Clara, ce monstre d’amour

Clara, ce monstre d’amour

« Qui? »

Il y a un peu plus de deux ans, quand je parlais à tout mon entourage de Clara Luciani, rares étaient ceux qui la connaissaient. Aujourd’hui, la réalité est toute autre. Mais elle, Clara, Clacla, elle n’a pas changé. Après de discrets débuts au sein du groupe La Femme, puis en duo avec Maxime Sokolinski pour Hologram et finalement comme choriste et musicienne sur la tournée Somnanbule de Raphaël, Clara a (enfin) pris sa vraie place sur scène: la première.


Une première rencontre furtive

« Bonjour, euh, euh, on peut prendre une photo svp? » Je crois que c’est ce que j’ai à peine réussi à lui balbutier la première fois que nous nous sommes rencontrées au Festival des Solidarités à Namur en août 2018. Son large sourire, sa bienveillance naturelle et son regard perçant étaient pourtant là pour vous mettre directement à l’aise. Je m’en apercevrai bientôt. Lors de ce premier concert, aux premières loges, à quelques centimètres d’elle, j’ai été captivée par sa prestation, sa prestance et son humilité. Sa veste jaune (je ne l’oublierai jamais) ne faisait que souligner sa lumière naturelle. Je suis tombée sous le charme.


Une nana presque comme les autres

Clara, c’est quelqu’un comme vous et moi. Oui. Mais avec ce petit supplément d’âme qui fait que non, elle ne peut définitivement pas passer inaperçue. Et ce qui est génial, c’est qu’elle arrive à vous faire sentir que vous non plus vous ne passez pas inaperçu. Clara a le souci d’autrui, elle est attentive, retient des dizaines de prénoms, qui lui a offert quoi, témoigne de la gratitude, du respect, savoure les présents qui lui sont faits alors que le cadeau, le vrai cadeau, c’est elle.


Fan moi? Pfff

J’ai toujours aimé la musique, elle fait partie de ma vie depuis aussi loin que je m’en souvienne. Mais la « fan attitude », ce n’était pas vraiment pour moi. Je n’ai jamais été à fond pour un ou une artiste. Mais ça, c’était avant Clara, une évidence, un besoin irrépressible de la soutenir, de la suivre, de lui renvoyer la force qu’elle me donne, de lui faire le bien qu’elle me procure. Oui ses chansons m’ont tellement transpercées que je me suis sentie redevable. Qui aurais-je été si je n’avais pas communiqué à cette artiste toute mon admiration? N’est-ce pas là la raison même d’exister des artistes? N’est-ce pas cela qui donne sens à leur art, à leur mise à nu, à leur vie? La reconnaissance et l’amour du public …


Des claclas surprises en vue

Depuis ce 26 août 2018, j’ai vu Clara 22 autres fois en concert, en Belgique mais aussi en France. La crise sanitaire que nous connaissons depuis plusieurs mois a mis un frein à cette aventure. Les prochaines dates de concerts sont prévues en avril 2021 et je croise très fort les doigts pour que l’on puisse découvrir et soutenir son second album en live. Clara travaille actuellement sur son second opus en studio en Paris avec Sage, son éternel complice. Sur Instagram, nous avons aussi pu apercevoir Séverin, un des ses amis musiciens, en studio avec elle. De belles surprises sont en préparation, c’est à ne pas en douter. Son dernier duo avec Julien Doré, L’île au lendemain, sur l’album Aimée en est un doux présage, de même que Summer Wine qu’elle a repris cet été avec Alex Kapranos, le chanteur et guitariste du groupe Franz Ferdinand. Clara ne nous déçoit jamais, elle est pleine de surprises.


Un album photos remplis de multiples rencontres et de souvenirs délicats

Spontanément, si vous me demandiez quels sont mes moments forts avec Clara, je vous citerai ces derniers sans hésiter … Les coeurs blancs que nous avons levés sur monstre d’amour lors de son premier Olympia, son émotion palpable, tout notre amour qu’elle s’est pris en pleine face et qui l’a laissée sans voix. Notre accolade avec elle à la sortie de ce premier Olympia, sa reconnaissance infinie et notre bonheur à tous. Son geste spontané de m’offrir un de ses badges parce que je venais de lui offrir un petit présent, certains cadeaux ont juste une saveur différente. Son « passe un joyeux noël! » qu’elle m’a lancé lorsque je m’éloignais d’elle après son concert du Botanique en décembre 2019. Le câlin qu’elle m’a fait à l’Eden de Charleroi, spontané et authentique.

Les frissons ressentis lors de son concert à l’Ancienne Belgique en mars 2019 et la ferveur de ce public conquis. Et puis ces quelques fois où je l’ai sentie plus fragile sur scène mais présente malgré tout pour son public avant tout, ces fois où j’ai senti qu’il fallait être encore plus présente pour elle, lui envoyer encore un peu plus d’amour que d’habitude pour la porter, pour qu’elle se transcende. Ce showcase Chloé à Paris où elle nous a repéré dans un coin (rien ne lui échappe) et nous a fait un signe de la main pour que l’on se rapproche parce qu’elle allait bientôt devoir partir. Je pourrais continuer à vous en parler pendant des heures mais ce qu’il faut retenir c’est que Clara, c’est un monstre d’amour et aussi d’humour. Elle reçoit  en retour tout l’amour qu’elle sème, avec les intérêts. C’est une belle personne autant qu’une sublime artiste. Entière, vraie, humaine, avec des failles et une sincérité qui, je le crois, touche les personnes elles-mêmes écorchées et entières. Je ne peux dissocier la femme de l’artiste et ne serais pas aussi soutenante si elle n’était pas la personne qu’elle est.


Une aventure humaine incroyable

Grâce à Clara, j’ai aussi fait la connaissance de beaucoup de personnes qui sont devenues des amis et des amies. Certaines relations sont devenues aussi intenses que mon admiration envers Clara et se sont éteintes ou sont actuellement en sommeil, je ne sais pas. Le temps le dira. Mais tout cela était vrai, était beau et l’est encore. La vie n’est certes pas un long fleuve tranquille, quand on s’aime, on se blesse parfois. Ce n’est pas pour cela que l’amour disparaît. On peut prendre ses distances, comme l’artiste qui doit se recentrer sur lui-même pour (re)trouver l’inspiration et pouvoir écrire de nouvelles jolies chansons.

Merci à Clara d’avoir mis des personnes sur ma route qui ont définitivement changé ou fait évoluer la personne que je suis. Je suis impatiente de mes nouvelles rencontres. Ne dit-on pas que nous sommes riches des personnes que nous rencontrons, que ce sont elles qui font que la vie vaille la peine d’être vécue? Je me sens si riche depuis que Clara Luciani a croisé ma route, un jour d’avril 2018, en passant avec La Grenade sur une radio belge. Il y a définitivement eu un avant et un après ce jour. Le temps s’était arrêté. C’est là que moi aussi je suis devenue un monstre d’amour.


Que l’on aime Clara Luciani ou non, elle ne peut laisser indifférent. Son engagement, les causes qu’elle défend, ses coups de gueule, ses coups de coeur en font une femme de son temps, de tous les temps, elle est intemporelle et universelle. Oui elle a l’étoffe, oui elle a les épaules, Clara c’est une femme de notre époque, une femme de notre drôle d’époque.

Confeste de Fan Absolu : HOUET Stephanie Illustration photos : BRAECKMAN Fabian

ConFestMag (68)

ConFestMag.be

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :