Liam Gallagher nous reverse une dose d’Oasis ! :

Voilà déjà 13 ans que le groupe Oasis est sorti des radars, des suites d’une énième dispute entre les frères terribles Gallagher alors qu’ils sont les têtes d’affiche de Rock en Seine, et que pour les 30.000 festivaliers gonflés à bloc, pas facile pour les organisateurs d’annoncer que le festival doit être annulé, tandis que le groupe est littéralement en train d’exploser en plein vol. Même privé de son frère depuis une bonne dizaine d’années, Liam Gallagher n’entend pas poursuivre sa route seul et a su s’entourer cette fois de Dave Grol des Foofighters et d’Esra Koenig de Vampire Weekend. A en croire l’intéressé, ce nouvel opus serait le dernier car son frère lui aurait finalement donné signe de vie grâce à un appel via lequel il lui demande de reformer Oasis, un rêve qui on l’espère deviendra réalité même si entre les deux frères, les réunions peuvent vite se terminer par une pomme de discorde et tout ce qui va avec. Après avoir publié deux albums studios et deux acoustiques, c’est donc toujours bien en mode solo que l’un des frères terribles Gallagher, revient en cette fin mai. Si cela devait être le dernier opus, pas question en tout cas de cèder à la morosité ambiante laissée par la Covid-19 et de nous livre un album planplan, que du contraire, même les belles ballades concoctées dans un coin de la tête de Liam Gallagher, sont restées au vestiaire et propose surtout à l’aube de ses 50 printemps, avec un album nerveux qui en a sous le coude. Pour le premier extrait, l’artiste a choisi le single Everything’s Electric, mixant à souhait Sabotage des Beastie Boys avec Gimme Shelter des Stones, et pour donner son titre à l’album, il s’est tout bonnement inspiré d’une expression qu’il aime utiliser à savoir « C’mon you know ». Parallèlement à cet album, Liam Gallagher a décidé de faire partie doublement de l’actualité, vu qu’il sort en même temps un album live qui a été enregistré à la Tamise, avec en point d’orgue 16 titres revus et corrigés en live du célèbre groupe Oasis. Une belle revanche en tout cas pour l’un des frères ennemis qui après la dissolution de son groupe post-Oasis, Beady Eye, n’en menait pas large et au cours des années 2010, c’est une véritable traversée du désert qui s’est mise sur la route de Liam Gallagher , tandis que son frère semblait mieux réussir sa reconversion, et il aura fallu la sortie en 2017 de son premier album solo pour le remettre sur piste avec le résultat que l’on connaît aujourd’hui.

CHRISTOPHE COCU (570)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :