Torn to be alive ! :

Torn to be alive ! :

C’est tout fraîchement auréolée d’un nouveau contrat avec la maison de disques BMG, que l’artiste Natalie Imbruglia sort enfin de sa réserve musicale en ce 24 septembre, afin de nous présenter son nouvel opus qui fait ainsi suite à un album de chansons originales qui remonte tout de même à une bonne douzaine d’années et qui s’intitulait « Come to life », laissant aujourd’hui la place à Firebird qui marque le grand retour de l’artiste qui est franchement bien décidée à reprendre à la fois sa carrière et son destin en mains, et tout cela peut se ressentir lorsque l’on écoute le premier single locomotive de ce nouvel opus, « Build it better », « Construis le en mieux », une véritable commémoration à la paix intérieure retrouvée pour l’artiste qui aujourd’hui a 46 ans. Pour l’enregistrement de ses 13 nouvelles compositions, Natalie Imbruglia a choisi de parcourir différents coins de la planète, passant ainsi allégrement de Londres à Nashville, tout en faisant confiance à sa collaboratrice de choc, KT Tunstall, une pointure reconnue dans le métier pour avoir promené son titre phare « Suddenly I see », un peu partout dans les charts, mais aussi aux producteurs MyRiot qui ont déjà oeuvré avec London Grammar qui ont fait un retour remarqué en avril dernier, à Eg White qui a déjà eu l’occasion de travailler avec Adèle et Dua Lipa, à Fiona Bevan qui s’est déjà associée avec Ed Sheeran et One Direction, Luke Fitton dont les productions musicales avec Gossip ont de quoi faire rugir de plaisir, la planète entière , à Albert Hammond JR, qui n’est autre que le guitariste des Strokes, qui co-signe sur ce nouvel opus, le titre « Maybe it’s great », aux sonorités très eighties. Toute cette ribambelle de fabuleuses pointures qui donnent à l’album, un côté très dense et varié à la fois, a permis à l’artiste de se faire à nouveau confiance, tout en retrouvant l’essence même de sa voix, et c’est normal qu’après une si longue période de break, on est en droit de se demander si l’organe vocal suivra encore, ce qui est bien le cas ici, vous pouvez en être convaincus et si Natalie Imbruglia s’est faite si rare c’est dernier temps, c’est qu’elle avoue avoir été confrontée à l’angoisse de la page blanche pendant un long moment, pas très pratique lorsque l’on veut explorer ses propres thèmes mais avec néanmoins la certitude que ce qui est de qualité, doit maturer longtemps avant d’éclore au jour nouveau. Mais ici pas de doute, la chanteuse a retrouvé son peps et la joie de vivre d’antan, comme à la belle époque de son premier tube international « Torn », et cela se ressent dans le clip « On my way », où on peut la voir dans un clip vraiment feel good, profiter des petits bonheurs simples, en guise de clin d’oeil très probablement à ce que tout le monde a vécu de pire pendant quasi deux ans avec ce virus, qui a eu pour seul bénéfice de conscientiser sur la nécessité de revenir à soi et au goût des choses simples, bref Firebird est la passerelle parfaite entre l’été qui s’en va et l’automne qui nous transmet ses faveurs, avec une Natalie Imbruglia au sommet de sa forme !.

CHRISTOPHE COCU (425)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :