La vérité amère selon Evanescence ! :

La vérité amère selon Evanescence ! :

Les dernières années d’Evanescence ont été essentiellement marquées par un best-of remasterisé de leurs plus grands succès ainsi qu’un album live accompagné d’un DVD qui a suivi. 2020 devait être marquée par une série de concerts en compagnie d’un autre groupe phare Within Temptation qui devaient par ailleurs passer par le Palais 12 (Bruxelles), mais qui ont été avortés pour les raisons que l’on connaît. Ce vendredi 26 mars, le groupe Evanescence qui s’est fait connaître à ses débuts grâce à sa participation à la bande-son du film Daredevil avec le single My Immortal, sort enfin de son silence en proposant de nouvelles compositions après un silence radio de dix longues années, un album qui selon Amy Lee, la chanteuse leader du groupe a été fortement inspiré par Billie Ellish et son premier album dont le succès interplanétaire n’a pas manqué de surprendre nos oreilles, car on a beau être un groupe de rock, on aime aussi écouter ce qui se fait chez les autres tout en s’en inspirant sans pour autant copier. Même si le Corona a retardé également la sortie de ces nouvelles compositions, le public avait pu être assuré par le fait que le son d’Evanescence était bien de retour dans la place et n’avait pas bouché d’un cil, à l’instar de titres comme Wasted on you, The Game is over, Yeah Right et Use my voice, qui est une véritable composition chorale qui prône le pouvoir d’une prise de position afin d’atteindre l’inaccessible rêve d’un monde plus juste, avec bon nombre d’invités sur ce titre tels Lzzy Hale de la formation Halestorm, Taylor Momsem de The Pretty Reckless, Sharon den Adel de Within Temptation et la violoniste Lindsey Sterling , ainsi que d’autres amis et membres de la famille d’Amy Lee. Ce magnifique album constitue également une véritable introspection pour un groupe qui n’hésite pas à se retourner sur les années passées où leur générosité sans failles a pu mener à mal leurs perspectives d’avenir tout en agitant la menace de devoir s’en passer pour de bon, car à trop vouloir donner de bon coeur on finit par passer à côté de belles opportunités, mais le passé reste le passé et aujourd’hui on sent que le groupe est reparti sur des bonnes bases tout en relativisant et en se disant avec justice que tout effort finit par se voir récompensé, tout en démontrant que chacun a le droit d’avoir sa chance. Bref, Evanescence est bien de retour et ce nouvel album se savoure comme le goût retrouvé des bonnes choses.

CHRISTOPHE COCU (289)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :