Lankum a été acclamé dans le monde entier pour ses albums passionnants et ses performances live captivantes et souvent euphoriques. Leur dernier album, « The Livelong Day », a approfondi leur vision psychédélique de la musique folk et a consolidé leur réputation en tant que groupe irlandais le plus unique et le plus marquant de ces dernières décennies. Composé des frères Lynch, Ian et Daragh, ainsi que de Cormac Mac Diarmada et Radie Peat, Lankum canalise un ensemble d’influences et d’histoires diverses pour créer une chose magnifiquement rare : un recueil de chansons par et pour le peuple.

Sous l’oeil et l’ouie du photographe

Je n’ai pas pu assister à tout le concert mais j’ai tendu l’oreille pour recueillir ces quelques réactions de collègues…j’ai eu l’opportunité d’assister au début de la représentation d’un des groupes folk les plus encensés du moment : Lankum. Originaire de Dublin, ce quatuor composé des frères Ian et Daragh Lynch, de Cormac Mac Diarmoada et de Radie Peat a offert une performance remarquable. Leur musique folk va au-delà des attentes habituelles en mêlant tradition et éléments modernes tels que des rythmes populaires et des synthétiseurs. Leur album « The Live Long Day » a connu un immense succès au-delà des frontières du Royaume-Uni, propulsant le groupe sur la scène internationale des festivals. Leur récent opus « False Lankum » représente une audacieuse combinaison de musique traditionnelle et de sonorités méditatives contemporaines.

John Francis Flynn a présenté une évolution surprenante de la musique folk. À l’aide d’un magnétophone accompagnant sa voix, il a créé une atmosphère délicate et captivante. Ses chansons abordaient des thèmes tels que les débuts amoureux et la nostalgie de l’Angleterre. Bien que sa prestation ait parfois été perturbée par des réactions mitigées du public, ses performances instrumentales minimalistes rappelaient l’intensité de « Something In The Way » de Nirvana.

Dès leur entrée sur scène, Lankum a immédiatement ensorcelé le public avec leur puissante interprétation de « The Wild Rover », un classique traditionnel revisité de manière originale et reconnaissable. Le groupe a ensuite enchaîné avec une variété d’instruments, allant des accordéons et des violons aux guitares, ainsi que le remarquable harmonium joué par Radie Peat. Son utilisation de cet instrument particulier, combinée à des chants délicats, a créé des moments d’une grande beauté.

Radie a également brillé vocalement dans des chansons comme « Go Dig My Grave » et « Hunting The Wren ». Sa voix douce a captivé le public qui retenait son souffle pour ne pas perturber ces instants magiques. Le groupe a conclu le spectacle avec « Bear Creek », une performance instrumentale spectaculaire mettant en valeur leur virtuosité.

Lankum a réussi à époustoufler le public avec leur performance. Leur musique folk audacieuse, combinant tradition et innovation, a conquis tous les spectateurs présents ce soir-là. Leur maîtrise des instruments, leur polyvalence et leurs harmonies vocales ont créé une expérience inoubliable.

Fabian Braeckman (317)

Auteur & Photographe

Laisser un commentaire