Le doux réveil de Jane Birkin ! :

Le doux réveil de Jane Birkin ! :

Douze ans après son album « Enfants d’hiver », Jane Birkin est enfin de retour avant les fêtes alors que normalement son dernier opus avait été annoncé pour le 20 novembre avec la nouvelle menace d’être reporté en 2021 des suites des nouvelles fermetures des commerces suite à un retour en force de la pandémie, mais cette fois il est bien là soit 12 ans après le précédent, même si Jane avait publié entretemps un nouveau disque en 2017, rendant hommage aux compositions de Serge Gainsbourg, mais rien de neuf au niveau de la créativité pour la simple et bonne raison que la vie de l’artiste a été parsemée ces dernières années de drames personnels que ce soit au niveau de santé mais aussi en raison de la disparition tragique de sa fille Kate en 2013 qui a dévasté véritablement Jane ce que l’on peut comprendre. Pourtant la tenacité d’Etienne Daho a fini par payer, lui qui depuis 20 ans rêve de mettre en musique les textes d’une pièce que Jane avait écrite et qui s’intitulait, Oh pardon tu dormais qui donne d’ailleurs le titre à ce nouvel album, et qui fut également adaptée à l’écran en 1992. Au départ comme Etienne Daho avait écrit pour lui, le texte « le grand sommeil », on pensait que le nouveau titre de l’album de Jane Birkin avait été trouvé par lui-même en écho à son propre répertoire mais il n’en n’est rien vu que tout est bien parti d’une création de Jane Birkin en personne. Cet album a été écrit à trois mains car il ne faudrait pas oublier le troisième complice qui n’est autre que Jean-Louis Piérot l’un des fondateurs du groupe Les Valentins, tandis que sa complice Edith s’est retrouvée sur les derniers albums de Zazie.

Etienne Daho était celui qui pouvait faire renaître Jane à la musique, vu que la famille Birkin, il n’a eut de cesse de la connaître parfaitement vu qu’il avait déjà travaillé avec Charlotte Gainsbourg pour le duo If, que l’on retrouve sur l’un des albums d’Etienne, et c’est tout naturellement que Jane a accordé sa confiance à Daho, elle qui pourtant n’aime pas l’idée d’écrire des textes à 4 mains, et que l’on apporte des retouches à ce qu’elle rédige, mais avec Daho le courant est passé et tout est devenu possible. Dans ce disque il est question bien entendu de la disparition de sa fille Kate sur deux sublimes textes que sont Cigarettes et Catch me if you can, à travers desquelles elle évoqué en musique sa fille, 7 ans déjà après sa disparition. La chanson Ses murs épais évoque aussi son tout premier enfant. Bref, un superbe album empreint de nostalgie qui sera très certainement l’un des musts de ces fêtes de fin d’année avec un Etienne Daho toujours très inspiré qui offre sa pop à une Jane Birkin qui adapte la tonalité de sa voix aux talents d’Etienne, une pure réussite pour laquelle on est content qu’elle ait enfin vu le jour cette année encore.

CHRISTOPHE COCU (425)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :