Ouf, les festivaliers bertrigeois sont passés à travers les gouttes… 

0

Le succès de foule du samedi (voir nos articles précédents) annonçait un dimanche particulièrement attendu au Baudet’stival, surtout par les fans d’Amir et de Matt Pokora, deux artistes qui n’ont pas leur pareil pour enflammer les scènes, l’un par sa jovialité et ses textes poignants, l’autre grâce notamment à des scénographies remarquables. Il faut dire que l’homme est un excellent danseur qui n’hésite pas à s’entourer des meilleurs pour ses chorégraphies.

Mais peu avant midi, une nouvelle inquiétante est annoncée sur les ondes, le festival des Ardentes, du côté de Liège, annule sa dernière journée à cause des conditions climatiques précaires. La pluie, le vent, mais surtout les orages remettent en question la tenue des événements en plein air. Ainsi, les parcs bruxellois sont interdits au public. Il n’en faut pas plus pour que les organisateurs et instances administratives aux quatre coins du pays ne se réunissent pour envisager divers scénarios (ou scénarii pour les adeptes du français appliqué). C’est aussi le cas, vous l’imaginez, à Bertrix, où la jeune Marion Duplicy vient d’entamer sa performance sur la scène annexe devant un parterre déjà garni. Il faut dire que la toute jeune demoiselle ne met pas une note à côté lors de ses reprises de grands standards.

La pluie s’invite toutefois au concert, et avec elle le personnel de sécurité du site, mais aussi la police. Il faut évacuer la place. La décision est en effet tombée, le festival est …postposé à 18h00. Une décision similaire sera d’ailleurs prise à LaSemo.

La très jeune Marion Duplicy a vu son concert écourté.

Si quelques spectateurs se montrent réticents, ne comprenant pas de suite l’information, tout se passe finalement dans le calme car il y a tout de même du positif dans cette annonce : sauf retournement de situation (climatique), les artistes les plus attendus pourront bien se produire ce dimanche sur la Place des Trois Fers.

Le soleil reprenant place, les lunettes peuvent être distribuées…

Commence alors une attente qui parait longue pour les personnes qui cherchent à s’abriter des averses qui s’abattent désormais sur la région mais sans s’éloigner trop de l’entrée car l’objectif de certain(e)s est évidemment de se retrouver au plus près de leur(s) artiste(s) préféré. Et quoi de mieux que le très prisé premier rang pour cela ? C’est finalement sur le coup de 16h45 que les premiers festivaliers peuvent réintégrer le site, permettant ainsi au public de ne pas avoir à se presser inutilement devant l’entrée et aux plus impatients de (re)venir s’installer aux avant-postes. Opération réussie de ce côté donc.

Mais ce que vous n’imaginez peut-être pas, c’est tout le travail de coordination qui doit être réalisé pendant ce temps par l’équipe d’organisation et les équipes techniques du festival. En effet, près de quatre heures se sont envolées et l’on conçoit difficilement de pouvoir simplement déplacer tout le line-up de cette période. Cela voudrait dire d’entamer la dernière performance vers 04 heures du matin, lundi ! Le voisinage, le personnel engagé et/ou volontaire, et les artistes ne pourraient accepter cela.

C’est donc là que Mathieu Rossignol et son équipe entrent en scène. Enfin, c’est juste pour l’expression car, en fait, il y a une multitude de détails à régler au fil des heures sur un tel festival donc on ne vient pas subitement les réveiller d’un long sommeil. Mais là, il faut prendre des décisions radicales, souvent en concertation avec les différents intervenants, certes, en très peu de temps, et surtout en imaginant les répercussions qu’elles pourraient avoir.

Et l’un de ces décisions porte sur le nouveau planning des concerts. Passent ainsi à la trappe Pierre Lizée (qui était déjà sur le site avant l’évacuation), Fily Leela, Minor Minor et Marion Duplicy, qui n’était pas dans des conditions optimales lors de sa première apparition pré-tempête. Ces artistes auront toutefois un accès prioritaire pour performer sur l’édition 2024, s’ils le désirent. Tout comme Suasion qui aurait dû se produire sur la scène principale après avoir remporté le vote du jury pour le concours « découvertes ».

Maria-Laetitia, alias ML, a troqué sa place sur la scène principale contre l’accueil chaleureux des spectateurs de la scène annexe.

Autre petite particularité : pour permettre aux équipes techniques de pouvoir enchaîner les plateaux, ML, alias Maria-Laetitia, la chanteuse du groupe Sonnfjord, a accepté de « glisser » de la scène principale à la scène annexe.

Avec Sonnefjord, les chansons sont en anglais, avec ML, le français est à l’honneur.

Ces détails relationnels et techniques réglés, il est grand temps d’ouvrir officiellement le bal… euh, le dernier jour du festival, avec une artiste très touchante et extrêmement sympathique, Mentissa.

Mentissa enchaîne les tubes.

Propulsée par le programme tv The Voice France, la jeune demoiselle a une voix exceptionnelle qui s’unit à merveille aux paroles des chansons composées pour elle notamment par son ex-coach, Vianney. Son album « La vingtaine » cartonne et elle aussi puisqu’en quelques mois à peine, elle a déjà remporté la Victoire de la révélation féminine de l’année et l’NRJ Music Award de la révélation francophone de l’année. Avec Pierre De Maere, Angèle et Stromae, elle fait partie de cette génération belge qui s’exporte brillamment outre-quiévrain.

Balance, Mama Mia, Et Bam, Paris-Bruxelles… les titres s’enchaînent, le public chante, le soleil est de retour, que demander de plus. On en viendrait presqu’à oublier toutes les péripéties des heures précédentes, mais c’est ça aussi la force d’un(e) artiste, nous emmener loin de nos tracas.

Filons vers cette scène B où la chanteuse de Sonnfjord se produit sous le patronyme de ML, les initiales de son prénom en fait, pour un projet en français cette fois. Sa voix se pose sur des morceaux calmes comme « Un peu plus haut », mais personnellement, j’opte toujours pour « Nuit noire » et son refrain entraînant qui mériterait peut-être un peu plus de visibilité sur certaines radios…

On reste dans des textes touchants en français avec le pétillant Amir qui fait exploser une bulle d’énergie dès son entrée sur les planches. « Viens on fait la fête ce soir, ça vaut la peine, juste pour voir… ». C’est de circonstance, mais c’est surtout la chanson de l’année 2023 sur TF1. Un trophée dont Amir est le double tenant du titre puisqu’il y une saison, c’était « Rétine » qui trustait le fauteuil rouge.

Toujours aussi cool/apprêté dans ses tenues, un peu à la Christophe Maé, le franco-israélien ravit toute l’assemblée, comme à son habitude devrait-on dire. On est en effet rarement déçu par le chanteur ou l’homme (et même jamais encore, jusqu’ici) qui reste l’un des artistes les plus disponibles parmi les grands noms du showbiz français. Chaque son parle à la foule car son carnet de bal est impressionnant, tous ses titres, ou presque, sont dans les têtes. La fête est donc bien lancée sur la place.

Amir, toujours souriant lors de ses shows.

Pour ceux qui n’ont pas peur de traverser la foule, il est temps d’aller jeter un petit coup d’œil sur la scène annexe ou The Unexpected vient proposer un intermède rock dans cette suite de pop française à tubes.

Mais il est là, le spectacle tant attendu par beaucoup. Celui de Matt Pokora, qui avait vu sa précédente tournée fortement amputée par le Covid. Le performeur qui avait déjà presté fin juin à Aywaille entre sous les acclamations d’un public tout acquis à sa cause. Et ce n’est pas son show de ce dimanche qui va refroidir les ardeurs de ses fans car il va livrer une prestation de haut vol. Ce n’est peut-être qu’une impression personnelle, mais il nous semble que le compagnon de Christina Milan est monté d’un cran dans l’intensité de son spectacle. Chant, danse, show pyrotechnique… tout y est.

Mathieu, Matt, M … Pokora

L’organisation peut souffler. Cette édition anniversaire fut un succès de foule, et chacun semble y avoir trouvé du plaisir.

NDLR : retrouvez ces clichés, et ceux d’autres événements sur la page Facebook ReMarck Photos.

ReMarck (94)

Laisser un commentaire