Un oiseau prend son envol ! :

Un oiseau prend son envol ! :

Serait-ce un hommage à Marie Myriam dont elle est devenue depuis mai dernier, l’unique héritière, nul ne peut réellement le confirmer mais ce qui est certain c’est que le premier album de Barbara Pravi, « On n’enferme pas les oiseaux », vient tout juste de sortir en ce vendredi 27 août, en écho possible à l’oiseau et l’enfant , chanson interprétée par Marie Myriam qui n’a plus jamais été détrônée depuis sa victoire dans les années seventies et pourtant ce n’est pas faute d’avoir utilisé les grands moyens pour y parvenir et de Patricia Kaas à Bilal Hassani, ils ont toutes et tous tenté de faire de mieux pour hisser haut et fort les couleurs du drapeau français mais rien n’y fit, et seul Amir était parvenu à sauver l’honneur perdu avec une brillante sixième place pour un tube mixant habilement anglais et français, ce qui n’est pas toujours bien vu par les puristes de la belle langue de chez nous, et ce n’est pas Tom Leeb, le fils de Michel qui dira le contraire quand en 2020, il tenta de pousser les couleurs de son pays haut et fort avec une chanson plus Shakespearienne qu’issue de la langue de Molière. On disait la francophonie un peu fâchée avec les chanteuses à voix, et d’ailleurs au fil des années on a vu des spécialistes dans ce domaine telles Céline Dion et Lara Fabian en donner moins pour en revenir à des registres plus intimistes et jouer de leurs voix en les sublimant d’une autre manière, et pourtant les musicologues de pure souche se sont ralliés par un beau soir de janvier à Barbara qui ne se différencie pas de ses deux consoeurs grâce à un coffre vocal performant et surtout une gestuelle qui donne vie à ses interprétations de sorte qu’on vit le tout comme si on assistait à un film, et puis bien entendu il y a les expérience des années passées car Barbara Pravi ne se contente pas d’interpréter de beaux textes, elle en écrit pour d’autres tels Yannick Noah ou encore Carla qui a remporté avec « Bim, Bam, Toi », le concours Eurovision réservé cette fois aux jeunes interprètes, dont le second album sort très bientôt. En réponse à l’introduction de cet article, on sait désormais après l’écoute de cet album, que l’on n’enferme pas les oiseaux est une phrase extraite du titre « L’homme et l’oiseau », là où Marie Myriam évoquait l’oiseau et l’enfant. Issu du génie créatif de ses complices Igit et Vincha, l’un des signataires des nouvelles compositions de Julien Clerc paru en février dernier (Terrien), l’album se veut un florilège de thèmes poignants comme les violences conjugales, l’avortement, la maladie d’Alzheimer avec un hommage appuyé à sa grand-mère, victime de cette terrible maladie et il se construit tel un film en cinémascope pour nous livrer une histoire qui au final est celle de chacun, vu que la sensibilité de l’auditeur lui fera ressentir sa propre version des choses en fonction de ses sensibilités. Au niveau musical c’est un savant mélange de cordes et de piano qui berce l’auditeur et colle parfaitement aux textes et à la voix de Barbara Pravi, qui risque également de surprendre quand elle partira en tournée, car elle a les chansons, la musique et les paroles pour faire qqchse de grandiose qui ne peut ravir que son public déjà séduit à sa cause. Distribué dans de nombreux pays, l’album n’a pas encore fait escale en Italie, mais l’on n’ose imaginer que cet état de fait aurait été engendré par un pays survolté quand le groupe Maneskin avec son tube « Zitti e buoni », avait été accusé d’avoir volé la victoire de la France, en raison d’une prise de stupéfiants lors de la proclamation des résultats, mais Barbara a été très sport vu qu’elle n’a rien fait contester car elle sait sans doute que même si l’Eurovision est une passerelle qu’il faut franchir dans une vie, elle ne peut constituer une fin en soi, et le plus difficile par la suite c’est de prouver que l’on peut rester et durer, gageons qu’à l’écoute de ce premier album, le doute ne planera plus et Barbara Pravi est désormais taillée pour faire de grandes choses et si on n’enferme pas les oiseaux, on laisse très certainement s’envoler un véritable talent.

CHRISTOPHE COCU (458)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :