Lynda Lemay : l’ovni de la chanson française ! :

Lynda Lemay : l’ovni de la chanson française ! :

A l’heure où l’industrie musicale vivait ses pires heures en 2020, avec des tas de sorties musicales retardées et de projets avortés, Lynda Lemay a débarqué à l’automne dernier tel un ovni en présentant à son public, le projet d’enregistrer 11 albums regroupés sous le titre « Il était onze fois », après s’être retiré du monde du spectacle en raison notamment du décès brutal de son père qu’il a bien fallu digèrer comme elle le pouvait. Ce vendredi 12 mars, elle sortira les tomes 3 et 4 de ses nouvelles aventures en hi-fi, intitulés A la croisée des humains et De la rosée dans les yeux. Le 3ème opus se veut un album de rencontres d’où jaillissent des mariages de voix, d’idées, de personnages, avec des textes qui ont pris corps grâce aux confidences et expériences marquantes qui ont jalonné la vie de l’artiste, et ici elle fait une parfaite description de l’amour via les diverses formes que ce dernier peut prendre depuis sa naissance jusqu’à sa mort, tout en mettant en avant et en jetant un pavé dans la vitre des amours toxiques tout en se moquant des divorces qui sont gérés de très mauvaise façon. Elle aborde aussi des sujets tels les grands enfants en mal de mère, les corps désobéissants de ceux qui lorgnent sur un monde animal semblant plus libre qu’eux comme le poisson dans son bocal. Elle ne manque pas d’évoquer non plus un sujet qui lui tient à coeur en abordant la mort du père en abordant sa fin de vie qui fut épouvantable sans être pour autant dénuée d’une certaine mélodie du bonheur. Pour ce 3ème effort musical, elle a eu également envie de s’entourer d’un autre artiste en la personne de Gustavo de la Cruz, un artiste argentin à la voix singulière et puissante avec lequel elle interprète cette superbe chanson d’amour, « Avec les mêmes lettres ». Penchons nous maintenant sur le 4ème opus, au cours duquel l’artiste ne va cesser de se révèler tout en se renouvelant, en passant d’une émotion qui surprend à une autre qui suspend son vol. Elle fait s’entrechoquer avec justesse fiction et grande part d’autobiographie au sein d’un même tableau aux couleurs vives et aux textures qui dérangent. En conclusion, on peut résumer ce 4ème album issu de cette série de onze comme un vaste chant aux vérités belles à chanter, même si elles ne sont pas toujours belles à entendre. C’est un album qui colle bien au printemps qui arrive, avec un jardin où se mélangent des fleurs flirtant avec les ronces de la désillusion ou encore brûlées par les rayons de soleil trop ardents. Elle parvient à nous faire aimer les fleurs même quand elles courbent la tête. En conclusion, Lynda Lemay poursuit ici une bien belle aventure avec deux nouveaux albums qui ne lassent jamais, et qui constituent une belle suite logique par rapport aux deux précédents, et l’on ne peut dire que chapeau bas quand la qualité est au rendez-vous, et cela donne très envie de découvrir les 7 prochains albums.

CHRISTOPHE COCU (463)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :