Gauvin Sers, ne fait plus partie des oubliés ! :

Gauvin Sers, ne fait plus partie des oubliés ! :

Pas préparé du tout à évoluer dans le show-bizzness car bien ancré dans ses études d’ingénieur, c’est pourtant à la fin de celles-ci que le démon de la musique prendra le pas sur le reste et le fera revenir dans le droit chemin de l’écriture et de la composition musicale, même si au départ pour se faire connaître il faut accepter de jouer dans des cabarets parisiens tout en jouant dans des salles modestes, mais parfois il arrive que les bonnes féées du Docteur Renaud, Mister Renard viennent se pencher sur votre berceau et à partir de ce moment précis, Gauvin Cers ne cessera de recevoir des éloges de l’un des plus grands artistes francophones qui aime visiblement ce qu’il fait et qu’il jalouse même pour l’écriture de deux titres « Puisque », qui donnera même son nom au premier album et Mon fils parti au Djihad, preuve que l’artiste est apte à aborder des sujets à la fois tendres et passionnés tout en n’oubliant pas de mettre en valeur les sujets de l’actualité les plus percutants, pas étonnant dès lors que Renaud apprécie son oeuvre, lui qui tout au long de sa carrière n’a cessé de mélanger chansons engagées et bucoliques sans oublier la touche d’amour qui va si bien avec. Fort de cet amour naissant entre les deux artistes, Gauvin Sers fera les premières parties de l’homme qui embrasse les flics, tout en l’accompagnant sur les plateaux de télévision afin de participer à des émissions telles que Merci Renaud et avec bien entendu un parrain de cette qualité, Gauvin Sers se sent pousser des ailes et se lance dans la composition d’un premier album qui va rencontrer un succès phénoménal très probablement par le fait qu’il respire le vrai et qu’il dépeint si bien les gens, souvent héros involontaires de ses textes. Fort de ce premier succès phénoménal, il reviendra deux ans plus tard avec l’album « les oubliés », qui va si bien dépeindre la désertification des campagnes et l’abandon du milieu rural et de ses habitants par l’élite du parisianisme, et qui renfermera également un texte sur le réchauffement climatique sans oublier l’amour si bien décrit avec Puisque, pour cette fois s’attarder sur Ton Jean Bleu, titre de la chanson. Fort d’un second succès fulgurant, l’artiste mettra à profit le confinement pour réaliser très rapidement un 3ème album, « Ta place dans ce monde », avec un premier single du même nom traduisant le fait que lorsque l’on reste enfermé chez soi à l’occasion d’une pandémie telle que nous la vivons actuellement, il est bon de s’interroger parfois justement par rapport à notre place dans ce monde que l’on dit nouveau. Plus recentré sur lui, l’artiste se livre comme jamais pour effleurer les limites de l’impudeur, avec un texte qui évoque ses débuts, mais aussi sa compagne qui n’a jamais cessé de le soutenir, sans oublier bien entendu les thèmes qui font nos vies de tous les jours comme le racisme, et des hommages appuyés par exemple aux personnes allant au charbon le matin et qui ne sont pas mis pour autant dans la lumière. Gageons que Renaud risque d’apprécier comme bon nombre d’entre-vous, ce 3ème opus qui divertit tout autant qu’il fait réfléchir, c’est finalement ce que l’on demande à une chanson francophone digne de ce nom.

CHRISTOPHE COCU (425)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :