Obispo : de nouvelles lettres à France !

Obispo : de nouvelles lettres à France !

Si un artiste a marqué de son empreinte l’année 2021, c’est bien Pascal Obispo qui en date du 8 janvier dernier nous présentait sa plateforme, véritable pied de nez aux maisons de disques, tant celle-ci lui permettait de créer à l’envie tout en multipliant les projets à thèmes mais pour les afficionados qui aiment collectionner les supports physiques, la frustration aurait pu être au rendez-vous, c’est très probablement ce qu’a voulu éviter Pascal Obispo en offrant à son public, un nouveau support intitulé « France », qui au départ devait s’intituler « lettre à France », mais quand on sait que les hommages appuyés d’Obispo à son chanteur vénéré Polnareff se sont soldés par des noms d’oiseaux en tout genre, il valait mieux une fois de plus, ne pas froisser un autre maître de la chanson française et utiliser un définitif qui sonne très bien en cette veille d’élections présidentielles, même si Pascal Obispo n’a pas voulu composer un album hommage à Brigitte et à Emmanuel Macron, mais surtout remettre au goût du son de ces années là, des compositions qu’il avait écrites au départ pour France Gall, qui les lui refusera poliment en lui disant qu’il a bien travaillé, que cela sonne comme du Berger, qu’il a parfaitement su synthétiser, mais que ce n’est pas du Michel, le moins que l’on puisse dire c’est que les tentatives d’hommage ne réussissent pas à Obispo, et le voilà reparti bredouille avec son projet sous les bras, tandis que France Gall cessera de faire de nouveaux albums, après l’album « France », cela ne s’invente pas qu’elle sortira en 1996, une véritable collection de ses plus grandes chansons, mais qui ne se veut pas un best-of, mais surtout une réinterprétation de ses grands standards, un sorte d’adieu très bien orchestré avec le faux inédit « Plus haut », qui avait été composé par Michel Berger, à l’occasion de la sortie de l’album « Paris France », mais qui n’avait jamais l’objet d’un single, le tandem phare de la variété française lui choisissant « Il jouait du piano debout ». Pour le clip, France Gall décide de faire appel à Jean-Luc Godard, un cinéaste français marginal dont les productions sont de véritables ovnis dans le paysage cinématographique français, à qui l’on doit notamment « A bout de souffle ». Le public d’Obispo qui va faire l’acquisition de l’album « France », ne sera pas tout à fait en terrain inconnu, car il va retrouver « Sa raison d’être », un chanson qui sera réutilisée pour tard pour le Sidaction, si cher à une grande amie de Pascal Obispo, en la personne de Line Renaud qui fait beaucoup dans son pays pour les victimes du Sida, des suites de l’appel à l’aide de son amie Elisabeth Taylor, qui seule ne parviendra pas endiguer le fléau mondial. On retrouve aussi « Tu trouveras », chanson qu’il avait offerte par la suite à Natasha Saint-Pier, des suites d’un second album qu’il avait composé entièrement pour elle, voyant en elle une grande artiste potentielle de la chanson francophone à venir, après son passage à l’Eurovision avec le single « je n’ai que mon âme ». Pascal Obispo sera présent ce dimanche 31 octobre sur le plateau du journal télévisé de France 2, afin d’y présenter son nouveau projet. Bref, on a beau être adulé, parfois on se heurte au refus de ses propres compositions et Dieu sait si Pascal Obispo a été contraint d’essuyer des travers mais fort heureusement pas de la part de l’ensemble du monde artistique car Florent Pagny, Alizée pour ne citer qu’eux, ne s’y sont pas trompés en faisant confiance à Pascal le Grand Frère. Bref, du bon recyclage qui tient la route en souhaitant que cela ait donné l’envie à Obispo de poursuivre l’édition d’oeuvres en supports physiques parallèlement à la plateforme lancée en janvier dernier.

CHRISTOPHE COCU (458)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :