Mustii, le vibrant hommage à son oncle disparu, en musique ! :

Thomas Mustin dit Mustii est très certainement l’artiste le plus complet que l’on puisse trouver sur la scène belge car il est un véritable touche à tout, s’essayant au cinéma, au théâtre, à la télévision et à la musique pour lequel il refait parler de lui en cette fin janvier 2022, grâce à l’album « It’s Happening now « , faisant ainsi suite au tubesque « 21th Century Boy », de quoi déchaîner les passions et se dire que nous avons dans la chance dans notre plat pays de compter bon nombre d’artistes aussi talentueux et que si l’année dernière avait tenu toutes ses promesses, gageons que celle qui vient à peine de commencer est déjà en train de démarrer sur les chapeaux roues avec ce Mustii qui carbure à la dopamine, délaissant l’électro-pop de ses débuts pour revenir à un rock plus brutal et à des guitares dont les riffs saccadés donnent la pêche au petit matin calme, mais comme le firent jadis Gainsbourg ou Bowie pour ne citer qu’eux, ce second album sort des sentiers battus par rapport au premier, car il repose sur le concept hommage à l’oncle de Mustii qui était atteint de schizophrénie et qui malheureusement mit fin à ses jours, voici déjà une bonne dizaine d’années, et c’est véritablement un adieu à Michel, qui était son prénom que l’on peut entendre aujourd’hui, avec deux singles « Alien » et « Give me a hand », qui ont déjà fait fureur et ont bénéficié d’une bonne presse lors de leur sortie l’an dernier, avec des prestations télévisées d’anthologie telles celles qui ont été enregistrées à Tournai, à l’occasion de l’opération Viva For Life, et à Bruxelles dans le cadre de la fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La démarche de Mustii n’est cependant pas de raconter une histoire familiale mais bien de nous conter un parcours dans lequel chacun puisse s’y retrouver, car malheureusement nous pouvons toutes et tous être confrontés à cela dans nos vies de tous les jours, que ce soit à titre personnel et/ou en tant que témoin. Par respect pour son père qui est concerné au propre chef, Mustii ne lui a pas parlé directement de son projet, et lui a simplement évoqué un album concept à propos des maladies mentales sans plus, avant de mettre enfin un vrai visage sur ce second album et lui avouer qu’il avait été conçu pour son oncle Michel, ce qui n’a pas provoqué de remarques négatives de la part du père de Mustii, juste des interrogations légitimes, et grâce aux souvenirs qu’il avait de lui et sur base des discussions qu’il a pu avoir avec son propre père, tout en feuilletant ses journaux d’ado, l’artiste parvient ici à une véritable reconnexion avec son oncle, alors que de son vivant ce fut plus que complexe. La maladie de Michel s’est déclarée à l’âge de 17 ans, transformant ainsi l’adolescent extraverti qu’il était en un être totalement parti à la dérive. A la mort de ses grands-parents, Michel avait fini par vivre sa vie tout seul, car même en souhaitant le placer dans une institution spécialisée, ce n’était guère possible car l’oncle de Mustii fuguait dès qu’il se sentait enfermé même pour son bien. Les parents de Thomas Mustin ont de leur côté veillé sur leurs fils jusqu’à sa 18ème année, par crainte de l’hérédité de la maladie mais Mustii lui restait dans ses préoccupations d’ados, même si aujourd’hui il a besoin de façon légitime d’exorciser tout en se demandant si sa famille ne serait pas blessée par son initiative. Pour les amateurs de musique, une chose est certaine à savoir que ce second opus est un album de très bonne facture qui va contribuer à placer Mustii dans la Cour des Grands, et tel Stromae et son enfer, il revient en cette rentrée hivernale avec un album accrocheur qui pourra très certainement venir en aide aux personnes confrontées à la maladie, car depuis bon nombre d’années les artistes n’ont plus la peur de se mettre à nu en abordant des sujets bruts de décoffrage, qui les rendent plus proches de leur public.

CHRISTOPHE COCU (542)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :