UB 40 face à un avenir incertain ! :

Bien difficile d’imaginer l’été sans le reggae de UB 40, un groupe qui semble avoir mis les bouchées doubles avec ce nouvel album « Unprecedented », qui sort à peine un an après l’avant-dernier projet du groupe. Ce nouveau projet se veut la juste suite de « A Real Labour of Love », dont la parution remonte à 2018, avec un très grand succès en matière de ventes vu que l’album s’est très vite accroché à la seconde place des charts britanniques venant ainsi appuyer le succès toujours grandissant de UB 40. Enregistré dans les studios entre Londres et la Jamaïque, entre deux confinements, Unprecedented est une collection de chansons qu’Ali et Astro apprécient depuis de nombreuses années, et qui ont été écrites par des artistes admirés par le duo, tels Stevie Wonder ou encore Kris Kristofferson, qui se créent un passage parmi d’autres tracks écrits par Ali et Astro en personne et qui ont trouvé leur source d’inspiration dans la crise pandémique qui a fait rage pendant deux trop longues années. Un nouvel opus qui donnera l’occasion à l’auditeur d’entendre pour une dernière fois Astro qui n’est malheureusement plus de ce monde depuis l’automne 2021. Sur ce nouvel opus, on trouve le single « Sufferer », qui en 2022 trouve bien entendu tout son sens depuis que l’ancien co-chanteur du groupe a perdu la vie à l’âge de 64 ans, et qui aide le co-fondateur du groupe Ali Campbell a poursuivre une tournée qui doit passer par le Royaume-Uni et que bien enthousiasmé à l’idée d’aller défendre cet album sur scène et de renouer les contacts directs avec son public, n’est pas dupe car il sait que franchir cette nouvelle étape sans Astro, sera incroyablement difficile, mais selon les dires de Campbell il faut laisser la musique vivre et dans ce cas présent, on peut même dire survivre. Après écouté et savouré ce nouvel effort musical d’UB40, on est en droit de se demander quel sera l’avenir du groupe car pour la petite histoire Campbell avait initialement quitté ce groupe phare pour des raisons financières, pour se concentrer sur une carrière solo, tandis qu’Astro pour sa part, avait quitté le groupe bien plus tard afin de laisser la voie libre à une reformation sous forme de tandem. Parallèlement, on avait pu assister également l’an dernier à la retraite du chanteur Duncan Campbell qui avait souhaité se concentrer sur ses problèmes de santé, des suites d’un accident vasculaire, mais depuis 2019 le public de longue date avait bien pris conscience que le véritable nouveau chanteur du groupe n’était autre que Matt Doyle que l’on retrouve sur l’avant-dernier album du groupe sorti en juin 2021 et intitulé « Bigga Baggariddum ». Malheureusement au cours de l’été qui a suivi la sortie de cet album, on apprenait la disparition tragique de Brian Travers, des suites d’un cancer contre lequel il avait lutté pendant trois longues années, et il était l’une des principales chenilles ouvrières du groupe, car il était à la fois parolier, brassmaster mercurial et l’un des piliers fondateurs du groupe. On se retrouve par conséquent dans une situation inédite dans l’histoire de la musique avec finalement deux versions d’UB 40, celle proposée par Ali Campbell qui se retrouve désormais bien seul depuis la disparition d’Astro, mais qui devrait disposer d’assez d’énergie positive pour continuer l’aventure en solo, voire s’adjoindre les services de nouveau collaborateur et celle menée de main de maître par Matt Doyle lui aussi amputé de certains membres qui ont compté pour le groupe, et qui risque fort bien de compromettre l’avenir de ce UB 40 version 2.0., mais comme en musique tout peut arriver, gageons que ces formations oeuvrant chacune de leur côté pour le moment, auront la bonne idée de soit de se rassembler à nouveau et/ou faire avec leurs manquements pour parvenir à maintenir UB40, la tête hors de l’eau et lui assurer un avenir digne de sa légende, ce qui devrait normalement se passer d’ici les prochaines années. Pour le moment, on ne chagrine pas trop l’esprit et on savoure la patte légendaire de UB 40, un bon cocktail à la main, les oreilles dégagées comme il se doit au vent, en train savourer de la bonne musique, c’est ce qui compte après tout.

CHRISTOPHE COCU (588)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :