Midnight Oil revient faire brûler les lits ! :

Le groupe de rock australien Midnight Oil, connu depuis le début des années 70, a été contraint de s’armer de patience pour connaître les succès planétaires et il devra attendre la vague des années 80_90, pour se faire un prénom sur la scène internationale, grâce à l’album paru en 1987 et intitulé « Diesel and Dust » qui renfermera deux singles phares du groupe qui vont finir par mettre l’ensemble des musicologues et les mélomanes d’accord, à savoir « Beds are burning » et « The Dead Heart », un titre en guise de soutien à la cause aborigène qui a toujours été un fer de lance du groupe. En dépit d’une suite de succès sans failles, le groupe finira tout de même par se séparer en 2002, une année charnière pour le leader du groupe, « Peter Garrett » qui va désormais se consacrer pleinement à la vie politique, et cinq années plus tard il va hériter du portefeuille de l’environnement sous le gouvernement de Kevin Rudd, car le chanteur leader de Midnight Oil a toujours été reconnu pour porter l’étiquette d’un militant du parti travailliste. En 2010, la politique semble continuer à gâter Peter Garrett vu qu’il hérite cette fois du poste de Secrétaire d’Etat à l’Education, sous le règne d’un second gouvernement présidé par cette fois par Julia Gillard, dont la mise en minorité lui fera finalement abandonner toute activité politique dès 2013, et on ne sait pas si cette décision a impacté sa carrière d’artiste, toujours est-il que quatre années plus tard, il décide de de reformer son groupe phare avec ses acolytes toujours fidèles au poste, pour une série de concerts essentiellement de charité car dans le milieu musical, on sait parfaitement bien que depuis la scission du groupe, il arrivait encore à Midnight Oil de se reformer pour de bonnes causes et pour le plaisir des fans restés inconsolables de leur séparation. Entre ces retrouvailles ponctuelles, Peter Garrett va mener de front l’écriture de nouvelles chansons pour un projet essentiellement solo cette fois, tout en s’adonnant à un nouvel exercice, l’écriture de ses mémoires et très sincèrement on croyait que la vie de l’artiste continuerait s’écouler tel un long fleuve tranquille, partagée entre l’écriture personnelle et les concerts avec ses potes de Midnight Oil pour la forme et le bon souvenir, mais c’était sans connaître le monde de la musique et ses surprises de taille, vu que cette année le groupe nous fait la bonne surprise de revenir avec un album tout neuf sous le bras, intitulé « Resist », après le mini EP « Makarrata Project », paru en 2020, et très sincèrement cet album dont on dit que ce sera définitivement le dernier, suivi également par une série de concerts ultimes est vraiment la toute première bonne surprise Rock de l’année, car il transmet véritablement du bois, et les préoccupations du groupe restent identiques, et ce vingt années après un long silence médiatique, à savoir l’écologie et la lutte, avec un nouvel opus qui a une saveur particulière vu que ces 12 nouvelles chansons qui souhaitons-le ne seront pas les dernières comme on l’annonce ces derniers cas, sont en tout cas les ultimes productions enregistrées en compagnie de Bones Hillman, bassiste du groupe aujourd’hui disparu. Comme le démontre le premier single « Rising Seas », qui évoque la crise climatique, le groupe entrevoit ce nouvel opus comme une déclaration en direction de l’avenir, avec la ferme conviction que tout au long de son existence, il aura tout fait pour lutter pour le goût du mieux-être, en lieu et place d’être asservi sans broncher et de vivre à genoux, et si vraiment cela devrait être l’ultime album de Peter Garrett âgé de 68 ans, le groupe aura tiré sa révérence avec brio et nous offre déjà l’un des plus beaux albums de cette année. Alors toutes et tous au lit, avant que cela ne brûle !.

CHRISTOPHE COCU (542)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :