Inc’Rock 2023 – Acte 2 – Place au Rap.

1

Si le vendredi soir a fait la part belle aux disc-jockeys plus orientés électro et hip-hop (voir notre article consacré à cette journée), le samedi était entièrement consacré au rap. Changement de style donc, mais aussi de public, avec un rajeunissement assez marqué, mais très compréhensible puisque la plupart des artistes présents ont forgé leur popularité à partir des réseaux sociaux très prisés par les plus jeunes.

Au programme de la scène principale, les très attendus Favé, Kerchak, Larry, RK, Niro et Naza

Mais aussi, et surtout, un duo un peu plus aguerri encore à la scène, Caballero et Jeanjass. Les duettistes naviguent en effet ensemble depuis 2016 et peuvent se targuer de bien mener leur barque avec plusieurs albums, de nombreux festivals, mais aussi des salles mythiques, comme le zénith de Paris, à leur palmarès.

Et si les bosses ont évidemment tenu leur rang dans ce line-up de haute-volée

on retiendra aussi la prestation ultra énergique de Larry qui n’a pas hésité à interagir de manière très prononcée avec le public déjà très nombreux lors de son passage.

Mais à quelques encablures à peine de cet amphithéâtre urbain où se sont multipliés les pogos en série se trouvait une seconde scène, parrainée par Mic Controller, et dont la vocation est de mettre en lumière des artistes émergents du plateau hip-hop belge.

Et c’est là que nous avons découvert les plus belles surprises, en fait. On débute la présentation de cette scène bis avec OG Gold (anciennement BBK) car ce rappeur bruxellois n’est pas vraiment un petit nouveau. Depuis 2018, il a en effet multiplié les partenariats avec d’autres artistes de la même mouvance.

Alors pourquoi le présenter dans ce concept me direz-vous ? Simplement parce qu’en 2021, l’homme a opéré un léger changement de cap (et de nom) pour lancer son nouveau projet solo.

Passons à Mia Lena. Un petit bout de femme énergique qui a été bercée aux sonorités d’Amy Winehouse, Alicia Keys et Norah Jones. Là encore, on retrouve une artiste confirmée puisqu’elle a notamment participé au tremplin Dour festival 2022, qu’elle figure au line-up des Nuits Botaniques et qu’elle se produira aux Aralunaires (Arlon) ce 06 mai.

Il y a toutefois une grande nouveauté dans le set de la Bruxelloise puisqu’elle délaisse un peu la langue de Shakespeare, pour nous livrer quelques compositions dans un français qui laisse transparaître certaines intonations proches de celles de Léa Paci.

Et d’une princesse, nous passons à une déesse puisque Nephtys, nom de scène choisi par Caroline Hakim, qui signifie « La Dame (ou Maîtresse) du château », est une déesse de la mythologie égyptienne ; elle est la déesse protectrice des morts qui veille sur le sarcophage, déesse funéraire donc aux côtés de Hâpi, avec qui elle est associée pour protéger le vase canope contenant les poumons du défunt. Tout un programme en soi !

Et c’est le cas du show qui nous a été livré par cette artiste complète qui mélange le hip-hop au rap, le français et l’anglais, des chansons calmes et une explosion d’énergie par moments. On voit qu’elle est habituée à la scène et une telle prestation vaut assurément le déplacement.

L’autre très bonne surprise de cette scène se nomme Bart Kobain. Originaire du Burundi, cet artiste s’est désormais établi à Bruxelles et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne passe pas inaperçu.

Plantons le décor, deux guitaristes montent sur l’estrade, habillés de costumes classiques. Un dj prend place derrière les platines, lui aussi en costume strict… Surgit alors une boule d’énergie, qui rappe sans retenue sur des rifts électriques très poussés. Le mélange est surprenant et détonnant mais très appréciable. Quelle présence ! On ne vous cachera pas qu’une grande partie du public était restée aux abords de la grande scène, et que l’assistance présente au début du set de Bart Kobain était pour le moins clairsemée, mais loin de se laisser démonter ou démoraliser, le Men in Black du soir (il était vêtu d’un costume noir, lunettes noires et casquette…noire) a mis le feu et son énergie communicative a permis aux personnes présentes de passer un moment exceptionnel.

Voilà de bonnes pioches que l’on reverra certainement dans les prochaines années.

ReMarck (71)

1 thought on “Inc’Rock 2023 – Acte 2 – Place au Rap.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :