Il y a quelques mois, on découvrait ‘Leno‘ un jeune rappeur. ConFestMag est parti à la rencontre de cet artiste prometteur, qui nous livre son parcours et les coulisses de son projet.

CFM – Bonjour Leno, peux-tu te présenter pour les lecteurs qui ne te connaissent pas ?

Leno – Je me présente je m’appelle Leno, j’ai 22 ans, je suis né à Anderlecht le 1er mars 2000.
Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours eu ce surplus d’énergie, à mes yeux j’aurais pût mal tourné si je n’avais pas trouvé la musique. J’entretiens une relation vraiment étroite avec elle, l’impression de la connaître depuis des années mais d’en apprendre tous les jours, je crois que c’est ça qui me passionne dans le son.

CFM – Tu es sensible à l’univers du rap depuis combien de temps ?

Leno – Mon attirance pour le rap est née à mes 13 ans, même si mon envie d’écrire est venue vers mes
11 ans. Je n’écrivais que ce que je voyais de la journée, aucun message à transmettre.

CFM – Quelle est ta vision du rap ?

Leno – Je vois le rap comme un moyen de soigner, une manière de se forger du caractère ou de prendre une vengeance sur la vie. Je pense que chacun voit le rap avec ses yeux ou l’écoute avec ses oreilles. Moi en tant qu’artiste, je le vois comme un sentiment de pur bonheur, de par les émotions qu’il transmet, les leçons qu’ils donnent.

CFM – À quel moment as-tu eu le déclic d’en faire ?

Leno – J’ai toujours eu cette envie d’évolué, mais c’est vers mes 18 ans que j’ai vraiment eu cette envie de me démarquer. La suite de l’histoire est en train de s’écrire.

CFM – Tu nous parles de ton dernier morceau Ragnarök ?

Leno – Mon dernier morceau Ragnarök est assez brutal d’après ma famille. Moi, si je devais le décrire, je dirais qu’il est différent de ce que j’ai su proposé jusqu’à présent, après tout on ne se prénomme pas artiste sans sortir de sa zone de confort. Je reste très fier de ce morceau, lyricalement, je le considère comme l’un des meilleurs de ceux que j’ai écrit.

CFM – Comment te sont venus les thèmes et les paroles tes raps ?

Leno – Pour ma part, je puise ma force de mon vécu et de l’énergie que j’ai à donner. J’accorde une grande importance aux sujets que j’évoque quand j’écris un nouveau morceau. Pour moi, il y a toujours quelque chose à dire dans une chanson, peu importe son humeur, ses envies ou son état de santé. Je dirais qu’un artiste doit savoir se transcender et jouer un rôle, sans pour autant s’adonnez dans l’irréel.

CFM – Quel message important souhaites-tu transmettre ?

Leno – Au fil des années, mon univers musical n’a fait qu’évolué, mes envies aussi, rien n’est resté pareil. J’ai beaucoup appris sur moi et sur comment transmettre quelque chose de positif dans cet univers complexe qu’est la musique. Ce que je crée quand je suis au studio me plaît, je sors rarement d’une session l’air agacé ! Mais malgré tout, certaines personnes trouvent toujours un moyen d’émettre une critique négative, généralement non argumentée, sur ce que l’on fait, comme s’ils étaient jaloux parce qu’une personne essaye ou innove. Pour moi, il ne faut retenir qu’une chose c’est de faire ce qu’il nous plaît au détriment des autres !

CFM – La mise en scène de tes clips, est-ce important pour toi ?

Leno – Pour la réalisation de mes clips, l’aspect visuel comme l’atmosphère ou les couleurs prennent une grande place. Pour un artiste, créer un son puis pouvoir l’illustrer sous forme de clip, c’est l’aboutissement final. Mon entourage le sait mieux que quiconque, je suis très précis sur ce que je veux lors d’un tournage, pour moi chaque détail compte.

CFM – Je sais de source sûre que tu es un vrai gratte papier, mais tu travailles en solo ou en team ?

Leno – J’ai toujours travaillé seul, dans ma chambre ou encore dans la cour de récréation.
Je me suis adapté à ce mode de travail durant ces 9 années, j’ai vite compris que dans la vie rien n’était acquis et surtout qu’il fallait se bouger pour obtenir gain de cause.

CFM – De nouveaux projets qui se profilent à l’horizon ?

Leno – Bien sûr, je n’arrête pas de m’acharner sur les feuilles A4 ! J’ai quelques idées qui émergent quant à la sortie d’un nouveau morceau sur les plateformes, mais j’évite de me précipité.

CFMD’autres passions que la musique ?

Leno – Avant de découvrir la musique, je me suis longuement mis au sport, notamment le foot ou la boxe thaïlandaise. À l’heure actuelle avec le travail et le rap, j’accorde beaucoup moins de temps au sport. J’ai toujours été très sportif, tout cela se lie avec le surplus d’énergie dont j’ai déjà parlé haha !

CFM – Question hors sujet, mais ô combien importante, tes frites avec quelle sauce ?

Leno – Moi c’est samouraï sur les frites !

CFM – Merci pour cette interview Leno, le mot de la fin te revient.

Leno – C’était Leno merci pour l’interview Confestmag ! … On se reverra sûrement ! … Prenez soin de vous !

Youtube – Le-nostalG – Abonnez-vous, pouce bleu et clochette pour soutenir l’artiste.

Yole (14)

Auteur ConFestMag

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.