La double fureur du Dragon ! :

Ils furent les premiers à créer les nouvelles sensations musicales de la rentrée 2021, avec un nouvel album en stock intitulé « Mercury-Act 1 », avec des singles locomotive qui comme d’habitude ont tout lobotomisé sur leur passage, jugez plutôt Follow You, un single déjà certifié platine classé à la sixième position de l’airplay, tandis que Wrecked a largement flirté avec la 4ème position de l’airplay, tout en étant certifié single or en France, sans oublier Enemy certifié pour sa part single de platine, qui est aussi devenu le générique de la série animée League of Legend, diffusée sur Netflix Arcane et qui va s’offrir une place de luxe à la 7ème position de l’airplay. Fort de ce nouveau succès et comme il l’avait promis, le groupe publie aujourd’hui l’acte 2 de Mercury, ce qui contribue déjà à un nouvel effort musical de pas moins de 18 titres qui constituent ce 6ème album studio, qu’ils ont choisi de défendre avec un nouveau single intitulé Bones, très largement inspiré du film « Le loup de Wall Street » avec Di Caprio, sauf qu’ici c’est Dan Reynolds qui y incarne un requin de la finance, avec une vie de trader qui trouve tout son sens dans une immense tour de verre à New-York, et qui frôle les limites de l’excès jusqu’au jour où les employés asservis par Dan Reynolds, vont se transformer en zombies façon Thriller et tenter de renverser leur situation et changer ainsi la face du monde, une révolution des classes sociales qui a déjà rassemblé plus de trois millions de fans sur Youtube. Toujours en recherche de spiritualité , le leader Dan Reynolds évoque ce premier single Bones comme son obsession constante pour la fragilité de la vie, sans avoir la moindre preuve comme le commun des mortels qu’il y a qqchse après la mort et comme il n’a pas encore trouvé de réponses à ses questions, le leader d’Imagine Dragons tente au moins de rêver à travers ce nouveau single que l’ensemble de ses interrogations ne sont pas vaines et qu’un jour il trouvera réponse à ses questions. Outre Bones, cette seconde partie de Mercury s’annonce entre très personnelle et cela se ressent sur des titres tels que I don’t like myself, Yonger et I am appy, tout en faisant le lien avec la première partie de ce projet, qui était un véritable plaidoyer à relever la tête après deux années terribles de confinement, tout en étant désirer de commémorer la vie , mais pas avec un côté sombre pour autant doublé de tristesse, même si dans le premier opus il y avait des moments d’émotions comme sur le titre Cuthroat, avec la réalisation d’une première partie d’album impactée par la perte de personnes importantes aux yeux de Dan Reynolds d’où la véritable envie de célébrer la vie pour celles et ceux qui restent. Sur cette seconde partie de Mercury, on trouve également Higher Ground qui n’est finalement pas une nouvelle adaptation du tube de Stevie Wonder, qui avait déjà été repopularisée en 1989 par les Red Hot Chili Peppers revenus également cette année dans le fil de l’actualité, avec un article les concernant que vous retrouverez au sein des colonnes de Confestmag. Au niveau des collaborations, le groupe n’ a pas changé une équipe qui gagne et à fait de nouveau appel aux fidèles producteurs Mattman et Robin, ainsi qu’à Justin Ranter tout en partageant un duo avec le chanteur Cory Henry sur Ritual. Avec une promotion très faible en ce qui concerne l’Europe, la première partie du projet Mercury était tout de même parvenue à s’écouler à 97.000 exemplaires et il faudra surveiller si l’été plus propice au farniente et au retour à soi, va permettre de faire mieux encore et/ou engendrer une stagnation des ventes, mais ce qui est certain c’est que pour le public qui a manqué l’aventure depuis le début, le concept Mercury ressort également sous la forme de deux Cd’s reprenant intégralement ce beau projet avec une pochette teintée de rouge, symbolisant la couleur du sang qui représente la vie et son goût retrouvé, avec un personnage sur la pochette qui est de nouveau en lévitation et non plus en chute libre comme c’était le cas sur Mercury acte I. Un bon moyen de retrouver la lumière et d’ensoleiller notre été ?. Cette réponse à notre question légitime trouvera très certainement sa réponse au cours d’un été qui sera marqué par de très nombreuses sorties musicales attendues, un changement pour les maisons de disques qui par le passé, aimaient surtout laisser les grosses production se faire une place de choix au moment de la rentrée et plus particulièrement en période de fêtes de fin d’année.

CHRISTOPHE COCU (670)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.