Florence nous refait une machine ! :

Avec Dance Fever, Florence Welch, leader du groupe, fait la liste de ce qui lui a le plus manqué pendant ces deux dernières années de confinement, à savoir les sorties en clubs, la danse au sein des divers festivals, le tourbillon du mouvement et surtout être ensemble. Enregistré à Londres, ce nouvel opus a été produit par ses soins bien encadrée par Jack Antonoff et Dave Bayley qui fait partie des Glass Animals. Comme de coutume, elle parvient une fois de plus à surprendre l’auditeur qui va voyager via des univers différents que ce soit la danse, le folk, la musique d’Iggy Pop, de Lucinda Williams ou encore d’Emmylou Harris considérée par Florence Welch comme une Nick Cave de club. Au niveau des paroles là aussi, on peut dire que les idées ont fusé à tous les étages et qu’elles ont trouvé leur genèse via la vision de films d’horreur populaires, les héroïnes tragiques, et la fiction gothique. Même s’il ne sort qu’actuellement, ce nouvel effort musical a déjà exploité partiellement via 3 singles que sont King, Heaven is here et désormais My love. Ce qui est bien avec Florence and the Machine, c’est que la musique constitue un pont culturel qui nous relie à d’autres formes d’art et constitue au final un ensemble créatif réunissant le théâtre, la peinture ou encore la danse. Avec tout ce programme alléchant, bien difficile de ne pas avoir envie d’apposer des images à l’écoute des 14 titres qui constituent ce nouvel objet culturel, dans notre esprit et si ce n’est pas encore assez expérimental, pas de soucis Florence and the Machine en a toujours sous le capot, en vous proposant de visionner des clips qui ont mis en image les 3 singles parus en prélude à ce nouvel album. Au-delà du thème de la réflexion sur le genre et le féminisme, ce nouvel effort musical est également constitué de fréquences musicales très sombres , ainsi que de superbes ballades. L’art de Florence and the Machine ne peut laisser personne indifférent tant les idées de l’artiste foisonnent, ce qui contribue à colorer sa musique par le biais d’une gamme de teintures aux richesses qui ne laissent pas de marbre. Son esprit créatif semble tellement tendre vers la folie qu’elle semble super déterminée à tel point que l’angoisse de se tromper et de quitter le droit chemin en matière de création, semble ne pas lui faire peur. Sa personnalité de nature réservée se camoufle grâce à une voix qui semble parfois en faire des tonnes, sans parler de son tempérament explosif et grandiloquent. Si vous n’avez pas encore rejoint la Communauté qui tombe en pamoison devant une artiste hors du commun, ne vous en faites pas car son esprit libre et singulier dans son approche, ne semble jamais vouloir éteindre le feu créatif qui l’anime et pour les indécis, il faudra encore un bon nombre d’années pour se rendre compte de la richesse véhiculée par l’artiste. Bref tout comme le bon vin, c’est sur un panel de plusieurs années que vous finirez par être séduit à votre tour.

CHRISTOPHE COCU (542)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :