Passez un excellent Week-End ! :

Victime de la pandémie, « After Hours » paru en 2020, même s’il était signé de la prose magique de The Week-End, aurait très bien plus passer aux oubliettes, tant l’industrie musicale avait vu en cette année maudite, sa production se voir reporter à maintes reprises, avec au final une artillerie lourde qui vit le jour sous les dernières périodes de la fin de l’année, laissant finalement peu de chance aux albums studios inédits de se classer parmi les favoris, tant les résultats étaient faussés par avance. C’était sans compter sur la surpuissance des tubes imparables que furent Blinding Lights et Save your tears, qui allait finir par mettre tout le monde d’accord et imposer par la même occasion, The Week-end au rang de star adulée, sans compter que son nouveau look de l’époque à la Bogdanoff, n’avait laissé personne indifférent, sans parler du clip déroutant destiné à illustrer Blinding Lights. Ce nouveau carton a contribué à hisser The Week-End au rang des incontournables et bien entendu de nombreux artistes n’ont cessé de quémander moultes collaborations en sa compagnie, mais la consécration la plus marquante fut sans aucun doute sa participation à la mi-temps du Super Bowl, après des monuments tels que Coldplay, Madonna ou encore Katty Perry. Ce passage fut suivi peu de jours après par la sortie d’un premier best-of que personne n’avait vu venir, regroupant les 18 plus grands tubes qui ont façonné la carrière de l’artiste jusqu’ici. Aimant prendre tout le monde par surprise, c’est en ce début d’année qu’il fait son come-back avec l’album « Dawn Fm », pour lequel il a su bien s’entourer profitant ainsi de sa renommée grandissante vu que l’on retrouve à ses côtés, Quincy Jones à qui l’on doit le « Thriller » de Michaël Jackson, Tyler, The Creator et plus surprenant encore l’acteur Jim Carrey, Mister Ace Ventura ou encore The Grinch, c’est plus de saison. A travers ce nouvel opus, The Week-End remet lui aussi avec l’assurance que l’on connaît, les années 80, avec sur certains titres des résonnances réaffirmées par rapport aux tubes connus de Human League, par exemple car la philosophie de l’artiste consiste à redonner un coup de fraicheur à ce qui a très bien fonctionné par le passé, et cela danse et trémousse tout au long des 51 minutes que dure ce nouvel opus, avec la volonté de The Week-end de sortir de la noirceur de l’album précédent pour retourner vers la lumière progressivement. Tandis que la presse people lui prête une idylle avec Angelina Joli, c’est un look de vieillard qu’il revête sur la pochette de son dernier opus, lui donnant ainsi un côté Moïse/Daniel Levi dans les 10 commandements d’Obispo, du pur second degré par le biais duquel il veut qui sait nous faire passer le message que la pandémie ne cesse pas d’évoluer et qu’à ce train la, nous allons toutes et tous, prendre racine enfin pas tant que cela car ce week-end, nous avons quoi faire, à savoir savourer ce qui sera sans doute, le premier gros carton de l’année en matière de ventes.

CHRISTOPHE COCU (670)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.