Neil Young, l’infatigable ! :

Si certains nous font mijoter plusieurs années avant de pouvoir avoir la chance de découvrir de nouvelles productions, on ne peut pas dire que ce soit le cas de Neil Young car après l’album inédit « Toast » sorti en juillet dernier, le voilà déjà de retour avec « Noise and Flowers », un album live resté dans les cartons jusqu’ici qui remonte à 2019 et qui renferme des morceaux enregistrés à l’occasion d’une courte tournée de 9 dates qui a sillonné l’Europe, avec en guise d’accompagnement, son groupe fétiche « Promise of the Real ». Cette tournée qui devait être synonyme de joie au départ, a pris une tournure un peu moins heureuse, dès qu’elle a commencé et ce deux semaines après la disparition du manager de Neil Young, qui était également son ami, Elliot Roberts, l’occasion pour l’artiste de lui transmettre un vibrant hommage tout au long de cette tournée qui par conséquent a pris une tournure particulière au vu des circonstances, offrant ainsi à celle-ci une ambiance unique. Neil Young précisera par ailleurs au sujet de cette tournée, qu’elle restera spéciale et qu’il a pris la route avec son équipe en emportant l’esprit de l’ami défunt à travers les différentes chansons proposées au public, et chaque note de musique a été jouée pour le plus grand ami de la musique, Elliot. Les chansons qui composent ce live, sont extraites de divers concerts avec un mélange de tubes comme Helpless ou encore Rockin’ in the Free World, mais aussi de titres qui ont toujours reçu la ferveur du public comme Winterlong, Alabama et I’ve been waiting for you. La Belgique n’avait pas été oubliée par cette tournée d’exception avec un passage par Anvers, qui fut le témoin d’une interprétation extrêmement rare de On the Beach, une chanson qui n’a été jouée que quatre fois au cours des 47 dernières années, autant dire que le public belge qui sait recevoir les artistes, a été particulièrement gâté par un beau soir de 9 juillet, avec un Neil Young qui n’est certainement pas resté insensible face à l’accueil qui lui fut réservé, surtout dans des conditions pénibles pour lui. Alors que les récentes crises sanitaires empêchent l’artiste de repartir sur une scène, cela ne semble pas que du contraire mettre un frein aux liens indéfectibles qu’il détient avec son public auquel il rend hommage en quelque sorte en sortant des tiroirs des lives inédits mis en boîte au début des années 70’s, mais aussi le dernier témoignage d’un concert récent qui sort en ce début août. A noter également que le groupe qui accompagne Neil Young sur cette tournée, a été monté par Lukas Nelson, le fils du célèbre Willie connu entre autre pour son duo célèbre avec Julio Iglesias, « To all the Girls I’ve loved before », une chanson visionnaire qui donnera qui sait très certainement l’idée à Gray et Barvelien de proposer plusieurs années après, leur propre vison de la chose avec « A toutes les filles « . Cette combinaison magique entre Neil Young et Lukas Nelson, sans parler des autres musiciens les accompagnant sur scène, nous donne la possibilité de revisiter 14 titres faisant le parfait mixe entre l’électrique et l’acoustique sans parler du folk. Avec toutes ces sorties qui se succèdent, Neil Young fait partie de ces artistes qui sont adulés de leur vivant, avec cet ensemble d’oeuvres inédites mises en avant, que dire et on espère le plus tard possible, le jour où l’artiste viendra à tirer sa révérence pour regagner le Paradis Blanc.

CHRISTOPHE COCU (588)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :