Photo Credit : Tim Tronckoe

On le savait 2022 serait une année chargée pour le groupe Epica qui avait décidé de fêter dignement son 20ème anniversaire en beauté et effectivement il ne s’est pas moqué de nous car après un coffret regroupant leurs premiers albums paru à la rentrée dernière et sobrement intitulé « Nous nous emporterons toujours avec nous « , et un album live « Live at Paradiso », voici qu’il termine l’année en beauté avec un nouvel album intitulé « The Alchemy Project », où pour la première fois de leur carrière ils ont opté pour ne pas interpréter les titres qui composent cette nouvelle galette métallique onctueuse à souhait, en utilisant leur statut de groupe, mais bien comme on peut le faire lorsque l’on commémore pareil anniversaire, s’entourer d’un parterre de guests qui comme vous pouvez l’imaginer, n’ont pas demandé leur reste pour participer à la Garden Party organisée par la chanteuse Simone et ses comparses.

On espère en tout cas que les voisins ont été prévenus et qu’il y aura assez de Bob’s car les premiers invités à se lancer sont les italiens de Fleshgod Apocalypse qui viennent déployer leur Death Metal Symphonique tout autour du groupe Epica, et cela donne un son on ne ne peut plus entraînant non dépourvu d’une intro grandiloquente qui contribue à mettre une bonne ambiance anniversaire comme on les aime.

Pour calmer un peu l’ambiance tonitruante du début des festivités, il fallait bien mixer la voix de Tommy Karevik du groupe Kamelot avec celle de la chanteuse Simone d’Epica, sans oublier le clavier de Phil Lanzon d’Uriah Heep, pour le titre « Wake The World » qui sent bon le parfum des Seventies.

Pour rester dans le côté lové de la Party de l’Année, c’est autour de Munkeby de s’inviter sur le troisième titre de cet opus « The Final Lullaby », pour un solo de saxophone dont il a le secret et qui fait basculer Epica dans un son Jazzy, tandis que les progeux de Shining (NO), viennent se joindre à la fête.

A peine le calme revenu, que voici le Metal Extrême de retour grâce à « Death is Not the End », avec un Sven de Caluwé qui semble être le Roi de la Fête à Epica tant il semble remonté plus que jamais pour un résultat on ne peut plus efficace.

Après cette cure de vitamines, retour au calme avec « Sirens of Blood and Water », qui voit la chanteuse Simone d’Epica graver sa voix sur celles de Charlotte Wessels et d’Amelie Bruun pour un trio vocal des plus gracieux, le tout baignant dans un paradis de violons et de choeurs aériens qui vont grandement du bien à l’âme dans ses périodes contrastées. . Pour ajouter une couche de crème sur la pièce montée de cet anniversaire inoubliable, voici que sonne l’heure du titre ‘The Miner’, pièce épique de sept minutes, forte d’une puissance émotionnelle en raison d’ harmonies vocales à tomber par terre , de chœurs qui semblent nous tenir la main pour mieux s’intéresser à l’auditeur ,sans oublier une bonne dose d’ effets électroniques discrets,de claviers éthérés qui contrebalancent la lourdeur des guitares, tout cela contribue à faire de ce grand final une perle de métal atmosphérique .

Si Epica réussi pleinement ce troisième projet à l’occasion d’un anniversaire inoubliable qui inscrira le groupe dans les annales de l’histoire du Metal, on peut juste regretter un seule chose à savoir que la fête soit de courte durée avec seulement 7 pièces musicales au menu qui certes vont fondre sur nos bouches gourmandes, mais qui vont tout de même nous laisser sur notre faim, même si la Recette est pleinement maîtrisée et réussi du début à la faim. En ces fêtes de fin d’année, les fans d’Epica seront particulièrement gâtés avec ces 3 Desserts à se mettre sous le palais !.

CHRISTOPHE COCU (691)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.