Les 40 ans de l’album Thriller ! :

Crédit Photos : Luke Frazza (AFP France)

Excellent cadeau de Noël pour les fans de Michaël Jackson qui vont pouvoir faire l’acquisition de l’album Bad dans une édition collector, qui renfermera bien entendu l’album dans sa version originale mais aussi un CD bonus qui contiendra des démos et des raretés avec également 15 titres en version digitale. En matière de chiffres, Thriller c’est 8 Grammy Awards, plus de 500 semaines dans les charts du Bilboard et 100 millions d’albums vendus depuis sa sortie officielle, soit le 30 novembre 1982. Le succès de l’album est sans conteste engendré par la parfaite alchimie qui s’est installée entre l’artiste et le producteur Quincy Jones, auquel Michael Jackson avait déjà fait appel sur l’album « Off The Wall », et pourtant au départ la maison de disques ne voulait pas de ce producteur qui venait à la base du Jazz, un genre musical mal vu à l’époque, par le simple fait que ce n’était pas très vendeur. Pourtant l’osmose qui règne entre Michael Jackson et Quincy Jones sur l’album Thriller va porter ses fruits et faire des étincelles, ne prenons que pour exemple le titre Beat It sur lequel les deux comparses ont passé cinq jours et nuits à travailler dessus d’arrache-pied, à tel point qu’à un moment les enceintes du studio d’enregistrement ont surchauffé et ont commencé à prendre feu. Ce titre doit également sa renommée par le simple fait que le guitariste Steve Lukather du groupe Toto y a participé, sans oublier Eddie Van Halen et son célèbre solo venant apporter une pincée de hard-rock à cette album qui aura pour originalité à l’époque d’emmener l’auditeur vers des environnements musicaux diversifiés en l’espace de 9 titres. Bien avant Say, Say, Say, le légendaire Paul Mc Cartney fera également partie des invités de prestige de l’album, et prêtera sa voix au titre The Girl is Mine, sans parler de Manu Dibango qui était très connu dans le milieu de l’afro-jazz, même si lui fut invité à l’insu de son plein gré, vu que son titre « Soul Makossa » fut samplé sans autorisation pour mieux servir l’un des titres de l’album Thriller « Wanna Be Startin Somethin, et d’ailleurs s’en suivront une série de procès pour plagiat qui se solderont par un accord financier entre les diverses parties. Ce qui contribuera également au succès de cet album de légende, ce seront sans aucun doute les clips qui pour la première fois démontrent parfaitement que pour l’époque ils constituent un futur pour mieux mettre en valeur une pièce musicale et pourtant Michael Jackson va avoir du fil à retordre avec ce nouveau moyen média vu qu’au départ la chaîne MTV qui a pour habitude de programmer des artistes blancs spécialisés dans le Rock, va carrément refuser de diffuser le clip Billie Jean et il faudra attendre l’intervention du patron de label de Michaël Jackson pour un retournement de veste de la part de la chaîne après qu’elle se soit vue menacée d’être taxée de raciste et d’être dépourvue de l’accès aux clips appartenant au catalogue de Walter Yetnikoff, inspiré également par la musique Rock dont était également adepte MTV. Après avoir joué les sauveurs pour Jackson, son patron de label va à son tour lui mettre des bâtons dans les roues en lui refusant d’investir quasiment un million de dollars pour le clip Thriller qui doit se baser sur le film « Le Loup-Garou » de Londres alors que l’album est déjà numéro un au sein des charts, et c’est un peu comme si à leurs débuts le tandem Farmer/Boutonnat s’était vu refuser le clip Libertine, tandis que Cendres de Lune cartonnait. Mais Michael Jackson tient tête et finira par obtenir ce qu’il veut et il aura bien raison car le clip qui sera présenté à Los Angeles devant un bon paquet de stars de l’époque va cartonner et amplifier encore plus les ventes de l’album, avec cette voix-off inoubliable de l’acteur Vincent Price acteur culte des années 50-60, en matière de films d’épouvante. Par contre concernant le ricanement final que l’on entend à la fin du clip, la légende voudrait qu’il soit issu de Quincy Jones en personne. Bref avec l’un des albums les plus courts de l’histoire, le tandem Jackson/Jones est parvenu à mettre tout le monde d’accord et 40 années plus tard, Thriller reste l’un des albums les plus vendus de l’artiste, l’occasion de le redécouvrir sous un habillage neuf en cette fin d’année.

CHRISTOPHE COCU (691)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.