La compagnie des Loups avant Halloween ! :

La compagnie des Loups avant Halloween ! :

Avec les futurs retours d’Angèle et de Stromae, sans parler des belles surprises musicales de cette rentrée, on peut dire que la scène belge se porte bien en dépit des coups portés à la culture en raison de la pandémie, et ce n’est pas le retour de Max Colombie et de son groupe plus connus au sein du plat pays en tant qu’Oscar and the Wolves, qui va démentir cette affirmation. Après trois longues années d’absence et l’impérial succès de l’opus précédent « Infinity », qui a permis au band de vivre enfin une vie de tournée à dimension de leur talent sorcier, à renfort de tenues incroyables et de scénographies à couper le souffle, voici que le retour annoncé de l’un des groupes qui a réussi à mettre des paillettes dans nos vies est enfin amorcé. Un come-back placé sous le signe de la famille, vu que le premier single extrait du nouvel opus est sobrement intitulé James et rend hommage au neveu de Max Colombie dont la naissance remonte au jour même de l’enregistrement de ce nouveau projet musical, et après Joaquim c’est au tour de James d’avoir sa petite chanson en guise d’hommage, un virage intimiste pour le groupe qui nous avait habitués jusqu’alors à une électro-pop de marque de fabrique belge, sombre mais susceptible néanmoins de nous sortir de notre fauteuil afin de nous faire trémousser à l’envie, apportant ainsi une nouvelle dimension à notre paysage musical, et qui a démontré tout le bien que l’on pensait d’elle sur les deux premiers albums du groupe. Après James, Oscar and the Wolves poursuit son voyage à travers l’alchimie des prénoms en nous dévoilant un second single Oliver, un second titre solaire, sensuel et hypnotique avec un clip qui nous pousse au Carpe Diem et qui va nous faire regretter l’été belge que nous n’avons pas pu avoir cette année, et qui démontre aussi qu’après la phase Covid, que les priorités seront désormais ailleurs avec un retour aux choses vraies et simples. Sur les 11 nouveaux titres qui composent cet album, on conserve la marque de fabrique du groupe depuis des années à savoir une savante fusion entre le R and B contemporain et l’électro-pop teinté de mélancolie, avec un doux parfum sulfureux avec un ensemble d’ingrédients qui vont à nouveau classer très certainement « The Shimmer  » au panthéon du succès comme le furent déjà Entity et Infinity, les deux premières oeuvres d’un groupe belge à suivre et à surtout ne pas perdre à la trace.

CHRISTOPHE COCU (458)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :