Oh Mon Dieu à découvrir c’est ici…

Oh Mon Dieu à découvrir c’est ici…

Dieu est parmi nous.  Non pas que, ces dernières années, Nicolas Dieu ait été aux abonnés absents.  Jusqu’ici, on le connaissait sous la casquette, et derrière le micro, de Mister Cover.  Un groupe démarré en 2002, avec des potes « super musiciens », qu’il a laissé grandir à son rythme, jusqu’à remplir l’Ancienne Belgique et Forest National à plusieurs reprises, et qui a encore de grands rendez-vous devant lui.

Et puis, par un beau huitième jour et comme un Dieu peut parfois en cacher un autre, Nicolas nous est revenu avec un projet inédit baptisé, en toute simplicité, « Oh Mon Dieu ». Une nouvelle identité musicale, radicalement différente de celle de Mister Cover, autant que farouchement introspective, et qui, faisant suite à un EP éponyme, nous vaut ce premier album intitulé « Les Meilleures Versions De Nous-Mêmes ».

Une meilleure version de Nicolas Dieu ? Ou, en tout cas, un avatar qui laisse au vestiaire son image de « rugbyman/entertainer » et met en lumière une part d’ombre qu’on ne lui connaissait pas. Un moi intime, exigeant, et un artiste spécialement doué pour se raconter avec des mots justes, qui trouvent immédiatement écho en nous.

On découvre une dizaine de chansons que, pour certaines d’entre elles, l’Hennuyer de 43 ans « portait » en lui depuis des années déjà, rêvant de les partager un jour mais sans trop oser y croire.  Les textes sont de sa plume parce que, sur ce projet éminemment personnel, il n’imaginait pas de mettre les mots de quelqu’un d’autre.  Pour les mélodies, c’est selon: des airs qui ont longtemps squatté ses oreilles mais aussi, des collaborations toujours bienvenues.

De ces chansons toutes inédites se dégage une énergie qui ne l’est pas moins.  Comme si, au détour du studio, l’homme s’était rencontré lui-même, comme s’il avait découvert tout le potentiel de ces titres.  Un travail intime dont il vante les bienfaits et qui, selon lui, vaut bien « 10 ans de psychanalyse ». De « Je n’aime que toi », qui évoque le sentiment amoureux et le bonheur d’y succomber, à la « Sainte Colère », qui parle de saine indignation et de légitimité.  Nicolas Dieu le sait bien: « On ne récolte que ce que l’on s’aime ». C’est pourquoi, son univers autant que sa façon de nous le révéler font montre d’une rare cohérence, d’une intégrité salutaire, qui nous ravit encore et encore.  Jusqu’au bout d’un album tout sauf monochrome et qui ne peut laisser indifférent.  

Dieu merci !

source : https://www.ohmondieu.be

« Toi qui marches, moi qui cours, peut-on appeler ça de l’amour ? » Après vous avoir dévoilé mon premier album « Les meilleures versions de nous-mêmes » en plein confinement, j’ai été emporté par un besoin viscéral de m’évader. Au sens propre comme au figuré. C’est pourquoi je vous avais donné rdv dans vos jardins cet été. Avec les dernières mesures sanitaires de sécurité, nous avons malheureusement dû reporter ou annuler plusieurs de ces concerts. Pour palier à ce besoin de m’exprimer en live et avec la complicité de Mathieu Buyck et Tedi Ger de Two Bears Production, j’ai exploré les 4 coins de la Wallonie.be pour réaliser le clip de « Mon Ange ». Ils m’ont encouragé à me « jeter à l’eau et à corps perdu » pour dévoiler une nouvelle facette de « Oh Mon Dieu! » qui je l’espère, résonnera en vous. Pour ma part, cet intense tournage m’a permis de découvrir certains muscles en moi dont j’ignorais totalement l’existence! 😎

je vous invite à découvrir le clip et à vous abonner à ma chaîne Youtube.#ohmonange#ohmondieumusic#baslesmasques#ohlescoeurs

source Oh Mon Dieu Facebook.

ConFestMag (69)

ConFestMag.be

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :