Fishbach avec les yeux, mais surtout avec le coeur ! :

Auréolée d’un premier album paru en 2018, « A ta merci », Fischbach n’a pas laissé à l’époque, les professionnels des Victoires de la Musique, indifférents et en guise de carte de visite, fit une impressionnante tournée dans toute la France. Un après, elle change de registre et se révèle être également une brillante comédienne dans la série « Vernon Subutex », avec à ses côtés un acteur de chic et de charme pour ne pas un arnacoeur, Romain Duris. La musique de l’artiste a un doux des parfums de musique des années eighties, toujours aussi indémodable et indétrônable, et si on peut la comparer à d’autres car en musique il est toujours mieux de garder son identité propre pour se faire un nom, Fischbach peut s’apparenter à la nouvelle génération d’artistes constituée par Juliette Armanet et Clara Luciani, et n’est pas sans nous remémorer une certaine jeune artiste en devenir, Mylène Farmer par la tonalité souvent sombre de son oeuvre, surtout les trois premiers albums de la Rousse illustrée par l’exemple. Ayant réellement démarré dans la chanson en 2015 grâce à un premier EP, Fischbach n’a pas manqué de prendre son temps et surtout de retrouver ses racines en quittant Paris afin de retrouver ses Ardennes de coeur, afin de revenir aujourd’hui avec ce second opus « Avec les yeux », titre qu’elle a emprunté à l’une de ses fans qui lui a tout simplement signalé que quand elle se produisait sur scène, elle le faisait avec les yeux. Cette seconde production de l’artiste accentue encore le trait d’une voix ténébreuse qui n’est pas sans nous remémorer celle de Johnny Cash, et le goût des textes tout dévoués aux mystères, sans pour autant se rattacher à tout ce qui se fait pour le moment dans le domaine musical, souhaitant créer son propre univers composé cette fois d’une véritable ode à la forêt hallucinée , remplie d’une lumière d’un nouvel effet, au sein de laquelle on se promener les yeux grands ouverts, avec un goût prononcé pour le Moyen-Age comme le démontre le clip de son premier single « Presque Beau », qui montre l’artiste en véritable chevaleresse qui s’est donnée pour mission de donner sa vie pour que personne ne s’approche de son château, et pour ce faire elle n’hésitera pas à réaliser une longue traversée à travers une forêt où elle devra faire face à des éléments surnaturels qui vont également planner sur les habitants, preuve en est que l’artiste est on ne peut plu complète avec des univers qui nous rattachent également à la littérature, au fantastique tel qu’on aime à le dépeindre à travers les jeux vidéos et les films, avec cette véritable invitation à l’évasion qui fait du bien en ces périodes sombres et perturbées, qu’elle décrit si bien à travers le titre « Dans un fou rire », via lequel elle dénonce les moralisateurs et les empêcheurs de tourner en rond, nuisant à sa capacité et à sa volonté de devenir elle-même, elle dont la meilleure amie reste la solitude à tel point qu’elle éprouve une grande difficulté à recevoir l’amour de son public, mais gageons qu’avec un second opus tout aussi réussi que le précédent, la brèche va finir par s’entrouvrir et que toutes les marques d’affections à son égard seront autant de présents qu’elle prendra à bras ouverts. Bref, « Avec le coeur » est la véritable découverte de ce week-end avec des effluves de Scorpions, de Rita Mitsuko et surtout une palette de textes finement ciselés qui nous ramènent un peu de poésie dans une variété qui redonne ses lettres de noblesse au genre. Pour l’anecdote, Fischbach signifie tout simplement ruisseau poissonneux , à travers lesquels coule aujourd’hui une grande rivière d’émotions et de bons sons représentés par Fischbach.

CHRISTOPHE COCU (542)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :