Jack White poursuit son odyssée en solo !

En 2021, le best-of des White Stripes aurait pu nous faire songer à une reformation imminente du groupe formé par Jack White et sa soeur, mais ce n’est pas encore à l’ordre du jour semble-t-il, vu que ce brave Jack revient en solo ces derniers jours avec un nouvel album « Fear of the dawn », qui devrait une connaître une suite dès juillet de cette année, vu qu’avec le confinement l’artiste a accumulé assez de nouveaux textes et de mélodies percutantes pour songer comme ses confrères à publier de nouveaux albums en des temps records. Si vous ne vous souvenez plus de Jack White, vous allez vite vous remémorer de qui il s’agit en écoutant « Seven Nation Army », extraite du 4ème album studio des White Stripes, « Elephant », paru en 2003 et qui est resté célèbre par un riff de guitare largement inspiré de la Symphonie numéro 5 d’Anton Bruckner, avec une mélodie qui est très largement fredonnée par les supporters lors de grands événements sportifs avec une déclinaison plus large par les amateurs de concerts et lorsque vous entendez les foules sentimentales reprendre tous en coeur et en choeur, « whaouw, whaouw, whaouw, whaouw, whaouw », c’est qu’elles se sentent largement inspirées par ce gimmick qui a porté « Seven Nation Army » à la 36ème position sur un classement qui rassemblait les 500 plus grandes chansons de tous les temps. Ayant plus d’une corde à son arc, Jack White est aussi le patron de la maison de disque Third Man Records et comme on n’est jamais si bien servi que par ses propres efforts, c’est sous son label personnel que Jack White sort ce premier album neuf à 100/100, comme il le fera très certainement pour la suite annoncée cet été soit « Entering Heaven Alive ». La moindre des choses que l’on puisse détecter à l’écoute de ce dernier opus c’est que ce brave Jack a une banane d’enfer car une bonne partie des nouveaux titres proposés ici débordent d’une surdose énergétique qui va nous faire du bien après les dernières années moroses que nous avons passées, avec néanmoins des modifications par rapport à ce qu’il nous avait habitués auparavant, vu qu’aux distorsion de la guitare, son instrument de prédilection, viennent se mixer des sons de synthétiseurs et de samples, faisant de Jack White un véritable Jean-Michel Jarre multi-instrumentiste. Au niveau de la ligne musicale de ce premier album, on sent aussi que l’artiste s’est fait plaisir en touchant à tout, de sorte qu’il va s’attirer les amateurs d’électro, de bon vieux rock, de métal mais aussi de hip-hop, un style musical lui donnant ainsi l’occasion de s’associer avec Q-TIP, le leader du groupe « A Tribe Called Quest », sur le titre Hi-De-Ho. Bref, on sent que l’ancien leader des White Stripes a retiré le meilleur du confinement tel un ado geek restant enfermé dans sa chambre afin de tester les différents jouets mis à sa disposition, pour faire de Fear of The Dawn, l’un des albums les plus expérimentaux de l’année qui devrait être fort différent du second opus annoncé pour le 22 juillet qui s’orientera plus vers le folk et les sessions acoustiques, un album qui devrait par ailleurs nous remémorer les meilleurs moments des White Stripes, tant il devrait raviver les bons moments musicaux du passé. Fear of the Dawn est aussi l’occasion pour l’auditeur de se rendre compte une fois pour toutes que Jack White est passé maître dans l’exercice du jeu de guitare, d’ailleurs Prince disait toujours qu’il ne fallait pas apprendre à Jack White la façon de jouer de la guitare, et en parlant du Kid de Minneapolis , on a également appris récemment que ce serait finalement Jack White qui allait sortir sous son propre label, « Camille », un album de Prince achevé en 1986, et qui avait été abandonné quelques semaines après sa sortie officielle. Jugé immature et poussiéreux par les puristes qui attendent de la suite, qqchse avec plus d’épaisseur, Fear of the Dawn reste en dépit de tout, un album qui vaut la peine d’être écouté pour sa richesse musicale et la pêche qu’il procure !. L’un des cadeaux destinés à faire plaisir en cette veille de Pâques !.

CHRISTOPHE COCU (542)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :