Lettre ouverte de Mike Naert ! :

Lettre ouverte de Mike Naert (Het Depot) au nom de Live2020 et de la cellule de concertation du secteur live en Flandre (Live Sector Overleg)

QUAND UNE ANNÉE DE SOLIDARITÉ SEMBLE INSUFFISANTE « Je ne peux plus être qui je suis. » Cette phrase continue de résonner depuis que je l’ai entendue.  L’industrie de la musique live ne se compose pas seulement des artistes sur scène mais aussi des nombreux acteurs de l’ombre: ingénieurs du son et de la lumière, managers, agents, organisateurs, personnes chargées de la production et de la communication, roadies, tourneurs, constructeurs de scènes, traiteurs, personnel de sécurité, programmateurs et des milliers de bénévoles.  Ce qui les rend uniques et les relie entre eux, c’est la passion avec laquelle ils travaillent. Dire qu’en temps normal, notre industrie travaille dur est un euphémisme. Dans un film que j’ai récemment regardé avec mes filles, un slogan quelque peu ringard est apparu : « Si tu fais ce que tu aimes, ce n’est pas du travail. » Nos emplois coïncident avec notre passion, avec ce que nous sommes. Vous ne pouvez pas simplement remplacer cet emploi par un autre. Cela signifie que, outre les pertes financières, les conséquences psychologiques sont énormes.
Le spectacle vivant solidaire

Lors d’une conversation téléphonique en octobre, un ministre responsable nous a demandé de faire preuve (une fois de plus) de solidarité. Toutes les personnes du secteur de la culture et de l’événementiel, de l’horeca et du tourisme le sont. Le secteur de la musique live dans son ensemble a toujours été un secteur solidaire. Il suffit de penser à la participation de ses acteurs aux nombreuses opérations caritatives organisées dans notre pays. Nous respectons les mesures pour prendre soin de chacun et ne pas contribuer à la diffusion du virus: pour que les enfants puissent continuer à aller à l’école, que les magasins puissent rester ouverts, pour que nous puissions aller au parc, continuer à bouger et jouir d’une relative liberté. Nous le faisons, nous sommes solidaires. Le prix à payer est élevé. Beaucoup trop élevé. La perte économique est proche de 90%. La fin de cette crise est loin d’être en vue. La relance du secteur est attendue pour fin 2022 voire début 2023 au plus tôt. Avec des répercussions pendant de nombreuses années. L’impact psychologique est aussi très important. En temps normal, notre secteur déborde de créativité, de dynamisme et de joie de vivre. Aujourd’hui, nous constatons que le découragement règne. C’est ce que nous pouvons conclure des nombreux témoignages émouvants de personnes travaillant dans notre secteur.  Les sacrifices que nous avons faits sont énormes. Le besoin de se remettre au travail et de montrer qui nous sommes est encore plus grand.

Non seulement pour notre propre bien-être mental, mais aussi pour le bien-être de la société, nous le demandons: ouvrez nos portes.

Bring us back to live Perdre un nouvel été pourrait signifier le coup de grâce. Les festivals représentent 65 % du chiffre d’affaires annuel de notre secteur mais ils symbolisent aussi notre bonheur estival, la liberté, la convivialité et le plaisir artistique collectif. Laissez le secteur s’ouvrir de manière contrôlée et progressive pour reprendre sa place économiquement et socialement « improbablement » essentielle, pour la promotion de notre bonheur national brut. 
Bring us back to live.
  Au nom de LIVE2020 et de l’ensemble de la consultation du secteur de la musique live, Mike Naert
  Faites preuve de solidarité avec le secteur de la musique. Soutenez LIVE2020. Pour en savoir plus, consultez le site de Live2020.
Note aux rédacteurs, non destinée à être publiée : Pour plus d’informations, veuillez contacter LIVE2020 à l’adresse pers@live2020.be.







KAT’S EYES | CONTACT Katia Mahieu  +32 495 90 12 70 katia.mahieu@gmail.com




CHRISTOPHE COCU (335)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :