Un nouvel album de Dominique, aaaah ! :

Un nouvel album de Dominique, aaaah ! :

L’artiste qui n’avait pas projeté de composer un nouvel album cette année, a retrouvé l’inspiration après la disparition de Philippe Pascal, l’autre moitié du groupe Marquis de Sade avec Marc Seberg, pour lesquels il donne sur ce nouvel opus une nouvelle version acoustique d’un de leurs titres « L’éclaircie ». Autre hommage musical celui qu’il offre à Christophe tragiquement disparu du Covid, sous la forme d’un mantra et qui reste paradoxalement l’un des titres le plus court de l’album, l’artiste avouant s’être retrouvé à court de mots submergé par l’émotion. Le reste des compositions affiche la photographie de l’époque que nous traversons actuellement et l’atmosphère qui s’en dégage.

Enregistré à domicile avec pour seuls instruments un clavier, une boîte à rythmes, une guitare et un huit pistes numérique, cette nouvelle ouvre a su rester belle et simple grâce à des mélodies lentes et des textes plus gris foncés que clairs ancrés dans une tranche de vie si particulière, le tout basé sur une chronologie avec un ressenti de claustration pour les premiers morceaux et puis une forme de déconfinement vocal quand tout semble être loin derrière, sauf qu’à ce moment là, nous pensions pas retomber si bas peu de mois après et ressentir l’impression que nous avions fait tout cela pour rien, si ce n’est tenter de sauver des vies. Parmi les thèmes exploités, on retrouve des histoires de couples désemparés , de courtes histoires inspirées par les observations de l’artiste, des chansons qui nous dépeignent comme des papiers que l’on froisse, ayant vécu des jours immobiles, avec des chansons plus douces aussi qui nous remémorent au combien il est important de regarder l’autre, car l’incommunicabilité a parfois joué sur les rapports au sein des foyers avec des épisodes plus ou moins durs à gèrer. Bref, un très bel album intimiste qui se veut être l’un des premiers témoins d’une époque bousculée à écouter de suite si l’on s’en sent apte d’une traite voire par épisodes et/ou à savourer dans quelques mois quand toute cette épique époque sera un peu loin de nous et que la vie reprendra ses droits, mais ce qui est certain c’est qu’après avoir écouté Dominique, on s’écriera Aaaaaaah, que j’aime cela !

CHRISTOPHE COCU (458)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :