Avec Eusep, Oster, Robin, Fresh, Naps et le duo tant attendu des frérots Gims/Dadju, les amateurs de musique urbaine étaient aux anges. Et les organisateurs aussi puisque la place des Trois Fers était noire de monde dès 17h00, et ce malgré un climat presque tropical, le soleil omniprésent poussant des pointes proches des 30 degrés celsius.

Il fallait donc bien penser à s’hydrater, s’enduire de crème solaire et se résoudre à s’équiper de lunettes solaires et d’un couvre-chef si l’on voulait garder une place de choix pour le clou du spectacle, le show (car ce fut un véritable spectacle, avec des effets pyrotechniques) rarissime des deux stars issues de la même famille (ils se produiront encore fin août à Scène-Sur-Sambre, mais ces deux dates étaient les seules dans nos contrées pour cet été).

Gims / Dadju, deux frères rassemblés sur scène.

Heureusement, l’expérience de l’équipe gérant le festival (on lui souffle quand même sa dixième bougie cette année) a parlé. Des lunettes et des chapeaux aux couleurs de divers partenaires étaient distribués aux abords de la place forte de l’événement, et trois bars étaient installés face aux deux scènes. Ce n’était pas trop compte-tenu du développement démographique temporaire de la commune, habituellement fréquentée par 8000 habitants. Ici, sur les abords immédiats de la seule place centrale du village, on dépassait déjà ce nombre (8000 entrées étaient déjà réservées en début de journée, mais quelques centaines ont encore été vendues aux caisses, faisant passer la jauge près du sold-out complet puisque la capacité maximale du site est de 9000 places).

Comme la veille, c’est la scène B qui débute les hostilités avec Filo, venu avec quelques amis pour l’occasion (ils se sont finalement retrouvés à six sur le podium).

On file ensuite vers la scène principale sur laquelle débarquent Oster, ses danseuses et ses featurings. Short kaki style militaire, tee-shirt uni et bob de circonstance, le garçon apparaît en toute décontraction, mais son set est déjà bien rodé avec des tableaux chorégraphiés, et les apparitions de deux autres artistes invités.

Oster sait s’entourer…
Un show complet avec des tableaux vivants.

Avec Eusep, on rentre dans le dynamisme de la jeunesse. Lui non plus n’est pas venu seul et c’est finalement à deux qu’ils égaient la petite scène.

A cette heure, il est encore possible de voyager entre les deux espaces musicaux et de trouver un coin d’ombre, mais le public commence à arriver en masse. Ils sont donc déjà nombreux à pouvoir admirer Robin, un autre représentant de la scène urbaine émergente. Petit plus de ce jeune homme, ses pas de danse font parfois penser à un certain Michaël et il joue de la trompette.

Robin, passé par The Voice en 2021

Un peu plus loin se produit, sur le coup de 17h25 le groupe Suasion. Surprise pour ceux qui ont fait le court déplacement vers le centre culturel, ce n’est pas du rap, mais plutôt une sorte de rock fusion qui est au programme. Les riffs de guitares s’enchaînent tandis que le chanteur, ganté d’une seule main, se donne corps et âme dans une prestation haute en couleur. Il saute, virevolte, tournoie, grimpe sur le retour son… c’est dynamique et visiblement cela plaît au jury de la compétition découverte puisque c’est Suasion qui a gagné le droit d’ouvrir le bal de la grande scène le dimanche.

Suasion a réussi à convaincre le jury et aurait dû pouvoir se produire le dimanche sur la grande scène…

Après cette brève incursion dans le rock, retour au rap pur jus avec le deuxième Liégeois de la bande, l’impressionnant Fresh. Impressionnant par sa carrure, son entrée son scène (bandanas noir sur le crâne, gilet pare-balle, pantalon à poches noir) et son occupation de la scène. Il est vrai qu’il est bien aidé par ses danseurs et par son complice de joutes vocales. On est déjà là dans du (re)connu des amateurs du genre. C’est solide.

Fresh Lapeufra

A quelques encablures à peine, c’est Olive qui va entrer sur scène. Mais qu’est-elle venue faire dans cette galère ? Sans paraphraser Molière (les plus érudits auront reconnus une célèbre réplique de l’auteur français), il faut bien dire que ce petit bout de femme qui déclame ses mélodies en français dénote avec nos grands gaillards rappeurs.

Olive

C’est d’ailleurs son entrée en matière, ou plutôt l’intro de son show. Mais point de tomates ou de sifflets à l’horizon, au contraire, sa fraîcheur ravit l’assistance qui trouve là un registre différent mais pas moins intéressant pour la cause.

Certains ont toutefois campé devant la scène principale car c’est l’une des révélations de l’été dernier qui pointe le bout du nez, Naps et sa « kiffance ».

Avec des titres aussi connus, le public se régale.

La Best Life de Naps

De notre côté, nous ne tardons pas à retourner sur la scène annexe car on y trouve souvent de bonne surprises, comme At Night, que personnellement nous n’avions pas encore pu voir en live. Formé autour d’une chanteuse charistmatique (sa coupe de cheveux, avec notamment sa mèche blonde, mais également son piercing nasal et ses tatouages ne lui permettent pas de passer inaperçu), ce groupe balance du très bon son, et se permet même de reprendre un titre des Communards à la sauce perso.

At Night au début de la nuit…
Le batteur en mode Paparazzi

Ce n’est pas tout ça, mais il est grand temps pour nous de fendre la foule pour aller retrouver nos compères tant attendus. Mais diantre, il est impossible d’approcher la scène. La foule est telle qu’il ne reste plus un mètre de libre sur la Place des Trois Fers. Heureusement pour nous (et pour vous, sinon, les photos passaient aussi à la trappe), un membre de l’organisation nous guide par un chemin détourné vers le frontstage.

Pour ceux qui ne connaissent pas le terme, c’est ce petit espace compris entre la scène et le public, qui sert de zone tampon pour les artistes, la sécurité, les services de secours, mais aussi, pour quelques chansons, de zone de travail pour les photographes accrédités.

El Fuego … le nom de la tournée de Gims, mais aussi l’ambiance mise sur scène.

Juste le temps de prendre connaissance des consignes de sécurité (et oui, le spectacle est accompagné de flammes, donc il faut éviter certains endroits, sous peine de se voir prendre un fameux coup de chaleur), que Dadju se présente face au public en entonnant son très emballant Bob Marley.

 En deux secondes, le public est conquis, d’autant que les flammes sortent du sol (ou plutôt de blocs posés sur scène) rendant encore un peu plus « chaude » l’ambiance de l’assistance. Et ce n’est pas l’entrée en scène de Gims, habillé de la tête aux pieds par Prada, lunettes incluses, qui va changer la donne.

Chaque frère y va d’un titre personnel avec qu’ils se retrouvent ensemble face au parterre de fans qui a attendu ce moment durant toute la journée. Il est temps pour nous de nous éclipser de l’avant-scène, notre « passe-droit » ayant une période de validité très réduite, mais les écrans géants nous permettent de voir une partie du spectacle. C’est du bon, et les deux artistes ne lésinent pas sur la quantité. Ils dépasseront allègrement le créneau qi leur était alloué, pour le plus grand bonheur de tous. Il faut dire qu’à eux deux, ce ne sont pas des casses, mais des hangars de hits que l’on peut remplir.

Vous l’aurez compris, ceux qui n’y étaient pas ont loupé quelque chose…

Et comme toujours, retrouvez ces clichés sur la page Facebook – ReMarck Photos.

ReMarck (99)

Laisser un commentaire