LE CABARET VERT DÉVOILE SON PREMIER BILAN DECARB-ON!

0

Ce mercredi, à Charleville-Mézières, Chef-lieu des Ardennes françaises et porte sud de l’Ardenne, débute un festival assez remarquable à plusieurs points de vue. Tout d’abord par le nombre d’artistes invités (plus de 125 groupes/chanteu(r(se)s), mais aussi par la diversités de ceux-ci (plusieurs styles de musiques, mais aussi des dessinateurs de BD, puisque qu’en parallèle sont organisées de nombreuses activités comme des forums ou tables rondes sur des sujets d’actualités, des projections cinématographiques, et un festival BD intégrant 70 acteurs de ce secteur). Et, comme certains le savent déjà, le nom n’ayant pas été choisi par hasard, cet événement se veut écoresponsable, déployant une énergie non négligeable à réduire au maximum son impact sur la planète.

Favé sera de la partie au Cabaret Vert.

A l’aube de cette édition 2023, voici un rapport des actions d’ores et déjà entreprises par l’équipe d’organisation.

Depuis sa première édition en 2005, le Cabaret Vert est un “Éco-Festival” qui concilie la protection de l’environnement, le développement économique ainsi que l’épanouissement social dans le souci des générations futures. Après avoir fixé en 2019 une feuille de route établissant 12 actions et objectifs ambitieux à respecter d’ici 2025, puis complété dès 2022 nos engagements RSE d’une stratégie bas carbone, nous avons entamé entre juillet 2022 et juin 2023 la première étape de la transformation du festival par un ensemble d’actions et d’expérimentations en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’ensemble de nos activités. Avec le soutien de Music Moves Europe et de Musicaire (An Initiative Recovery For Europe), le programme DECARB-ON! a permis d’expérimenter et de partager des pistes concrètes pour la décarbonation des grands festivals, avec des temps de sensibilisation, des rencontres professionnelles, une enquête de mobilité et un bilan carbone.

Cette année de mesure de nos émissions de GES, de diagnostics et de sensibilisation nous a non seulement permis de confirmer l’impact vertueux des décisions prises depuis la première édition mais aussi de tracer une nouvelle trajectoire pour notre festival. Cet engagement de la première heure pour un événement durable, indépendant et au service du développement de son territoire, nous permet aujourd’hui d’aborder solidement la nécessaire adaptation et transformation écologique de notre secteur culturel. Un nouveau récit qui devra dépasser les oppositions souvent stériles entre responsabilité et liberté, ancrage territorial et rayonnement international et initier des pas de côté vers davantage de sobriété et de solidarité sans renoncer à l’imaginaire créatif du Cabaret Vert.

Avec cette nouvelle mise en mouvement, le festival souhaite être l’acteur de sa transformation tout en insufflant autour de lui, de ses équipes, de son public, de ses partenaires une dynamique d’alliance, de mobilisation et d’innovation. Ces changements s’annoncent profonds et viendront sans nul doute questionner plusieurs de nos représentations sociales et culturelles. Nous ne sous-estimons pas l’ampleur de la tâche mais devant les nombreuses urgences de notre époque, le Cabaret Vert ne compte pas fuir ses responsabilités et ne craint pas d’engager son projet sur de nouveaux chemins. Cela nécessite la mise en place d’une stratégie globale qui fixera des objectifs opérationnels concrets, les actions prioritaires à mener et leur planification, les besoins humains et financiers à solliciter ainsi que les indicateurs de suivi de performance.
Nous donnerons rendez-vous dans les prochains mois pour dévoiler les premières étapes de ce nouveau chemin d’adaptation et de transformation de notre festival.

Caballero et Jeanjass s’offriront aussi une petite sortie en Ardenne.

LES PREMIÈRES ACTIONS MISES EN PLACE

En 2023, les premières pistes explorées concernent en priorité les transports, l’alimentation et l’énergie :

· mise en place de lignes de bus desservant les grandes villes, de navettes quotidiennes sur le territoire, de lignes de nuit en bus (avec l’aide des TAC d’Ardenne Métropole) ou en train (avec la Région Grand Est et les TER);
· établissement d’un score carbone sur les stands de restauration;
· conduction d’une étude d’opportunité énergétique (avec le soutien du Centre National de la Musique);
· poursuite du travail de collecte de données de consommations énergétiques des stands et installations sur site (avec le soutien de la Région Grand Est);
· analyse de la consommation énergétique des 5 scènes du festival avec le projet Sowatt (avec le soutien du Centre National de la Musique et de la Région Grand Est). 

Oeuvrer pour le climat, c’est pas dégeulasse… (cf le titre de Caballero et Jeanjass).
LE PREMIER BILAN CARBONE DU FESTIVAL
Le cumul des émissions de gaz à effet de serre de l’édition 2022 du festival s’élève à 3287 tonnes eqCO2, soit l’empreinte carbone annuelle de 357 Français moyens.
Kerchak figure parmi les plus de 125 artistes invités à se produire à Charleville-Mézières.

Lien vers le bilan : https://cabaretvert.com/wp-content/uploads/2023/08/cabaretvert-livret-decarbon.pdf

Retrouvez les comptes-rendus et clichés du festival très prochainement, car oui, Confestmag sera présent, pas les 5 jours malheureusement, mais 3 tout de même, avec quelques belles prestations à vous décortiquer, nous n’en doutons pas.

ReMarck (90)

Laisser un commentaire