TANAE à la Ferme du Bièreau

TANAE à la Ferme du Bièreau

Le début des fêtes de la francophonie, rime souvent avec concerts. Le premier pour Confestmag, c’ est ce jeudi en plein coeur de Louvain-la-Neuve, dans la cité estudiantine déjà en fête a en juger sur les fréquentations des cafés, et plus précisément à la ferme du Bièreau. Pour les habitués du lieu, c’est le premier concert après confinement, les travaux des écuries battent leurs pleins… Mesures sanitaires obligent, masques, gel et espace d’un siège entre les bulles …et c’est Tanaë, qui a l’honneur d’assurer la première partie de la soirée.

Tanaë (Shana Seminara de son vrai blaze) est une artiste belge, de Liège, qui a de larges influences, style Amy Winehouse, Billie Eilish voir d’autres, très pop. Les prémices de cette artiste ont commencés sur le net avec une reprise de Aqua « Barbie Girl ».

Mais comme son rêve était de monter un jour sur scène et d ‘abandonner ses études de psychologies, elle abandonna l’idée de covers et en 2018 elle sort « Introspection » produit d’ un futur album « Talking to myself ». Confestmag l’avait déjà apprécié au regretté Festival de Seneffe. Le concert de ce soir était prévu pour le mois d’avril, mais, toujours ce satané virus, avait décidé de nous priver de bonnes choses,…

…Tanaë arrive sur scène, spots braqués sur elle, vêtue d un long ciré noir, bottes noires, style new wave, sur « Fire of Us ». Le public est directement conquis, il y a ceux qui découvre et les autres qui voudraient se dandiner sur les airs entraînants, mais a part se trémousser sur les sièges, on déguste quand même.

On enchaîne les titres comme « No Way », « Stay », « Time is up », le temps d’enlever le ciré noir, et de découvrir un peu les épaules, et une blouse toujours noire, mais plus sexy.

On continue avec « One Night », « Need your Love », le temps d ‘apprécier le batteur qui fredonne quasiment tout les titres « Taking », « Mirrors », et un guitariste excellent qui viendra pour faire un titre que Tanaë a écrit pour une amie,… qui n’ a pas écouté le conseil de « Listen ».

On se quittera sur  » Loneliness », avec un goût de trop peu, même si on la retrouve le lendemain pour un titre entrainant avec danseurs(voir l’article Fête grand-place). La soirée n’est pas finie place à Juicy…

Résumé et Photos : BRAECKMAN Fabian

Fabian Braeckman (40)

Auteur & Photographe

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :