Marc Lavoine, l’éternel adolescent ! :

Après un passage en tant que coach via The Voice France, bien avant un nouveau projet littéraire consacré cette fois à sa mère, sans oublier les projets de films et de pièces de théâtre enfuis dans les cartons, Marc Lavoine revient cette fois à son premier métier en sortant un nouvel album intitulé « Adulte jamais », un titre inspiré par Paolo Pasolini, écrivain et réalisateur italien de son état, qui un jour écrivit ceci en substance « Tous les grands hommes, les grandes femmes , sont restés des enfants « , et à leur image Marc Lavoine reste humble en avouant qu’en tant que simple habitant de cette planète et mortel de surcroît, il ne sait rien et se demande comment font ceux qui prétendent tout connaître sur tout. Pour ce nouvel opus, l’artiste a négligé son complice des débuts, Fabrice Aboulker à qui l’on doit de nombreux succès pour intégrer l’équipe de Darko et de Mathieu Pigné, déjà connus pour avoir collaboré avec Julien Doré et Johan Czerneski, tandis que l’ensemble a été confié à l’ingénieur du son, Etienne Caylou qui a déjà travaillé avec Eddy De Pretto, mais ce qui ne change pas en revanche c’est que comme pour la majorité de ses albums des dernières années, Marc Lavoine aime toujours autant s’entourer et cette fois il a opté pour l’actrice Virginie Ledoyen qui figure dans son dernier clip « le train », un nouveau single qui avait présenté à la fin de l’année dernière et qui préfigurait la sortie de ce nouvel album, une ode à l’amour perdu à travers laquelle un amoureux dépité tente de retenir l’élue de son coeur qui l’abandonne peu à peu en voulant embarquer dans un train, mais Virginie Ledoyen apparaît également dans l’un des deux duos que compte ce nouvel opus, tandis que le second est assuré par l’incontournable slameur du moment Grand Corps Malade, qui lui aussi vient de sortir un album de duos consacrés aux femmes dont une réédition est sortie à la rentrée dernière. C’est David Faisques et Marc Lavoine qui ont mis la main à la pâte pour ébaucher ce titre faisant l’objet d’un duo, qui donne par ailleurs son nom à l’album, avec pour thème central, l’adolescence et ses complexités avec un esprit rebelle qui nous accompagne pendant cette période de transition où nous passons de la période de l’enfance vers l’âge adulte avec cette question qui nous taraude à savoir et si en tant qu’adultes en devenir, nous avions plus souvent raison qu’en nous étions âgés de 19 ans, mais ce qui est certain c’est que les deux artistes n’ont pas l’intention de renier le fait qu’ils restent ancrés dans une forme d’adolescence dont ils semblent bien ne jamais se détourner, mettant en exergue la candeur d’une jeunesse jamais décevante. A travers ce duo, Marc Lavoine renforce également son attachement pour la classe ouvrière dont ses parents sont issus et nous retrace également ses années d’études. Actuellement, Marc Lavoine nous embarque à Manhattan, l’une des 12 chansons qui compose ce nouvel effort musical, même si l’artiste avoue qu’il avait beaucoup plus de textes en entrant en studio, mais rien de grave, elles pourront toujours être insérées à l’occasion d’un nouvel album, à moins que comme certains de ses confrères, l’artiste nous fasse la surprise de sortir deux albums cette année. Facilement reconnaissable à sa pochette qui nous montre une photo de Marc Lavoine en pleine période ado, ce nouvel opus constitue l’une des premières belles surprises en matière de sorties francophones en ce début d’année, avec un gros zeste de mélancolie qui cadre bien avec l’époque actuelle, mais avec l’amour toujours bien présent en toile de fond, au point où l’une des chansons, l’amour iceberg, a été pensée en compagnie de sa compagne du moment, inspiré par l’un de ses poèmes, elle qui est aussi reconnu en tant qu’autrice de recueils fantastiques.

CHRISTOPHE COCU (542)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :