Formé en 2002 autour de l’image de Goz, un singe en images de synthèse, qui était initialement prévu pour incarner la voix du groupe, Shaka Ponk est un band difficilement cernable.

François est devenu le chanteur du groupe « grâce » à un incident technique…

-Par son style musical tout d’abord, il utilise des éléments de différents courants musicaux tels que le rock alternatif, le heavy metal, l’électro, le hard rock, le punk rock, le hip-hop et le funk ; proposant des compositions essentiellement en anglais, mais aussi occasionnellement en espagnol et français.

Sam n’a intégré le band qu’en 2010. Elle est la dernière arrivée dans la formation.

-Par sa composition humaine, seuls trois membres du groupe originel en faisant encore partie, Frah (François Charon) au chant, CC (prononcer sissi, Cyril Roger) à la guitare et l’indétrônable Goz (Gustave Orlando Zimbana) [Singe virtuel] à la batterie virtuelle et au chant. Les autres ayant rejoint le navire en cours de croisière comme le « staff 2007 » formé par  Mandris (Mandris Da Cruz) : basse (depuis 2007), Ion (Yohan Meunier) : batterie (depuis 2007) et Steve (Steve Desgarceaux) : clavier et samples (depuis 2007). Ou encore Sam (Sofia Samaha Achoun), qui bien qu’elle soit la petite dernière arrivée dans la bande, représente depuis 2011 l’une des figures emblématiques de celui-ci.

Frah, un bête de scène qui va bientôt la quitter…

Et, bien évidemment, par son calendrier programmé. Le groupe a en effet annoncé depuis un certain temps déjà qu’il allait se dissoudre en 2024, au terme de cette tournée appelée pour l’occasion THE FINAL FUCKED UP TOUR !

Look militaire pour Sam.

Leur venue à Ronquières le 06 août dernier était donc l’ultime opportunité de les voir en festival chez nous, en Belgique, mais leur show est passé tardivement à la trappe. On ne va pas refaire l’histoire mais cet épisode un peu particulier a visiblement marqué une partie du staff, pas vraiment contente de s’être rendue sur place pour rien. Car oui, il nous a été confirmé que le groupe était bien là, prêt à affronter les éléments climatiques. Dommage donc pour les spectateurs car nous pouvons vous assurer que cette prestation est en tous points exceptionnelle. Nous avons en effet pu assister à ce show lors du festival Essonne en Scène RTL2 qui vient de se clôturer sur le domaine de Chamarande, chez nos voisins du sud, et les clichés que nous vous proposons ici ont été validés par l’équipe du groupe. Régalez-vous car ce n’est pas loin d’être une exclu pour la Belgique.

Une imposante chorale accompagne le groupe lors de son show.

Le band est connu pour son dynamisme sur scène, Frah ne ménageant jamais ses efforts, même après sa rupture des ligaments du genou en 2012 (ce pourquoi il porte une genouillère en permanence) et Sam n’étant généralement pas en reste. Du connu donc, voire de l’attendu. Mais Shaka Ponk (que l’on pourrait presque traduire par le prêtre punk) aime utiliser au mieux tout l’espace dont il dispose.

Une scénographie fascinante qui n’oublie pas GOZ et son alter ego féminin.

Ainsi, la scène devient pour eux un énorme terrain de jeu sur plusieurs niveaux, leur permettant ainsi de grimper au-dessus du niveau du public à diverses reprises. A contrario, pour venir au contact de ses fans, Frah exécute l’une de ses postures les plus représentatives, venir se cambrer face aux chanceux du premier rang. Debout sur une caisse lui servant de support, il défie les lois de la gravité grâce à l’aide musclée de son garde du corps, lequel le retenant dans le vide par sa ceinture.

Frah et Sam.

Et oui, une prestation de rock alternatif, c’est physique. Il suffit d’ailleurs de voir le taux de sudation du chanteur au bout de quelques minutes de concert pour comprendre que Shaka Ponk se donne à 110 pourcents en live. Et je ne parle ici que de Frah car c’est lui qui vient le plus souvent au contact du public, mais nul doute que les autres membres du groupe s’investissent autant lors de chaque sortie.

Mais où étiez-vous mes amis Belges semble s’interroger Frah.

On ne va pas tout vous dévoiler, car si la version festivalière de cette tournée d’adieu est prête à être rangée au placard, son pendant grandeur nature pour les salles est déjà en cours de montage. Avec un passage au Luxembourg (Rockhal d’Esch-Sur-Alzette) le 15 mars, et la veille, enfin un crochet par Bruxelles. Ce sera donc la seule et unique date du groupe en Belgique (et la dernière probablement). A ne pas rater ! A l’heure d’écrire ces lignes, il ne restait déjà plus que quelques places en tribunes, donc hurry up girls and guys, si vous voulez être de la partie le 14 mars à Forest National.

Une prestation physique.

Retrouvez les clichés de ce concert exceptionnel et ceux du festival Essonne en Scène sur la page Facebook – ReMarck Photos.

ReMarck (102)

1 thought on “Shaka Ponk, le kif total sur scène.

Laisser un commentaire