Melody Nelson, 50 ans déjà ! :

Melody Nelson, 50 ans déjà ! :

En cette année 2021, Serge Gainsbourg est à l’honneur comme la plupart des grands artistes qui ont compté et après les sorties d’une intégrale renfermant ses 100 plus belles chansons, et de son dernier concert donné au Zénith, voilà que ressort Melody Nelson, qui fête déjà ses 50 années de création. Témoin de la naissance d’un nouvel amour pour Gainsbourg après sa séparation avec Brigitte Bardot, cet album a été véritablement conçu comme un film avec une histoire fil rouge, celle de Serge Gainsbourg qui au volant d’une belle mécanique va percuter le vélo d’une magnifique adolescente, la fameuse Melody Nelson à laquelle Jane Birkin prête sa voix, car il faut savoir que dans la vie réelle, Serge Gainsbourg avait fait l’acquisition d’une Rolls sans détenir pour autant le permis de conduire, et c’est donc un clin d’oeil à sa propre expérience à travers ce disque au concept romancé, avec un amour qui après avoir été consommé au sein d’un hôtel particulier va aboutir à une fin tragique vu que Melody Nelson va finir par trouver la mort dans un crash d’avion. Véritable fusion entre ce qui se fait de mieux en matière de pop et de musique classique, ce premier album d’un genre nouveau pour Gainsbourg, a été conçu avec la collaboration de Jean-Claude Vannier, et de mémoire il doit s’agir de l’un de ses albums les plus courts vu qu’il ne dure que 24 minutes en dépit de la durée de 7 minutes qu’ont certaines chansons, mais en dépit de tubes incontournables tels Melody, Ballade de Melody Nelson ou encore Cargo Culte, ce disque qui sort en 1971 pour la première fois va connaître un flop retentissant, ce qui ne veut pas dire que l’album n’est pas de qualité mais il véhicule un concept musical jamais entendu jusqu’alors auquel l’auditeur éprouve des difficultés pour y accrocher, et puis pour l’époque l’histoire d’amour que veut nous conter Gainsbourg, passe au plus mal vu qu’il une histoire entre un homme de la quarantaine et d’une jeune fille qui n’a que 14 ans, même si Jane Birkin qui lui prête sa voix et son physique sur la pochette est elle, à l’époque, âgée de 24 ans, la mort tragique de la jeune fille étant ressenti par le narrateur Gainsbourg telle une punition divine pour avoir goûté au fruit défendu en compagnie d’une fille si jeune. C’est un peu ce qui c’était passé au moment de la sortie du single Lemon Incest, à un moment où l’artiste dédié à sa fille Charlotte, la plus belle déclaration d’un père à sa fille, mais dont le clip et le tonalité des paroles donnent aux critiques de l’époque de la matière pour détecter une ambiguïté qui à l’époque, va également faire scandale, et fera passer cette chanson pour le scandale de l’année, surtout qu’un film du même nom est en passe d’être diffusé en salles. Ce n’est qu’en 1986, que Melody Nelson va sortir du flop dans lequel l’oeuvre était installée depuis trop longtemps pour finalement devenir un album qui sera certifié disque d’or, car on lui reconnaît au final un côté audacieux et on le définira même comme un des plus grands albums de Serge Gainsbourg, ce qui se vérifiera encore plus au moment de sa tragique disparition. Cinquante après, l’album ressort en ce mois de septembre avec des bonus, ce qui le rend plus intéressant encore à découvrir ou redécouvrir.

CHRISTOPHE COCU (425)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :