Non ce soir, le malamour n’était pas au rendez-vous de Rotterdam ! :

Faut-il revenir sur la 19ème place d’Hooverphonic qui malheureusement classe de nouveau la Belgique au fond du panier, car comme très souvent nos chansons ne sont pas taillées pour le format de l’Eurovision, même le retour de Geike au sein du groupe n’aura pas suffi à nous hisser parmi les 5 premiers pays en tête du classement, et depuis Sandra Kim en 1986 nous n’avons plus notre jour de gloire et vraiment nous ne savons plus qui envoyer pour décrocher la palme, à croire que le Grand Jojo sera le seul à nous laver des affronts subis depuis des années, alors qui sait qu’il tente sa chance pour 2022, cela ne pourra pas être pire pour notre petit coeur de patriote qui saigne depuis de longues années, et/ou alors que l’on mette Jean-Luck Fonck sur orbite car le côté kitch il le possède depuis longtemps et pour ce qui est de l’auto-dérision il a tout ce qu’il faut pour entrer de plein fouet au sein de ce concours. Ceci étant dit même si Hooverphonic n’était pas un groupe taillé pour Rotterdam, leur dernier album Hidden Stories est un véritable joyau et en plus le groupe a le sens de l’humour en choisissant un titre qui s’intitule la mauvaise place pour défendre nos couleurs.Fort heureusement ce soir, la francophonie avait son plan B pour défendre la belle langue de chez nous et de chez nos voisins en la personne de Barbara Pravi, ultime rempart de la France pour tenter de renouer avec la victoire car l’oiseau et l’enfant depuis les seventies n’ont pas manqué de se sentir orphelins avec toutes ces victoires qui sont passées à côté, alors que la France avait envoyé des ambassadeurs de poids et de choc, ce qui a toujours manqué à la Belgique, avec parfois des représentants inégaux, expliquant bon nombre de nos déconvenues. Mais bien entendu envoyer ces plus beaux missiles soniques, parfois ce n’est pas suffisant et des chanteurs avec des capacités vocales, on en a vu défiler mais ce n’est pas pour cela que la fleur de la victoire fut au bout du micro, même Amir avec sa chanson entêtante et entraînante n’avait pas réussi à faire mieux qu’une 6 ème place, alors bien entendu même si on ne doutait pas que Barbara faisait déjà partie des Grandes, notre souffle restait court car on ne pouvait pas s’empêcher de se dire, le talent dans tout son excellence est bien présent, mais ne sera-t-il pas encore dupé par un lapin fantasmagorique qu’un pays concurrent va nous sortir de son chapeau en dernière minute et patatra ce fut encore le cas cette année avec l’Italie, avec Maneskin et une chanson certes, ancrée dans les traditions de l’Eurovision mais qui n’apportait rien par rapport à ce que des groupes de légende ont pu faire dans ce domaine, si ce n’est que la débauche de paillettes et le jeu de scène énervé qui a pu creuser la différence. Mais rassure-toi Barbara tu n’as rien perdu de ta superbe ce soir et comme je l’ai souvent signalé tu as tout gagné depuis bien longtemps et même sans Eurovision, les amateurs de bonne chanson française à l’ouïe affinée ont déjà compris depuis la sortie de ton premier EP que tu avais déjà tout d’une grande, et je pense que ce soir avec l’interprétation cinématographique que tu as donné à ton titre, on sait désormais que tu as déjà une carrière d’actrice toute tracée qui coule dans tes veines. Une grande carrière et longue surtout c’est certain que tu en feras une et même si on aime bien comparer dans ces métiers, non tu n’es pas la nouvelle Piaf et encore moins la soeur de Jacques Brel, tu es tout simplement toi et c’est déjà très bien comme cela, et les personnes qui auront la curiosité d’aller t’écouter sur d’autres titres, vont très vite le remarquer. Je sais que pour ce soir tu y croyais tellement mais ne sois pas déçue car il n’y a pas été question une seule seconde d’Anamour, car une seconde place cela bien longtemps qu’une artiste ne l’avait plus offerte à ton pays. C’est juste une question de science inexacte dans ce genre de concours où le médiocre peut l’emporter sur la qualité, et donner le change aux bonnes ou mauvaises surprises de dernière minute, mais le principal c’est que tu as continué à faire parler de toi en bien et cela n’a pas de prix, enfin si celui de la reconnaissance éternelle qui t’est acquise pour de bon. Voilà, comme tu le dis si bien, le pari est réussi et la place de la chanson francophone de qualité a encore de l’avenir grâce à toi. Souhaitons que ce maudit Covid nous laisse tranquille en 2022, pour que tu puisses venir nous rendre visite à Bruxelles où tu as déjà un public ancré dans ta peau lisse de caractère bien trempé et déterminé, taillé pour d’autres victoires.

CHRISTOPHE COCU (335)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire