Keen’ V, le diamant brut de décoffrage ! :

Déjà onze ans que Keen’V a fait ses premiers pas dans le monde de l’édition musicale, avec un premier succès « J’aimerais trop », qui est vite devenu incontournable au point de classer très vite parmi les indispensables de la chanson francophone, et s’il est aimé du plus grand nombre c’est sans aucun doute pour sa faculté à mettre l’ambiance quel que soit le genre de musique exploité avec également cette faculté de sortir un album tous les ans comme au bon vieux temps où nos idoles comme Charles Aznavour, Serge Lama ou encore Chantal Goya se mettaient un point d’honneur à nous donner de leurs nouvelles sur le plan musical, chaque année. Si son avant-dernier album en date « Rêver » a rencontré comme de coutume plus qu’un succès d’estime avec des singles accrocheurs tels que « Tahiti » et « Je garde le sourire », qui n’est pas la reprise du titre de Black M, on a bien failli perdre le showman en 2019 avec la sortie de son album « Thérapie », qui ne va pas rencontrer le succès escompté avec moins de 50.000 exemplaires vendus, et qui commence à enrayer la locomotive à tubes dont personne n’aurait jamais pu prédire qu’elle allait rester en gare, après des années de voyages sans encombres. Mais alors, qu’est-ce qui n’a pas marché avec cet opus et pourquoi la bonne étoile de Keen’V a décidé un beau jour de s’éteindre au-dessus de sa tête, tout en ne le guidant plus vers les voies impénétrables du succès ?. La réponse à cette question est simple, comme tout artiste qui marche dans ce milieu, Keen’V a été contraint de subir des bassesses et des critiques nauséabondes selon lesquelles l’artiste n’était qu’un amuseur public et qu’il n’avait aucun fond dans sa manière d’écrire, bref sans être péjoratif du tout il était catalogué comme faisant partie des Carlos, Patrick Sébastien, Annie Cordy, dont la popularité ne plait pas aux esprits cartésiens persuadés que la musique doit être bien rangée dans une classe spécifique dite pseudo-intello, à laquelle il ne faut pas déroger. Blessé à l’âme, Keen’V va se prendre au chant des sirènes et commencer à écrire des chansons plus graves et intimistes voire sombres et bien entendu ce virage à plus de 360 n’a pas manqué de dérouter les afficionados de la première heure qui ne l’ont pas suivi, le contraignant même à annuler une bonne partie de sa tournée, avec toute cette humilité et son côté humble qui font toute sa force et qui sont tout à son honneur, vu qu’il s’excusera auprès de son public de ne pas l’avoir emporté avec ce nouveau projet, lui qui était au plus mal en raison d’un échec aussi cinglant après des années de parcours sans fautes. Ce sale coup du destin invitera le chanteur à se mettre en retrait et à opèrer une totale remise en question, avec cette conviction qu’il ne doit plus se dénigrer au profit de critiques malfaisantes et qu’il doit assumer ce qu’il est avant tout, un amuseur public et il se remet donc au travail, en composant le titre « Tahiti », profitant de cette période forcée de confinement tout en se disant que ce serait la chanson de la dernière chance et que si cela ne marchait de nouveau pas, qu’il serait apte à épouser n’importe quel métier, et tandis que le décès de sa grand-mère n’est pas encore effacé, il rencontre à nouveau le succès grâce à un endroit paradisiaque dans lequel il s’est déjà produit en tournée et c’est effectivement 5 millions de vues qui vont lui redonner confiance et lui faire enregistrer un album « Rêver », qui le remet enfin sur piste. Fort de ces belles retrouvailles avec son public et le succès, Keen’V n’attendra pas très longtemps comme de coutume pour sortir en 2022, un nouvel opus « Diamant’, précédé du single « Outété » qui résume fort bien ce que le tout à chacun a pu connaître à un tournant de sa vie, à savoir la fuite en avant d’autrui quand plus rien ne va pour vous, et que vous êtes chaos, un écho sans aucun doute à cette mésaventure discographique de 2019, qui ressurgit également par le biais du titre « Affaire classée ». On trouve également un titre émouvant « Pas papa », qui nous décrit l’impossibilité de l’artiste à épouser ce rôle de toute une vie, en raison d’une nature qui n’est pas toujours bien faite et parfois ingrate. Pour son retour en 2022, Keen’V a tenu a être bien accompagné, vu qu’il s’est entouré de Dely Kate , Luis Gabriel, Irina Rimes, le groupe Otantik Soul et sa propre soeur Lorelei B, pour nous offrir une collection de 19 titres qui font la part belle à la joie, l’émotion et à la réflexion mais qui nous ramènent l’artiste en pleine possession des clés d’un succès avec lequel il renoue, l’album de l’été sans aucun doute.

CHRISTOPHE COCU (588)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :