Murat, pas encore l’heure du Buck ! :

Murat, pas encore l’heure du Buck ! :

Lorsqu’elle pense à un premier duo en pleine ébauche de son troisième album studio, « L’autre », Mylène Farmer pense inévitablement à Jean-Louis Murat qui tout comme elle, a le goût des mots ciselés et de la poèsie, sans oublier une frénésie pour l’écriture encore plus prononcée que Mylène, vu que l’artiste ne peut s’empêcher d’écrire un album à l’année, comme au vieux temps où les pointures de la chanson francophone nous honoraient de leur présence vocale, une fois l’an. Mylène Farmer a beau avoir la stature d’une grande artiste en devenir à l’époque, elle sait faire les choses bien et c’est à grands renforts de lettres envoyées à Murat, qu’elle va finir par le convaincre d’enregistrer en sa compagnie le superbe duo « Regrets », illustré par un superbe clip en noir et blanc, tourné dans la foulée de Désenchantée. A l’époque de sa rencontre avec Mylène Farmer, Jean-Louis Murat n’est pas un illustre inconnu car il a déjà performé aux côté d’Isabelle Huppert et de Béatrice Dalle en tant qu’acteur dans un film produit par Jacques Doillon, la vengeance d’une femme et au niveau musique, il a déjà marqué le paysage francophone avec un superbe album « Cheyenne Autumn », d’où sont sorties des perles telles que si je devais manquer de toi, l’ange déchu , te garder près de moi et bien d’autres….. A l’automne 1991, tandis que Mylène Farmer continue d’exploiter avec succès son troisième album issu du printemps des peuples en liesse, Murat même s’il n’en n’a pas vraiment besoin, va profiter du carton estival de Regrets pour installer un nouvel album « Manteau de pluie », d’où découleront d’autres graines de tubes comme le Col de la Croix-Morand , le lien défait, un opus qu’il faut avoir dans sa collection de Cd’s pour découvrir au mieux, les facettes multiples de l’artiste. A force d’être prolifique, sa route va de nouveau croiser la route de Mylène Farmer en 1999, tandis qu’elle cartonne à nouveau avec l’album Innamoramento, mais pas pour une collaboration commune cette fois, mais juste un concours de circonstance à travers la galaxie musicale, tandis qu’il sort à l’été de la même année, un nouvel album « Mustango », avec de nouveaux succès à la clé comme Bang Bang, Nu dans la crevasse. Réputé pour ne pas avoir la langue dans sa poche et le parler franc, Murat s’adonne aussi à la critique acerbe envers la nouvelle génération de star, Angèle pour ne citer qu’elle, mais aussi des pointures confirmées comme Johnny, mais on aime à le détester comme on s’éprend à l’aimer surtout quand il a le talent d’écriture aussi prolixe, avec cette science de génie de nous plonger à chaque fois dans des univers différents sans se répéter, et à ce stade ce n’est plus de la chansonnette, mais de la véritable oeuvre d’art, et avec plus de 20 albums à son actif, impossible que vous ne trouviez pas celui qui vous correspondra à un moment de votre vie. La pandémie des deux dernières années ne lui a pas fait perdre le goût de l’écriture mais pour son retour en 2021, il a choisi de renouer avec la tradition des chansons qui ne dépassent pas les 2 minutes 30, très certainement pour captiver l’attention d’un public pris souvent dans le tourbillon de la vie, et qui n’a plus toujours le temps de tendre l’oreille longuement afin de s’imprégner du bonheur des choses simples.

CHRISTOPHE COCU (458)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :