestigieux festival du Printemps de Bourges, faisant vibrer le public et captivant les médias. Son ascension a été fulgurante, passant des vidéos partagées sur les réseaux sociaux à une place de choix sur les planches, malgré un répertoire encore restreint. Ses singles, qui cumulent des milliers d’écoutes, ont fait écho dans l’industrie musicale, tandis que sa voix grave a profondément marqué les esprits.

Son parcours semble soigneusement tracé, presque trop parfait pour certains, suscitant parfois l’envie de le remettre en question ou de chercher ses failles. Mais c’est sur scène que la véritable essence de Zaho de Sagazan s’épanouit. Sous le chapiteau bondé, elle rayonne d’une confiance indéniable. Contrairement à certains jeunes artistes qui se cachent derrière leurs compositions, préférant rester statiques ou éviter de s’exprimer, la jeune chanteuse de 23 ans fait preuve d’une autodérision désarmante, révélant un naturel qui captive. Après un début de spectacle légèrement réservé, elle donne un coup d’accélérateur avec des titres tels que « Les Garçons » et « Tristesse ». Accompagnée de Tom Geffray à la batterie et d’Alexis Delong aux claviers et aux synthétiseurs modulaires, Zaho de Sagazan occupe l’espace avec sa voix envoûtante et sa gestuelle expressive. Son corps, qu’elle avoue avoir longtemps détesté, devient le protagoniste d’une chorégraphie libératrice, une revanche clamée haut et fort. Lorsqu’elle entonne « Ne te regarde pas », elle invite chacun à faire de même, à extérioriser ses complexes et à se laisser aller.

La soirée se clôt sur « Danse », un titre presque techno qui aurait pu figurer sur son premier album. Le message reste inchangé : il est temps d’occuper l’espace, de se mouvoir au rythme effréné de la musique. Il est 20h40, et le public du Botanique se laisse entraîner dans une atmosphère rappelant les raves berlinoises. Zaho relève le défi avec brio, parvenant à recréer en live l’équilibre subtil entre des textes poignants et des sonorités électroniques. Nos oreilles sont attentives aux paroles tout en nous laissant emporter par la transe qui se propage. Ne manquez pas sa performance au Ronquières Festival le 5 août, ainsi que ses concerts en solo au Reflektor (Liège) le 22 novembre et à la Madeleine (Bruxelles) le 6 décembre.

je fut ce soir là l’auteur de la photo qui illustre la libre belgique et télémoustique (même article) merci à eux https://www.moustique.be/festivals/nuits-botanique/2023/05/01/nuits-botanique-2023-zaho-de-sagazan-confirme-son-statut-detoile-montante-261363

Fabian Braeckman (317)

Auteur & Photographe

Laisser un commentaire