L’album des Lamentations ! :

L’album des Lamentations ! :

The Ultra Vivid Lament, est le tout nouvel effort musical des Manic Street Preachers, précédé par le second single extrait de cet album, The Secret he had missed, un retour qui s’exprime et ce 35 années après un premier album intitulé « Generation Terrorists », qui avait enchanté la génération punk grâce à des textes loins d’être politiquement corrects et des riffs de guitare bruts de décoffrage. Après des albums dont la trame principale repose sur des thèmes tels l’ennui, la solitude et le désespoir d’une génération désenchantée si chère à notre Mylène qui fête ses 60 printemps ce dimanche, le groupe se défend d’avoir mis en chantier un nouveau projet inspiré par la crise pandémique du moment, mais évoque surtout un concept qui a trouvé ses marques sur les fondations d’un pilier émotionnel, afin de ne pas ajouter l’insulte à la blessure d’être embarqué dans un sacré pétrin depuis bientôt deux longues années. L’occasion donnée aussi au public est surtout de se questionner sur la raison de faire partie du monde actuel en plein chaos, et d’être en perpétuelle recherche par rapport au réel et à l’irréel. Le second single extrait de cet album, The Secret he has missed est un hommage à peine déguisé à Abba, histoire qui sait de coller à l’actualité du groupe qui revient le 5 novembre prochain avec un nouvel album « Voyage », après 40 années de silence et cela se ressent sur la piste dédiée au piano, de quoi faire vibrer les murs des Studios Rockfield où ce nouvel opus a été enregistré, ainsi qu’au sein de celui répondant au nom de Door to the river. Rayon guests, le groupe a décidé de bien s’entourer vu qu’il honore son public de la présence de Mark Lanegan et de Julia Cumming issue du groupe Sunflower Beam. Dans ce nouvel effort musical, l’amour qu’entretient le groupe pour le japon se fait toujours ressentir dès l’introduction avec Still Snowing in Sappora, avec un côté mystique avec de longs samples qui débouchent sur une guitare et une rythmique très entrainantes, démontrant s’il fallait encore en douter que nous avons à faire à un disque hyper travaillé, avec l’empreinte d’un confinement imposé à toutes et à tous.

CHRISTOPHE COCU (406)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :